Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (15)

26 Juin 2008, 23:38pm

Publié par Miss pas touche

à quoi sert une caissière ?(illustration de NoTTo)


Et c'est reparti pour un tour d'horizon avec vos histoires de caisse, uniquement côté employés pour cette semaine...
J'avoue tout de suite, l'anecdote d'Antoine me fait bien marrer...

Antoine


Une femme, la cinquantaine, passe à ma caisse avec un caddie bien chargé. Jusque là rien d'extraordinaire.
Je commence à scanner ses articles. Arrive une grande boîte de lasagnes surgelées avec écrit en gros dessus « 10% gratuit ». Je scanne la boîte machinalement quand tout à coup la cliente me dit :
- Vous avez vu hein?? Y'a 10% gratuit !
Je la regarde un peu surpris et je lui dis :
- Oui je pense qu'il y a effectivement 10% gratuit sinon ça ne serait pas mentionné sur la boîte.
Je continue donc à scanner les articles et je voyais la cliente du coin de l'oeil regarder la boite avec un air méfiant.
Quelques secondes plus tard elle m'arrête et me dit :
- Excusez-moi, mais on va les chercher où les 10 % ?
Le temps d'une seconde, je me suis demandé si elle plaisantait ou si elle était sérieuse.
Elle avait l'air vraiment sérieuse.
Elle pensait sans doute qu'il existait des petites barquettes à aller chercher à l'accueil du magasin !!
Je me suis mordu la langue pour ne pas rire et je lui ai expliqué que les 10% gratuit étaient déjà inclus dans le prix de la barquette.
Elle m'a regardé avec un air dubitatif et m'a lancé :
- Ben dites donc, c'est mal expliqué !!
Je ne saurai jamais si cette cliente plaisantait ou pas ce jour-à, mais en tout cas, elle m'aura bien fait rire !!
Je crois qu'on tient la blague de la semaine...
Pour le coup, j'aurais eu bien du mal à garder moi aussi mon sérieux !


Cyril

Voici quelque chose qui m'a outré sur place... Je suis caissier, mais heureusement que ce n'était pas moi qui ai vécu ce qui va suivre, je n'ai été que spectateur.

La caissière était une jeune étudiante qui débutait un dimanche, le paradoxe pour quelqu'un qui ne connait pas du tout ce travail ! La jeune fille était réellement apeurée de venir en caisse, je pouvais le voir rien qu'avec son visage stressé et ses mains tremblotantes sous son caisson. Elle n'était pas sûr d'elle sur beaucoup de choses, ce qui est normal pour un premier jour de travail.
Il était un peu plus de 11h, c'est là où le magasin est littéralement plein. La jeune fille devait encaisser très rapidement les clients. Arrive le tour d'un client qui achète en tout et pour tout une bouteille de bière. Il lui manquait 1 centime.
La jeune fille dit au client qu'il n'a pas suffisamment d'argent. Ce dernier s'énerve et là, comble de l'absurdité totale, JETTE ses pièces à la figure de la jeune caissière...
La chef caisse est évidemment appelée, mais le client s'est enfui si rapidement que même l'agent de sécurité n'a pas eu le temps de le rattraper. La jeune caissière pleurait, elle était dans tous ses états. La chef caisse lui permet de se lever et de se rincer le visage.
Pour régler le centime qui faisait défaut, la chef a mis une pièce d'un centime du tiroir où l'on doit mettre la monnaie que les clients laissent et ne désirent pas reprendre...
Dur pour une première journée, mais ce n'est pas fini !
Il n'y a pas que la caissière qui doit aller vite, mais le scanner de chèque également ! La jeune étudiante revint à sa caisse, l'air dépité et passe plusieurs clients...  Un peu plus tard, un des clients tend un chèque et s'en va aussi rapidement qu'il était venu ! La caissière n'ayant pas eu le temps de prendre ni la pièce d'identité, ni de faire signer le chèque au client...
La chef caisse a dû courir vers les clients indélicats....
Au final, ces deux péripéties ont forcé la jeune caissière à arrêter son emploi car elle ne voulait plus travailler en caisse...
Autant de couacs en quelques heures, sin on ajoute à cela le stress des premières journées de caisse, je comprends aisément que la jeune fille n'ait pas voulu continuer...


Liza
(son blog qui donne plein d'idées lectures)

Un soir, je passe un jeune à ma caisse avec uniquement un gâteau au chocolat, deux boites de préservatifs et un gel lubrifiant. C'est là qu'on se rend compte que le « Dis-moi ce que tu achètes, je te dirai ce que tu feras ce soir » fonctionne.
Bref.
Je passe les articles, sans problème, jusqu'au lubrifiant. Le code-barre n'est pas reconnu, rien à faire ! Etant timide et troublée pour un rien, j'hésite... En principe, dans ce cas-là, nous devons appeler le collègue en rayon pour lui demander le prix... Mais j'étais un peu gênée de le faire, autant pour moi que pour le jeune client qui n'en menait pas large non plus. Alors, ni vu ni connu, je l'ai fait glisser sur le tapis : « cadeau de la maison » lui ai-je dit.
Je ne me sentais vraiment pas le courage de prendre mon téléphone et de demander devant les autre clients « Allo, je peux avoir le prix du lubrifiant ? »
Il y a des situations qui gênent autant la caissière que le client.
Pas toujours évident de rester naturelle et de savoir faire preuve de tact afin d'éviter bien des petits drames quotidiens.



Evelyne

J'étais à mon poste derrière ma caisse quand un couple se présente. Mme met les courses sur le tapis et attend son tour. Pendant ce temps, Mr tenant une sorte de briquet au bout des doigts, le fait tourner dans tous les sens.
Intriguée, je lui ai demandé ce qu'il manipule :
- Mais je vous prends en photo.
Là éberluée :
- On me les a toutes faites mais celle-là, jamais... Et que ferez-vous de cette photo?
- C'est pour mettre en fond d'écran sur mon ordinateur !
- Mais ça va pas? Vous n'avez pas d'autres sujets à mettre?
Les clients qui étaient autour ont bien ri, je ne savais plus où me mettre.
Et là, je commence à mieux comprendre certaines recherches google qui atterrissent sur ce blog... Certains clients doivent être un peu obsédés sur les bords (si, si)...



Constance

Un jour, une dame était partie en oubliant sa baguette à ma caisse. Je crie :
- Mince, la dame a oublié sa baguette !
L'homme à qui je passais les articles s'est alors pécipité dehors pour rendre le produit à la cliente. Elle récupère son bien.
Malheureusement pour le monsieur, impossible de repasser par les portes automatiques qui ne s'ouvrent que de l'intérieur !
C'est une vieille dame qui faisait la queue derrière l'homme qui est allée jusqu'aux portes pour lui ouvrir.
Quel remue-ménage pour une baguette.
Et tout est bien qui finit bien.
Bel exemple de gentillesse, de galanterie et de savoir-vivre, non ?



Elodie

Un jour comme les autre dans le magasin, ou plutôt un jeudi comme les autres. Il n'y a pas foule. Tout va pour le mieux si je puis dire.
Une cliente arrive à ma caisse avec une énorme poubelle métallique dans son chariot, la suit de près un couple de personnes âgées visiblement très pressé... Je commence à passer les articles de la dame et arrivé à la poubelle, BAM!!! une erreur de prix. La fameuse poubelle passe à 75 euros. Un peu cher pour une poubelle, ce n'est pas encore noté comme article de luxe...
J'appelle donc un employé du rayon pour essayer de résoudre le problème, je le fais d'autant plus avec entrain que la dame est très agréable et souriante. Il n'en est pas de même pour le couple de derrière qui commence à ruminer... Après quelques minutes, lassée d'entendre leur complainte (je suis toujours au téléphone), je les invite à se rendre à une autre caisse car cela risque de prendre du temps (l'employé que j'ai au bout du fil doit faire face à plusieurs problèmes en même temps).
Il s'en vont excédés, et je parviens enfin à terminer le compte de la cliente qui s'en va contente avec sa poubelle qu'elle paiera finalement au prix de 15 euros.

Quelque temps plus tard, je repasse la « dame à la poubelle », qui vient spécialement à ma caisse pour m'expliquer qu'après le problème de la dernière fois, elle s'est rendue à l'accueil pour faire faire une facture. Elle est tombée sur le couple en train de se plaindre de mon comportement arrogant ! Elle les a alors interpelé en leur disant que c'étaient eux qui avaient été désobligeants. Elle prévient les hôtesses de l'accueil que si elle j'ai des ennuis à cause de cette histoire elle ferait un courrier à la direction.
Comme quoi tous les clients ne sont pas durs avec nous !
Ce genre de comportement fait plaisir à lire car cette dame a  accepté de prendre le parti de la caissière, ce qui n'est pas toujours donné à tout le monde...

Voir les commentaires

Motus et bouche cousue

26 Juin 2008, 10:13am

Publié par Miss pas touche

En flânant un peu dans les grandes surfaces, les librairies de chaînes et chez les libraires indépendants, force m'est de constater que généralement, mon livre est présent un peu partout.
Cependant, si la majorité des grandes surfaces joue le jeu et met en vente « les tribulations d'une caissière », il existe tout de même un certain boycott de ce bouquin et est introuvable dans certaines enseignes...
J'ai même appris tout récemment que certains hypers l'avaient retiré de la vente.
Le motif ? Non, ce n'est pas parce qu'il ne se vend pas (au contraire...), mais parce qu'il serait violent envers les clients...
Certains doivent se sentir pris à partie je suppose (et pourtant, je ne vise ni enseigne  ni des personnes en particulier) et plutôt que d'accepter qu'une caissière ait osé prendre la parole, ils préfèrent la faire taire...  (censure ? vous avez dit censure ?)
Et c'est aussi pour ça que je remercie profondément les grandes surfaces qui jouent le jeu et tout particulièrement celles où je suis allée (ou vais aller) signer mon livre dans leurs rayons.

Moi, ce livre, je n'ai jamais voulu le rendre violent ou agressif, juste expliquer l'envers du décor avec une bonne dose  d'humour et d'auto-dérision...
Parce que ça fait du bien à tout le monde de sourire de son quotidien.

Voir les commentaires

Le monde du silence

20 Juin 2008, 22:28pm

Publié par Miss pas touche

Nous sommes début août. Le soleil tape fort, la chaleur presque étouffante à l'extérieur. Il n'y a pas une brise, pas un souffle d'air dehors. Dans le magasin, la climatisation ronronne, il fait bon.
En caisse, les clients ne se bousculent pas. D'ailleurs, il n'y a pas un chat...
Derrière votre caisse, le temps s'égrenne lentement, très lentement. Les rayons du soleil traversent la verrière et tombent en droite ligne sur l'écran, vous éblouissant au passage.
La chaleur ambiante vous fait tomber dans un état semi-léthargique. Les yeux mi-clos, vous écoutez d'une oreille distraite la musique que crachottent les haut-parleurs. Une musique d'ambiance, calme qui invite à prendre son temps. Vous finiriez presque par vous croire sur la terrasse d'un café (mais sans café et sans terrasse...).

Les minutes s'écoulent. Lentement. Vous ne voyez toujours pas un seul client. Vous finissez d'ailleurs par oublier que vous vous trouvez dans un magasin, derrière votre caisse.
La somnolence vous guette et finit par vous tomber dessus.

De temps à autre, vous jetez tout de même un oeil à droite, puis à gauche, les hôtesses aux autres caisses sont dans le même état comatique que vous. Tout au bout de ligne, vous apercevez tout de même un caddie poussé par un client. Vos sens se mettent en alerte et vous priez très fort pour que ce client ne vienne pas interrompre votre sieste.
Ouf, c'est votre collègue installée quelques mètres plus loin qui reçoit le client.
Vous pouvez remettre vos sens au repos et votre esprit retourne vagabonder.
Oh ! L'écran vient de s'éteindre. Ah, ça fait déjà trente minutes que vous patientez sans activité (pour vous donner bonne conscience, vous effleurez l'écran tactile pour rallumer votre caisse).
Vous vous recalez confortablement sur votre fauteuil (attention quand même, car le dossier tient quelque peu en équilibre...).

Le soleil tape un peu plus fort, vous avez l'impression que la chaleur ambiante fait vibrer l'air autour de vous. Vous résistez vaille que vaille à l'appel de la sieste même si vous en mourez d'envie. Vous profitez tout de même de ce temps pour observer de près l'intérieur de vos paupières (discrètement tout de même...).
Alors que vous êtes bien tranquille, que vous appréciez ces instants où vous tombez dans cette douce torpeur, un couinement titille vos oreilles. D'abord lointain, il semble se rapprocher imperceptiblement. On dirait le bruit d'une roue qui grince. Des bruits de pas, puis une voix finissent par vous réveiller tout à fait.
Vous entendrez au choix :
- Vous êtes ouverte ? Lance la cliente la bouche en coeur.
- Je vais vous faire travailler.
- Vous m'attendiez ?
(ou autres... les entrées en matière ne manquent pas)
Vous répondrez vaguement « oui ». Vous n'avez ni le courage ni l'envie cet après-midi de répondre autre chose. Il fait trop chaud...

Bon gré, mal gré, vous remettez vos gestes automatiques en marche et vous commencez à scanner les articles, réfrénant péniblement un baillement au passage. Heureusement, la cliente n'a pas beaucoup de courses et le compte est plié en une paire de minutes.
Un « AurevoirBonnefind'après-midi » plus tard et vous pouvez reprendre votre sieste là où vous l'aviez laissée. Vous jetez un coup d'oeil aux alentours, c'est le calme plat.
Ouf, vous aviez failli vous réveiller complètement.

Zzzz (ha non pardon, Driiing c'est plus réaliste)
Votre téléphone sonne (celui de la caisse, pas votre portable ! Lui est rangé dans votre casier). Vous sursautez et êtes à deux doigts de tomber de votre chaise.
Vous décrochez :
- Tu peux venir en caisse centrale ? Il y a du rangement à faire.

La sieste est bel et bien terminée... Au boulot !


---
Evidemment, ce genre d'(in)activité estivale ne fonctionne pas du tout dans les zones touristiques...

Voir les commentaires

vos histoires de caisse (14)

13 Juin 2008, 08:25am

Publié par Miss pas touche

(illustration de NoTTo)

La suite de vos anecdotes arrive : la vie en caisse est un long fleuve tranquille ? Vraiment ?


Anthony
Côté caisse

Dans le magasin où je travaille, on ne donne plus du tout de sac plastique, même pour les vêtements. Les clients ont du mal à s'y faire. Il arrive souvent que l'on nous en demande. Et là, c'est systématiquement l'air étonné ou offusqué.
- Quoi? vous n'en donnez plus? Même pas pour les vêtements?

Bref, un jour, une dame passe à ma caisse avec des vêtements et elle me pose l'éternelle question :
- vous n'avez pas une petite poche? (on dit comme ça dans le sud ouest)
- Non Madame on n'en donne plus.
- Ah si, la dernière fois la caissière m'en a donné une.
- Je ne pense pas madame, ça fait au moins trois ans qu'on n'en donne plus.
- Mais si elle m'en en donné une!
- Euh madame, là ou vous me traitez de menteur, ou vous insinuez que ma collègue fait mal son travail !
- Oh non, je ne dit pas que votre collègue ne faisait pas bien son travail! C'est plutôt vous qui travaillez mal !
- ...



Audrey
Côté caisse

L'accueil se trouve à l'entrée du magasin, en face de moi se trouve le poste des surveillants, et nous sommes séparés par une série de barrières antivol. C'est donc par là que s'effectue la sortie sans achat. Un beau jour, une petite mamie bien gentille se présente à moi en me demandant très poliment si la sortie sans achat était bien là. Je lui réponds que oui et lui souhaite une bonne journée. La voilà partie avec son caddie quand tout à coup mon collègue, agent de sécurité, l'arrête dans sa course. Figurez-vous que ma cliente « sans achat » n'avait pas le caddie si vide que ça, mais repartait avec un carton de 6 bouteilles de vin.
Effectivement, le comptoir de l'accueil étant haut et large, je n'avais pas la possibilité de voir dans son chariot, et entre nous, on aurait pu lui donner le bon dieu sans confession à cette dame.



Nathalie
Côté caisse

Ah les fêtes de noël..
Je travaille depuis 19 ans déjà dans un hypermarché et j'en ai entendu des bonnes et des moins bonnes, mais dans certaines occasions il faut savoir garder le sens de l'humour...
C'est un 23 décembre il y a 2 ou 3 ans. Une cliente s'énerve parce qu'il y a de l'attente (normal c'est le plus gros jour de l'année), elle commence à crier et l'hôtesse ne sachant que faire pour la calmer appelle sa responsable ligne de caisse et c'est là que j'interviens...
Je demande donc à la cliente d'arrêter de crier car ça ne fera pas avancer la file d'attente plus vite. Elle me lance un coup d'oeil noir et me dit :
- Oh toi la grosse dinde, tais-toi !
(stupéfaction des clients qui attendent en caisse et de l'hotesse..).
Et je réponds du tac o tac :
- Ça tombe bien la grosse dinde elle va aller se faire truffer et encore je reste polie !
Eclats de rire général non seulement des clients à la caisse mais aussi ceux des caisses voisines. La cliente en reste sans voix....paye l'unique article qu'elle avait pris... et s'en va.
Quand Noël revient, on repense à cette histoire et on en rit encore....



Sandra
Côté caisse

Là ou je travaille,nous avons des t-shirts en été avec l'impression "A votre service" dans le dos.
Un jour,je me lève de caisse pour me rendre à la pesée des fruits que ma cliente avait oublié de faire (cela arrive plusieurs fois par jour). En passant dans le rayon charcuterie traiteur, je m'aperçois qu'un saucisson venait de dégringoler de l'étalage. Je me baisse pour le ramasser et là, je sens une petite tape dans le dos, je me retourne et stupéfaction, un client d'un certain âge me demande si je suis disponible de suite,je m'étonne de cette question et lui demande pardon ; c'est à ce moment qu'il me rappelle le message dans mon dos et m'interpelle une seconde fois ; si j'étais prête à rendre n'importe quel service ! Je lui répondis qu'il s'était tout bêtement trompé sur le type de magasin.


François
Côté  client

Un samedi banal dans une grande surface. Je vais en caisse pour faire passer mon article (une webcam). Devant moi se trouve un monsieur barbu auquel je ne prête pas plus d'attention que ça, occupé à préparer ma monnaie. La caissière recompte les pièces qu'il vient de lui donner. Coup d'oeil rapide de ma part, le monsieur devant moi a acheté 4 bouteilles de vin rouge (dont 2 en plastique, j'ignorais que ça existait). Il semble avoir une odeur un peu forte. L'hôtesse de caisse lui dit que le compte est bon et il lui lance :
- Vous êtes une bonne calculette.
Puis il s'en va. C'est à mon tour de passer en caisse. Les pièces que le monsieur vient de donner sont restées sur le tiroir caisse. L'hôtesse prend un morceau de sopalin, l'imbibe de produit nettoyant et y met les pièces dedans avant de les essuyer une à une et ce, devant mes yeux ! L'hôtesse de caisse semble plus occupée à récurer chaque centime qu'à prendre les billets que je lui tends. Un léger sentiment de gêne m'envahit. Le monsieur devant moi était visiblement un sans-abris aimant l'alcool. Difficile de ne pas être dérangé à ce moment là. Les pièces étaient-elles si sales que ça ? Cela valait-il la peine de le faire sans gêne devant mes yeux ? Bref, c'était la première fois que je vivais ce genre de situation...
Je vais réagir à cette histoire tout de même. Alors, c'est vrai que l'hôtesse de caisse a manqué de tact et aurait dû nettoyer les pièces un peu plus tard pour être plus discrète.
Par contre, cela m'est déjà arrivé de devoir nettoyer des pièces données par un client. Pourquoi ? Pour deux raisons, la première c'est que ces pièces étaient vraiment très sales et la seconde c'est que je n'aurais jamais pu les redonner à un autre client...

Vanesssa
Côté caisse

Je travaillais à temps plein dans une grande surface, j'étais tous les jours de la semaine derrière ma caisse. Le week-end il y avait en plus des étudiants. Un jour, un monsieur passe à ma caisse et me dit :
- À ce que je vois, le week-end c'est bac +5, et la semaine bac – 5.
Ça l'a fait beaucoup rire, moi nettement moins...

---

Je me souviens d'un jour où j'étais à la caisse moins de 10 articles, et je devais prendre ma pause, J'ai donc annoncé aux clients que j'allais fermer ma caisse, et des gens venaient et me disaient :
- S'il vous plait, je n'ai que ca.
Il accompagnait la parole en me montrant les moins de 10 articles qu'ils avaient... Ça me faisait sourire...

Voir les commentaires

Première dédicace...

8 Juin 2008, 22:10pm

Publié par Miss pas touche

Après vous avoir présenté il y a peu l'avant-première du livre chez Stock, voilà un petit reportage pour ma toute première séance de dédicaces.
C'était à Rennes, dans le Leclerc où j'ai travaillé ces dernières années.
Cette première rencontre avec les lecteurs a été un franc succès (je suis restée plus de 4 heures) et je n'ai même pas eu le temps de prendre ma pause réglementaire de 3 mn par heure travaillée... ;o)

En tout cas, merci à tous ceux qui sont venus, vous avez été très patients d'attendre aussi longtemps pour avoir un livre dédicacé.
Heureusement que ce n'est pas si long quand vous faites vos courses !


Voilà quelques photos prises sur le vif...
 
Une affiche immense pour annoncer la dédicace ! La classe quand même...

Sur la table des nouveautés... une belle pile des tribulations.

On a eu droit à la Radio (France Bleue et même RTL).
Oh le beau micro rouge :-)





J'adore cette photo, me voilà entourée de deux vendeurs de l'espace culturel...
Après avoir longtemps porté la veste orange, me voilà en train de signer un bouquin,
c'est quand même un sacré changement.


En tout cas, ça aura été un grand moment d'émotion. Vous avez très nombreux et j'ai été surprise de voir que certains d'entre vous venaient de loin !
Merci pour toutes ces rencontres très chaleureuses.chaleureux.

(promis, je ne vais pas vous faire un reportage à chaque séance de dédicaces... mais pour la première, dans mon ancien lieu de travail en plus, c'était quand même assez exceptionnel !)


Pour le prochain billet qui sera mis en ligne, ce seront vos histoires de caisse. J'ai assez causé pour le moment, il est temps que vous repreniez la parole ;o)

Voir les commentaires

Grande surface – lieu festif ouvert pour toutes occasions

2 Juin 2008, 17:02pm

Publié par Miss pas touche

(illustration de NoTTo)

 

Pour la plupart d'entre nous, la grande surface est comme un lieu neutre, même quelque peu agressif, entre toutes ces promos, ces lumières clignotantes et aveuglantes, la musique d'ascenseur, l'animateur vantant les produits au rabais, les bips saccadés des caisses, les chariots qui couinent, les gamins qui braillent, les hommes qui hèlent leur femme à l'autre bout du magasin...
Eh bien, malgré tout cela, certains doivent voir ce lieu de haute consommation comme une grande messe de socialisation. Encore mieux que le bistrot du quartier, plus branché que la boîte de nuit et terriblement plus festif que la place de la mairie de la ville.
Bienvenue dans notre société dans toute sa grandeur.

Et de derrière votre caisse, chère caissière, vous aurez le privilège de croiser d'étranges oiseaux. Surtout, ne craignez rien, il sont complètement inoffensifs, il vous donneront simplement un grand moment de rigolade... Vivez donc avec eux leur enterrement de vie de jeune fille ou de vie de garçon.
Le ridicule ne tue pas ! Il risque seulement de donner quelques crampes à vos zygomatiques quand vous verrez ces clients un peu particulier.

J'ai pu admirer de derrière ma caisse quelques bons exemples. Entre ceux qui viennent habillés en sac poubelle, en clown ou en bébé, ils sont invariablement accompagnés d'une cour aussi bruyante que chaleureuse. Les échanges avec ceux-ci sont toujours cocasses. Il y a ceux qui ont des missions particulières : distribuer des préservatifs, vendre des bonbons, demander aux clients de leur chanter une chanson, embrasser toutes les caissières, chanter dans la galerie, faire passer une annonce de rencontre au micro... Les idées ne manquent pas et tout ceci amuse la galerie. Et bien sûr, vous qui êtes toujours coincée entre caisse et bip.

De ces rencontres,je vous livre deux souvenirs de ces clients hors normes.

Le premier, c'était un jeune homme habillé très très serré avec un jean coupé pour en faire un mini-short (tellement court que les poches dépassaient par en-dessous... J'ai bien dit les poches hein !). Toute une bande de copains défilait dans le magasin avec grand fracas...
On fait du bruit ! Tout le monde regarde et le futur marié aura l'air encore plus ridicule. C'est le jeu ! En fin de compte, tout cela est plutôt banal, jusqu'à ce que j'aperçoive une des vendeuses qui ne peut réprimer un fou rire. Elle avance bien vite vers ce petit groupe bigarré.
Ha, bien sûr ! Le jeune homme était son futur mari. 
Qui des deux aura eu le plus honte au final ?


L'autre souvenir qui me fait sourire à chaque fois que j'y repense est assez... mais je vous laisse découvrir l'histoire...
Je suis en caisse à l'Espace culturel ce jour-là. C'est samedi après-midi, il y a du monde.
Et tout à coup, une bande de joyeux drilles avance d'un pas décidé vers ma caisse. Ils parlent un peu tous en même temps et j'ai quelques difficultés à comprendre ce qu'ils demandent.
La « victime », un grand gaillard habillé très bling-bling avec un t-shirt ajouré et des tatouages partout, parvient enfin à s'expliquer.
(âmes sensibles s'abstenir... Hé, pour un enterrement de vie de garçon, pour bien faire, il faut que ce soit un brin graveleux!)
- Salut. Je suis JM Pokora, si tu m'offres un cadeau, je te donne une photo dédicacée de mon gland.
(Et pour les messieurs, il y avait aussi un autre genre de photo : la chatte de sa copine...)
Si vous ne connaissez pas JM Pokora, vous devriez connaître M Pokora, le chanteur de ces midinettes *clic*)
- Ouahou ! Mais vous êtes une star ! (ha oui! il faut rentrer dans le jeu)

Et coup de pot, à ce moment-là, on offrait pour je ne sais plus quel DVD, un petit tatouage tribal en décalcomanie. L'occasion était trop belle... J'invitais donc notre star à une séance improvisée à ma caisse de tatouage à l'eau...
30 secondes plus tard, mon chef d'oeuvre collé sur son bras (pfff... même pas droit !), JM Pokora pouvait fièrement montrer à tous son nouveau tatouage tribal.

J'ai eu ensuite l'honneur de signer son livre d'or où j'ai crânement noté : « JM Pokora, je t'aime! » (il en a de la chance, une caissière amoureuse).
En contrepartie, ma toute nouvelle idole m'a dédicacé une photo d'un magnifique gland de chêne...
La bande de joyeux drilles s'en est alors allée, comme elle était venue.

Un collègue masculin est venu me voir quelques minutes plus tard, lui avait eu droit lui aussi à une photo dédicacée de la chatte de la copine de JM Pokora, un superbe félidé angora...

J'ai malheureusement perdu ma photo depuis, mais j'en ri encore...

---
Concours T-Shirt spécial blog :
Le concours s'est terminé il y a quelques jours, vous avez été extrêmement nombreux à jouer.
La gagnante est : Lisa I. (91) (une hôtesse de caisse étudiante, osera-t-elle le porter à son boulot ?)
Bravo à elle.

Je referai très certainement un autre petit concours prochainement.


---
Je suis un peu moins présente sur le blog cette semaine, mais je répondrai à vos messages dès que possible ;o)

Voir les commentaires