Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (14)

13 Juin 2008, 08:25am

Publié par Miss pas touche

(illustration de NoTTo)

La suite de vos anecdotes arrive : la vie en caisse est un long fleuve tranquille ? Vraiment ?


Anthony
Côté caisse

Dans le magasin où je travaille, on ne donne plus du tout de sac plastique, même pour les vêtements. Les clients ont du mal à s'y faire. Il arrive souvent que l'on nous en demande. Et là, c'est systématiquement l'air étonné ou offusqué.
- Quoi? vous n'en donnez plus? Même pas pour les vêtements?

Bref, un jour, une dame passe à ma caisse avec des vêtements et elle me pose l'éternelle question :
- vous n'avez pas une petite poche? (on dit comme ça dans le sud ouest)
- Non Madame on n'en donne plus.
- Ah si, la dernière fois la caissière m'en a donné une.
- Je ne pense pas madame, ça fait au moins trois ans qu'on n'en donne plus.
- Mais si elle m'en en donné une!
- Euh madame, là ou vous me traitez de menteur, ou vous insinuez que ma collègue fait mal son travail !
- Oh non, je ne dit pas que votre collègue ne faisait pas bien son travail! C'est plutôt vous qui travaillez mal !
- ...



Audrey
Côté caisse

L'accueil se trouve à l'entrée du magasin, en face de moi se trouve le poste des surveillants, et nous sommes séparés par une série de barrières antivol. C'est donc par là que s'effectue la sortie sans achat. Un beau jour, une petite mamie bien gentille se présente à moi en me demandant très poliment si la sortie sans achat était bien là. Je lui réponds que oui et lui souhaite une bonne journée. La voilà partie avec son caddie quand tout à coup mon collègue, agent de sécurité, l'arrête dans sa course. Figurez-vous que ma cliente « sans achat » n'avait pas le caddie si vide que ça, mais repartait avec un carton de 6 bouteilles de vin.
Effectivement, le comptoir de l'accueil étant haut et large, je n'avais pas la possibilité de voir dans son chariot, et entre nous, on aurait pu lui donner le bon dieu sans confession à cette dame.



Nathalie
Côté caisse

Ah les fêtes de noël..
Je travaille depuis 19 ans déjà dans un hypermarché et j'en ai entendu des bonnes et des moins bonnes, mais dans certaines occasions il faut savoir garder le sens de l'humour...
C'est un 23 décembre il y a 2 ou 3 ans. Une cliente s'énerve parce qu'il y a de l'attente (normal c'est le plus gros jour de l'année), elle commence à crier et l'hôtesse ne sachant que faire pour la calmer appelle sa responsable ligne de caisse et c'est là que j'interviens...
Je demande donc à la cliente d'arrêter de crier car ça ne fera pas avancer la file d'attente plus vite. Elle me lance un coup d'oeil noir et me dit :
- Oh toi la grosse dinde, tais-toi !
(stupéfaction des clients qui attendent en caisse et de l'hotesse..).
Et je réponds du tac o tac :
- Ça tombe bien la grosse dinde elle va aller se faire truffer et encore je reste polie !
Eclats de rire général non seulement des clients à la caisse mais aussi ceux des caisses voisines. La cliente en reste sans voix....paye l'unique article qu'elle avait pris... et s'en va.
Quand Noël revient, on repense à cette histoire et on en rit encore....



Sandra
Côté caisse

Là ou je travaille,nous avons des t-shirts en été avec l'impression "A votre service" dans le dos.
Un jour,je me lève de caisse pour me rendre à la pesée des fruits que ma cliente avait oublié de faire (cela arrive plusieurs fois par jour). En passant dans le rayon charcuterie traiteur, je m'aperçois qu'un saucisson venait de dégringoler de l'étalage. Je me baisse pour le ramasser et là, je sens une petite tape dans le dos, je me retourne et stupéfaction, un client d'un certain âge me demande si je suis disponible de suite,je m'étonne de cette question et lui demande pardon ; c'est à ce moment qu'il me rappelle le message dans mon dos et m'interpelle une seconde fois ; si j'étais prête à rendre n'importe quel service ! Je lui répondis qu'il s'était tout bêtement trompé sur le type de magasin.


François
Côté  client

Un samedi banal dans une grande surface. Je vais en caisse pour faire passer mon article (une webcam). Devant moi se trouve un monsieur barbu auquel je ne prête pas plus d'attention que ça, occupé à préparer ma monnaie. La caissière recompte les pièces qu'il vient de lui donner. Coup d'oeil rapide de ma part, le monsieur devant moi a acheté 4 bouteilles de vin rouge (dont 2 en plastique, j'ignorais que ça existait). Il semble avoir une odeur un peu forte. L'hôtesse de caisse lui dit que le compte est bon et il lui lance :
- Vous êtes une bonne calculette.
Puis il s'en va. C'est à mon tour de passer en caisse. Les pièces que le monsieur vient de donner sont restées sur le tiroir caisse. L'hôtesse prend un morceau de sopalin, l'imbibe de produit nettoyant et y met les pièces dedans avant de les essuyer une à une et ce, devant mes yeux ! L'hôtesse de caisse semble plus occupée à récurer chaque centime qu'à prendre les billets que je lui tends. Un léger sentiment de gêne m'envahit. Le monsieur devant moi était visiblement un sans-abris aimant l'alcool. Difficile de ne pas être dérangé à ce moment là. Les pièces étaient-elles si sales que ça ? Cela valait-il la peine de le faire sans gêne devant mes yeux ? Bref, c'était la première fois que je vivais ce genre de situation...
Je vais réagir à cette histoire tout de même. Alors, c'est vrai que l'hôtesse de caisse a manqué de tact et aurait dû nettoyer les pièces un peu plus tard pour être plus discrète.
Par contre, cela m'est déjà arrivé de devoir nettoyer des pièces données par un client. Pourquoi ? Pour deux raisons, la première c'est que ces pièces étaient vraiment très sales et la seconde c'est que je n'aurais jamais pu les redonner à un autre client...

Vanesssa
Côté caisse

Je travaillais à temps plein dans une grande surface, j'étais tous les jours de la semaine derrière ma caisse. Le week-end il y avait en plus des étudiants. Un jour, un monsieur passe à ma caisse et me dit :
- À ce que je vois, le week-end c'est bac +5, et la semaine bac – 5.
Ça l'a fait beaucoup rire, moi nettement moins...

---

Je me souviens d'un jour où j'étais à la caisse moins de 10 articles, et je devais prendre ma pause, J'ai donc annoncé aux clients que j'allais fermer ma caisse, et des gens venaient et me disaient :
- S'il vous plait, je n'ai que ca.
Il accompagnait la parole en me montrant les moins de 10 articles qu'ils avaient... Ça me faisait sourire...

Commenter cet article

Kat30 14/06/2009 10:27

D'abord, bravo pour les "tribulations". Que de souvenirs cela réveille!
Une petite anecdote de la part d'une ancienne caissière:
L'été 2003 dans le Sud de la France (souvenez-vous, la canicule), j'étais à la caisse centrale-accueil située à l'entrée du magasin, lorsque je vis passer une dame (45 ans environ), pulpeuse, pieds-nus, portant un paréo et...nue dessous! Pourtant, il était bien stipulé à la porte qu'il était interdit de circuler pieds-nus dans le magasin et qu'il fallait une tenue décente.
C'est moi qui ai dû l'expliquer à la cliente (Hollandaise et ne parlant ni français ni anglais de surcroît, ce qui facilite grandement la communication) pendant que l'agent de sécurité qui l'avait interceptée (au fond du magasin tout de même)et ramenée à l'accueil continuait de se rincer l'oeil. Il suffisait qu'elle mette un maillot de bain et une paire de tongs pour que ça passe (même si on était en ville) mais elle a fini par sortir et envoyer son mari se débrouiller tout seul!
L'histoire a quand même duré un bon quart d'heure et tout le magasin a eu le temps de bien la voir!
Bien sûr, vous connaissez le sujet de conversation N°1 de ce jour-là en salle de pause!
Amicalement.

ROBERT dominique 06/07/2008 12:50

Eh bien moi les filles, ce livre, nous l'avons tous eu en cadeau : un clin d'oeil de notre patron qui l'a trouvé génial et tellement réaliste !Je travaille en hyper (plus de 200 employés) ... 12 ans de caisse et 8 ans à "la carte", ça vous en motive la lecture ...
J'ai donc, moi aussi, une anecdote croustillante sortant de l'"ordinaire" à vous raconter : un couple se présente à ma caisse vêtue de façon estivale puisque nous étions en août. Au moment de régler leurs achats, ils se renvoient la balle. Madame, prétextant avoir déjà payé d'autres marchandises sous le chapiteau (situé sur le parking), refuse catégoriquement et ordonne à monsieur de le faire. S'en suit une "engueulade" magistrale devant les clients impatients... Après quelques minutes paraissant une éternité, les yeux de monsieur me fixent et s'illuminent... Eurêka ... Il plonge la main dans son short, saisit ses "bijoux de famille" et me lance, fier de lui, "je vais vous payer en liquide" !!!... Je lui ai répondu du tac au tac que j'avais ce qu'il me fallait à la maison. Je ne vous dis pas la gêne de sa femme qui l'a "planté" sur place !!!!
Merci à Anna d'avoir été au bout de ses écritures (avec une collègue, nous avions commencé notre "bouquin" mais c'était il y a 15 ans et nous ne pensions alors pas que cela intéresserait tant de gens. Il est donc resté en suspens. Vive Internet.)
Peut-être y aura t-il un jour "une fête des caissières" ? pourquoi pas, les secrétaires ont bien le leur......
Allez, "hauts les coeurs", nous sommes les meilleur(e)s ...
Il est 12h38, Dominique vous souhaite à toutes et à tous une agréable journée ...

Miss pas touche 06/07/2008 15:04


ho !!!!
ton patron vous l'a offert ???
je t'envoie un mail parce que j'avoue que ça, c'est une première pour moi !!!
quant à ton anecdote, décidément, ces chers clients, ils m'étonnent encore !


elodie 01/07/2008 22:09

cette anecdote m'est arriver le mois dernier il me semble
une femme arrive avec son caddie et elle avit suremen sa mère et sa fille avec elle!
elles mettent chacune leur course sur le tapis la femme la plus agée va s'assoire sur le banc dans la galerie marchande du magasin et reste donc sa fille et sa petite et donc la petite elle me prend un stick a lèvre et me le gette litteralement a la figure j'ete vraiment enenerver de plus la mere la vu et na pas regit jai donc decider de faire la tete comme elle et jai vite passer leur course
le regret que jai avoir passer directemen le stick

elodie 01/07/2008 21:39

voilà 2mois que je suis embaucher en tant qu'hôtesse de caisse te j'en est déjà vu des vertes et des pas mûr!
un jour j'été a la caisse prioritaire et la caisse centrale m'appel pour que je puisse prendre ma pause donc je met ma lumière rouge
et là arrive un femme enceinte je luid it gentillement madame excuser moi je suis fermer elle ma repondu en colère oui dans ce magasin on se fou de ma gueule ya pas de caisse prioritaire ouverte et quand y'en a elle ferme quand jarrive
eptit probleme cets que yavai pas grand monde ce jour là et quelle na pas vu que yavait dautre caissiere qui ete disponible egalement
ils m'enervent ces gens qui se croit chez eux !!!

champagne 23/06/2008 15:55

cela fait 30ans cette année que je suis hôtesse de caisse et hôtesse d'accueil. Il est vrai que le salaire n'est pas mirobolant.29H/semaine pour 920€ /mois avec prime ancienneté inclus (60€). Pendant la période des fêtes de fin d'années, nombreux sont les clients qui nous retourne à l'accueil, soit le chapon, les huitres, les langoustes , qui n'étaient pas bons mais qu'ils ont car même mangé et que l'on rembourse par geste commercial et j'en passe. Mais la meilleure est celle d'une cliente qui vient toute excitée et qui demande le remboursent d'une plaque de saumon immangeable. Je la reçois poliment avec toute la formule que l'on nous impose. " bonjour Madame, que puis-je pour vous?
Ennervée, elle me montra l'emballage de la plaque à saumon. et là je lui dit. Oui c'est pour quoi exactement? réponse agréssive: " mais vous ne le voyais pas"!
- "OUI je vois un emballage, mais ça ne me dit pas votre problème, madame.
- Mon repas a été gaché, votre saumon était infecte, je demande qu'on me le rembourse ainsi que mes frais de déplacements!
- Madame,je veux bien vous rembourser, mais où est le produit?
- Je l'ai jeté me dit-elle, mais vous allez me rembourser!!
- Madame, pour que je puisses vous rembourser, il me faudrait voir le produit.
- Je vous dit que je ne l'ai plus, vous voyez pas que je l'ai acheté chez vous, c'est inadmissible que vous me réclamiez le saumon.
- Je suis désolée Madame, mais sans le produit je ne peux vous rembourser. Comprenez , madame, qu'il nous faut le produit et aussi 'emballage.
- Alors vous ne me rembourser pas, appelez moi le directeur.
- Désolée madame , je ne peux déranger la direction pour ce type de problème.
Furieuse, elle repartie en hurlant qu'elle allait faire une réclamation à la direction. Chose qui fût faite, car j'ai été apellée quelques jours plus tard pour expliquer le cas.
Les clients sont de plus en plus agréssifs, butés, et pensent que " le client est toujours ROI".