Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Leçon de vie

30 Juin 2009, 11:00am

Publié par Miss pas touche

(illustration de Èm - son blog)

Il est certains mots, certaines actions, certains principes derrière lesquels nous courons tous plus ou moins. Il en est un (parmi d'autres) auquel je tiens particulièrement. Lorsque je rencontre une personne et que nous sommes amenés à avoir un échange verbal bref ou long, j'entame toujours par un "bonjour" (ou "bonsoir" ou "salut" selon la circonstance et l'interlocuteur...).
Comment ? Vous dites ? Cela n'a rien d'extraordinaire ? C'est même complètement banal ? Mais vous avez parfaitement raison ! Cependant, pour un certain nombre (voir un nombre certain) de nos contemporains, ce doit être un concept tellement abstrait, tellement éloigné de leur vie que ce terme semble juste absent de leur dictionnaire (un peu comme le "merci" et le "s'il vous plaît" d'ailleurs...)

Il y a déjà quelques mois, je vous avais relaté cette histoire : on dit bonjour d'abord.
A l'époque, forte de ce principe et de ces illusions, j'espérais sans doute apporter un peu d'humanité et de chaleur (oui, je suis très utopique, mais sans rêve, j'ai l'impression de manquer quelque chose d'essentiel dans ma vie) lors de mes rencontres avec mes clients.

Seulement, on ne sait jamais qui on rencontre... Et ce jour là, il eut certainement mieux valu que j'observe avant de parler...


Une cliente avec une poussette arrive à ma caisse. Tout sourire, je lui lance un bonjour (comme c'est original...). Au même moment, la jeune femme s'était penchée vers la poucette et s'occupait du petit qui était à l'intérieur. Elle était donc dos à moi et sur le coup, j'ai pensé qu'elle ne m'avait pas entendu.
Je réitère :
- Bonjour

pas de réponse

Un peu plus fort :
- Bonjour

Toujours rien

Je persévère encore :
- Bonjour

silence

Le manège dure comme ça pendant environ 30 secondes. La cliente était toujours penchée sur la poussette. Je lance encore quelques "bonjour". Oui, on pourrait prendre cela pour de l'acharnement mais autant d'indifférence m'agaçait...

Puis, quand la cliente se tourne enfin vers moi, j'ai perdu tout sourire et suis à la limite d'être carrément désagréable...
Sans grande conviction, je tente un dernier "bonjour" et la cliente, elle tout sourire, me fait un geste de la main et me dit bonjour en langage des signes.


Vous savez quoi ? Ce jour-là, c'est moi qui ai reçu une leçon de vie et pas des moindres...
On ne sait jamais qui est face à nous. Juger est tellement facile quand on ne sait rien de l'autre !


----
ticket de caisse bis :
J'ai envoyé une newsletter dimanche soir. L'objet de ce mail était de vous demander de répondre à un petit sondage sur les préoccupations principales des caissières et caissiers.
Exclusivement réservé aux employées et employés de caisse.
Si vous n'êtes pas inscrits à cette newsletter mais que vous souhaitez participer (plus nous serons nombreux à répondre, plus le résultat aura de poids), vous avez toutes les infos sur le forum : ICI
Vous pouvez répondre en commentaire à la fin de cet article ou m'envoyer vos réponses par mail (contact)
Merci beaucoup à toutes celles et ceux qui ont déjà répondu et surtout n'hésitez pas à faire passer ce sondage auprès de vos collègues.

Voir les commentaires

Et le théâtre sera...

26 Juin 2009, 15:30pm

Publié par Miss pas touche



Les projets avancent, certains aboutissent, d'autres plus difficilement ou sont encore en gestation... En réalité, rien ne se fait en claquant des doigts et demande toujours du travail... mais il y a des projets qui avancent et qui sont bien près d'aboutir.

Il y a quelques temps déjà, j'ai fait allusion à une pièce de théâtre adaptée des "tribulations", celle-ci est en excellente voie. J'ai d'ailleurs eu la chance d'assister le mois dernier à la première lecture de la pièce (cela veut tout simplement dire que les acteurs qui joueront la pièce l'ont lue auprès d'un public de professionnels, le tout sans décor mais avec un minimum de jeu de scène).
Et je dois bien avouer que j'ai beaucoup ri, le ton du livre reste présent, les messages aussi mais le fait d'être joué, adapté plus ou moins librement permet une nouvelle  vision sur le monde des caisses.
C'est aussi extrêmement touchant de découvrir ses textes avec un regard extérieur, de voir qu'on peut leur donner une autre intonation que celle imaginée depuis le début de l'écriture...
C'est un moment rare, un moment unique.

La pièce :
Des caddies qui dansent, des caissières qui chantent, des clients qui râlent, des animateurs qui pulsent, "les tribulations d'une caissière" une comédie qui "bip" dans un décor de bande dessinée sur fond de jingles. Une comédie tout aussi cruelle qu'hilarante.


Voilà le tout premier extrait de la pièce (car oui, la pièce est aussi en partie chantée !) :
 


Pour en voir plus et pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog dédié (géré par la compagnie de théâtre) :
lestribulationsdunecaissiere.blogspot.com

Sur ce site, vous aurez aussi l'occasion de voir comment naît un projet, comment il se construit et les différentes étapes (nombreuses et cahotiques) qui existent avant de parvenir à aboutir à un spectacle en bonne et dûe forme.
Mais c'est aussi passionnant de voir comment tout se crée, tout se monte.


Adaptation de Jacky George Canal
Juste Cause Compagnie
Casting :  Gabrielle Bonacini, Emmanuelle Balas, Rochelle Grégorie, Jacky George Canal

Voir les commentaires

6 minutes

18 Juin 2009, 11:00am

Publié par Miss pas touche

En écoutant le dernier album d'Olivia Ruiz, (Miss Météores) j'entends la "chanson cachée" à la fin et ça m'a donné envie d'en faire ce qui suit... Ce n'est qu'un exercice de style sans prétention, un simple amusement :-)



La version originale (à partir de 2mn30) :
"6 mètres" est après la chanson en anglais, très agréable à écouter aussi au passage




6 minutes
Plus que 6 minutes pour parvenir à la pointeuse, s'affaler enfin dans le métro, la victoire amère de la fin de journée.
6 minutes, rien que 6 minutes
Le corps mutilé des charges lourdes portées, des sacs soulevés, casser les reins pour son salaire et son sourire aux enchères.

6 minutes
Juste 6 minutes
caisse fermée et caisse immaculée, brandissant le produit nettoyant accompagné du rouleau d'essuie-tout avec la rage du nettoyage express.

5 minutes
les plus longues
5 minutes écumant et se pressant sur la ligne de caisse, vaciller au dernier mètre par un client rêvant vous voir ouvrir seulement pour lui.

2 minutes et puis la dernière et soudain l'envie de plus rien ou juste de fermer le magasin, l'envie de dépasser toutes les limites de l'interdit et rire d'une overdose de silence.

Déserter à 20 secondes.
À 20 secondes de la sortie.
Être prostré et regarder s'écouler les autres secondes qui passent, les autres caissières se pressent devant, les envier jusqu'à la dernière, refuser de vous laisser abattre et servir votre nouveau dernier client.

Et puis 6 minutes, si minutes pour tous.
Ni Dieu devant, ni chiens aux trousses.
6 minutes, si minutes pour tous et plus de maîtres, que le désir d'être et renaître, se redresser, lever le bras, être ensemble, vainqueur tous ensembles, des millions de « c'est fermé » ex aequo. Millions de champions illégaux.

Ensemble, escalader les marches, tous ensemble passer la pointeuse.
6 minutes, plus qu'à 6 minutes, plus qu'à 6 minutes.

Voir les commentaires

Conseils d'amie à la clientèle - extrait

2 Juin 2009, 11:10am

Publié par Miss pas touche

Bonjour à toutes et à tous,

Le grand jour arrive très bientôt... Conseils d'amie à la clientèle sort en librairie le 10 juin prochain.
Hier, j'ai pu admirer mon tout nouvel ouvrage chez Stock.
J'adore ce genre de pile, ça donne un aperçu assez étrange de son travail.


Mon nouveau bouquin est 100% inédit et si le thème est toujours centré sur le commerce, ce ne sont pas les textes du blog et ce sera donc une découverte de lecture pour tous.


Alors, de quoi il parle ce livre ?
Déjà, soyons clairs. Ce n'est pas une suite des Tribulations. Disons que c'est une autre vision du monde du commerce et de la grande distribution. Cette fois, j'ai pris le point de vu du consommateur et j'ai mis en avant un certain nombre de situations étonnantes, désobligeantes, surprenantes, décalées... le tout avec humour.

Je vous livre ici le premier chapitre pour vous donner, j'espère, envie de lire la suite...
Vous remarquerez rapidement que le ton est le même que pour les "tribulations".

 Chaptire 1 de Conseils d'amie à la clientèle - Anna Sam - éditions Stock

Portes ouvertes
17 janvier




   15 h 30.
   Tiens, un bruit bizarre du côté des boîtes aux lettres ?! Étrange, le facteur est passé ce matin. Vous avez reçu votre lot de factures habituelles : gaz, eau, électricité, téléphone, crédit à la consommation… Les bonnes nouvelles quotidiennes sont déjà tombées.
   Curieuse, vous allez tout de même jeter un œil pour voir ce qu’on a pu déposer à la place du courrier. La clé dans une main, vous ouvrez votre boîte aux lettres sans grand enthousiasme. À peine avez-vous entrouvert la porte que de nombreux prospectus dégueulent de la bouche béante de cette boîte de Pandore moderne. Des papiers multicolores de toutes tailles vous tombent sur les pieds.
 
   Un cri vous échappe. Un « cadeau » vous a lâchement broyé le pied : un carreau de carrelage – un échantillon gratuit ? Ils ne reculent devant rien ! – a glissé parmi tous ces journaux encombrants.
   En boitillant, vous ramassez tous ces papiers et vous retournez dans votre cuisine. Vous posez la pile sur la table et y jetez un œil distrait tout en massant votre pied endolori.
   Machinalement, vous dénombrez pas moins de douze dépliants vantant les mérites de notre belle société de consommation.
Trois pour le prix de deux – sur certains articles très particuliers – harangue le premier papier comme si vous étiez sur la place du marché.
Remises exceptionnelles : économisez 50 % sur des milliers de produits scande le second – signalés en magasin par une pastille rouge, la verte équivaut à 5 %.
   Vous préférez une télé géante à écran plasma rien que pour vous, à un prix défiant toute concurrence ? C’est par ici – le crédit proposé défie quant à lui toute logique, mais les précisions figurent en si petits caractères que vous ne les voyez même pas.
   Et gagner un tour du monde en moins de 80 jours – plus exactement en 7 jours, 6 nuits, demi-pension, prévoir un supplément pour l’avion –, ça vous fait rêver ? Venez participer à notre semaine spéciale couleurs où tout article bleu vous donne une chance de participer au tirage au sort – un lot sur l’ensemble des magasins participants.
   Et ressembler à Claudia Schiffer, ça vous branche ? Le prospectus suivant met en avant les produits de beauté que les plus grands mannequins utilisent, – incroyable, les agences de mannequins se fournissent dans votre supermarché préféré !
   Vous préférez sans doute vous mettre l’eau à la bouche avec des produits du terroir, du « fait maison » artisanal proposé dans pas moins de cent cinquante grandes surfaces sur tout le territoire – vous voulez connaître la taille de la marmite servant à la cuisson de ce bœuf ? Reportez-vous au guide des records !
   Et cela continue sur toutes les pages, chaque produit vous donnant envie de le faire atterrir dans votre panier (ou mieux encore, dans votre caddie, beaucoup plus grand…) lorsque vous irez faire vos courses demain matin. Heureusement, vous n’êtes pas dupe, vous savez bien que tous ces produits, aussi beaux et peu chers soient-ils, ne pourront jamais être tous à vous, votre carte bleue ne vous autorise pas de découvert de plus de 500 €. Et quand bien même tout cela vous ferait envie, vous n’avez pas besoin de tout ce fatras…
   Vous êtes une consommatrice avertie, nuance…

   Vous ouvrez quelques prospectus au hasard, regardant même d’un peu plus près celui de votre magasin habituel. Après tout, avec un peu de chance, vous allez trouver des produits que vous achetez régulièrement. Vous tournez les pages sans réelle conviction : les téléviseurs sont trop chers et le vôtre fonctionne parfaitement (même si… un écran plat et la haute définition vous plairaient bien), la page alimentaire vous attire un peu plus. Vous n’êtes pas grande cuisinière et vous avez malgré tout envie de proposer à votre famille de bons petits plats « faits comme à la maison ». Vous en notez quelques-uns qui ont l’air appétissant et vous tournez la page. Vous tombez sur les DVD. Tiens, le dernier Harry Potter sort la semaine prochaine ? Si vous le réservez cette semaine (avec des arrhes de 10 €), vous bénéficierez d’une réduction de 5 € sur le jeu vidéo qui sort dans moins de deux mois (mieux vaut ne pas perdre le coupon de réduction !). Votre aîné est fan de ce personnage ? Depuis six mois il vous harcèle pour avoir le DVD à la sortie… Et si vous lui offriez le jeu vidéo pour Noël ? Finalement, ça pourrait être une bonne affaire…
   Afin de ne rien oublier, vous commencez à noter vos courses sur un morceau de papier et ajoutez le DVD sur la liste.
   Au bout d’une petite demi-heure, vous avez inspecté tous les prospectus, épluché chaque page et découvert un tas de produits dont vous avez besoin (en promotion dans trois magasins différents). Tout bien réfléchi, vous n’allez certainement pas courir dans différents supermarchés pour faire le plein de votre caddie. Mais qu’importe. Sur le coup, vous êtes satisfaite de voir toutes les économies potentielles. Qu’il est bon de pouvoir déjouer le système grossier des grandes surfaces en profitant de leurs fameux produits d’appels et de se focaliser plutôt sur ceux-là que sur les produits plus communs.
   Que faire de la pile de prospectus, une fois ceux-ci bien étudiés ? La jeter sur la voie publique ? Non, mais dans la poubelle réservée aux papiers, oui ! Impossible, elle est déjà pleine… La semaine a été bien « chargée » en publicités qui s’empilent maintenant dans le coin de la cave. Il est temps que la journée ramassage des ordures recyclables arrive.
   Vous punaisez la liste des courses sur le tableau dans la cuisine, prête à servir dès demain.




Je profite aussi de cette mise à jour du blog (de plus en plus rare en ce moment...) pour vous annoncer un concours organisé ces jours-ci sur le site de Bulle d'Encre, vous pouvez gagner un album BD des Tribulations d'une caissière (date limite : 14 juin).
POUR JOUER, CLIQUEZ ICI


Un lien vers une chanson (CLIQUEZ ICI), un teaser pour un livre qui sort très bientôt : SMS, Sa Majesté Sarkozy de Frédéric Mazé et Laurent Lèguevaque (éditions Gingko, sortie le 18 juin prochain).
Résumé : Pendant une année voici les sms que nous aurions envoyés au Président Sarkozy si nous avions eu son numéro. Avant tout ce livre est une renaissance des aphorismes qui à défaut de coordonnées présidentielles utilise le plus ancien objet culturel, le livre, pour véhiculer le plus moderne des messages, le sms.

Humour décalé à souhait... ;o)

Voir les commentaires