Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

[le saviez-vous] le bon roi Dagobert

27 Juillet 2011, 07:30am

Publié par Anna Sam

dagobert.jpg

 

Dans votre prime jeunesse, celle où vous étiez en culottes courtes, avec des billes plein les poches, les genoux écorchés et la tête remplie de fables de La Fontaine, vous vous extasiez devant un tas de chansons pour enfants, ces comptines qui vous amusaient en classe et que vous chantiez à tue-tête dans la cour de récré.

Une partie d'entre elles me hantent encore parfois et je me surprends à les fredonner en me demandant "mais c'est quoi ça déjà ? Le hit de l'été dernier ? Le dernier single de Lady Gaga ? Ah mais non ! C'est le bon roi Dagobert"

 

Et du haut de mon âge adulte, j'ai été rechercher les paroles sur le net parce que finalement, je ne me souvenais que de la toute première phrase : "le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l'envers"

La suite ? Néant tout entier... comme bon nombre d'autres chansons fredonnées pendant l'enfance.

 

La magie du web m'a même renvoyé à cette vidéo karaoké qui devrait vous permettre de chanter synchrone et de vous rappeler au bon souvenir des paroles toutes entières.

 

 

 

 

Petits veinards, voilà vous aussi vous l'avez bien en tête pour les prochaines heures (non ne me remerciez pas... évitez le lancer de cailloux rageur également merci)

 

Après l'avoir réécoutée et chantée à l'abri des regards indiscrets derrière mon PC (je tiens à ma réputation !), j'ai fini par me demander quelle était l'origine de cette chanson parce que, finalement, ce n'est pas tellement à la gloire du roi Dagobert ça... et puis, c'était qui ce bonhomme ?

 

Bref, après quelques recherches (merci internet), je vous partage mes découvertes :

 

Nous voilà plongé au coeur du septième siècle, à l'époque des rois mérovingiens (vous savez : Clovis, Pépin le Bref et quelques autres).

Dagobert 1er : un nom apparemment à la mode à l'époque puisqu'ils furent 3 rois presqu'à suivre à utiliser ce patronyme, le tout en moins d'un siècle, admirez l'effort ! Et c'est tout de même nettement plus original que la tripotée de Louis qui se sont succédés au cours des siècles suivants non ?

Dagobert 1er donc n'est pas un roi très connu de nos jours, mis à part par cette chanson où l'on ne sait rien de l'homme finalement.

D'après la "légende", ce roi était un bon vivant, distrait et myope ce qui lui valait d'innombrables gaffes... et peut-être d'avoir porté ses braies (parce que la culotte n'existait pas encore à l'époque) à l'envers ?

Pour son CV détaillé, je vous invite à aller lire la page wikipedia qui lui est dédiée où vous saurez tout de ses guerres, ses parents, ses maladies, sa mort, sa politique...

 

Et cette chanson aurait traversé quelques 1400 ans d'Histoire ?

Que nenni ! "le bon roi Dagobert" est beaucoup plus récente. Pas sûr que sa Majesté aurait appréciée de se voir tournée en ridicule à ce point d'ailleurs... En réalité, cette chanson a été écrite au 18e siècle, quelques années avant la Révolution Française.

L'objet du texte n'était pas le roi Dagobert mais le roi Louis XVI qui en était la véritable cible. Pour éviter la censure, le parolier avait simplement changé le nom du roi en renvoyant vers un homme mort depuis des lustres.

Ainsi, cette chanson écrite pour dénoncer le gouvernement de l'époque est aujourd'hui chantée dans les cours de récré où les enfants sont à mille lieues d'imaginer l'origine bien politique de ces paroles.

 

(et si vous vous demandez qui est ce bon "saint Eloi" c'était le conseiller privilégié du roi Dagobert, plus d'infos > page wikipedia)

 

PS : oui, laissez-moi croire encore un peu que dans les cours d'école, on fait la ronde, on y chante des chansons, on joue aux billes et à l'élastique...

 

PS2 : photo tirée du film Le bon roi Dagobert (1984)

Voir les commentaires

La course à l'info. Plus fort que Superman et Thor réunis?

16 Juillet 2011, 15:30pm

Publié par Anna Sam

flashinfos.png

 

Il fut un temps pas si éloigné où l'on regardait de manière quasi religieuse le 20h. Oui, LE 20H à la télé.

Quand j'étais petite (j'ai dit que c'était pas si éloigné...), même si je n'y comprenais pas toujours grand chose, je voyais bien l'intérêt chez les adultes pour ce genre d'émission. De mon côté, j'avoue, je préférai regarder Zorro ou Batman le samedi soir dans l'émission de Disney, séries exceptionnelles à mes yeux d'enfants (bon, j'ai un peu changé d'avis en tombant dessus sur la TNT) accompagnées de quelques petits dessins animés bien gentillets où un coyote essayait de bouffer un genre de gallinacé à grandes pattes ou un chat essayant de boulotter une souris, sans plus de succès que le coyote précédent.

Alors, les histoires de guerres, de politique, de travail ou de faits de société ne m'intéressaient guère.

Le temps a passé, j'ai grandi (j'ai pas dit vieilli !) et je regarde les infos comme le faisaient mes parents, avec quelques nuances cependant.

Déjà, les sources d'informations se sont mutlipliées et le net a permis d'accélerer au possible la diffusion de l'info. L'ère de l'instantané est arrivé (Twitter en premier). D'ailleurs, les sites en ligne des journaux le mettent en avant. "L'info en temps réel" est devenu le maître mot pour la plupart des agences.

 

Nous voilà complètement asséné, abreuvé de nouveautés à longueur de temps, une info chassant l'autre, faisant oublier bien vite une nouvelle pour laisser la place à une autre plus croustillante, plus fraîche surtout.

Alors, l'envie de pouvoir se poser, de prendre un peu de recul face à ces infos incessantes apparaît comme primordial, essentiel même afin de parvenir à comprendre un peu mieux le monde dans lequel on vit.

Malheureusement, ce ne sont pas les JT qui vont nous permettre de prendre ce recul pourtant nécessaire, eux aussi jouant dans cette course à l'information.

Etonnant aussi de voir à quel point les journaux télévisés étirent en long en large et en travers une information nouvelle, la pressant jusqu'à la nausée et laissant complètement de côté les nouvelles qui ont fait la une du monde entier quelques jours plus tôt. Que voulez-vous, une nouveauté chasse l'autre.

 

Fukushima ? la révolution du Jasmin ? La Grèce ? Les otages ? la montée du chômage ? La crise ? L'envolée du pétrole ?

Ah oui, mais en ce moment, c'est le Tour de France, Eva Joly et ce qu'elle pense du défilé du 14 juillet, les vacances ou DSK (enfin, de mois en moins... ça commence à dater cette affaire, même si elle n'est pas terminée et/ou jugée).

On verra, peut-être qu'en août, une petite catastrophe naturelle permettra de mettre de nouveaux sujets plus croustillants sur le devant de la scène.

 

Il y a quelques années déjà, les Inconnus avaient imaginé les informations du futur, ça avait donné un genre d'info-jeux. J'aurais finalement préféré cette version bien soft...

 

 

Aujourd'hui, les émissions permettant de prendre un peu de recul face à cette course aux infos nouvelles, ce n'est pas (plus ?) dans le JT qu'on la trouve, mais ce regard un peu plus posé, j'arrive à le percevoir dans certaines émissions de radio.

Ah, si on m'avait dit il y a 4 ou 5 ans que j'écouterais France Inter, je crois que j'aurais éclaté de rire... (sérieux ? écouter autre chose que de la musique à la radio, c'est possible ?)

 

Et vous ? Quelles sont vos sources d'infos qui vous permettent de trouver un peu plus que les nouvelles brutes, un peu d'analyse et une vision plus approfondie que l'instantanéité du web ?

 

Heureusement, le 13H est beaucoup plus... bucolique :-)

Voir les commentaires

Compétences - génération 2.0 ?

7 Juillet 2011, 08:00am

Publié par Anna Sam

competences_ban.png

 

Avez-vous remarqué que certains mots reviennent régulièrement dans le jargon, les discussions, les requêtes formulées par diverses personnes ?

Si je prends, par hasard, le secteur de l'emploi, le terme "compétences" est aujourd'hui omniprésent.

Vous devez être compétent pour exercer dans un domaine. Quel qu'il soit. Finalement, quoi de plus normal, de plus logique car pour pratiquer un métier, il est indispensable de savoir comment le pratiquer.

 

On nous demande donc des compétences : gestion des approvisionnements et des stocks, développement d’un portefeuille clients, maîtrise des logiciels bureautiques, encadrement d’une équipe de vente, saisie et classement de documents, accueil des clients, animation de réunions, etc...

Bref, tout ce qui caractérise nos aptitudes professionnelles, que l'on soit hôtesse de caisse ou directeur marketing, c'est ce qui nous définit.

D'ailleurs, on le voit bien dans les différents profils à vocation professionnelle (je parle plutôt de Linkedin, Viadeo et consorts plutôt que Facebook, Google+ ou Twitter) que chacun d'entre nous créons sur le web, les compétences ont une place prépondérante.

J'aime bien cette idée de mettre en avant mes capacités, montrer aussi que mes compétences acquises au fil du temps et des expériences peuvent s'avérer transversales, plus pointues ou prépondérantes.

 

Devenu un des maîtres mots depuis quelques années dans les recherches de profils, ce terme de langage apparemment courant et commun révèle parfois quelques surprises.

 

Si je regarde dans mon petit Robert (oui, un dictionnaire papier... j'ai mes petites manies), il me dit entre autres informations, car je ne retranscris qu'un extrait :

Compétence (nom féminin)

- Aptitude reconnue légalement à une autorité publique de faire tel ou tel acte dans des conditions déterminées

- Connaissance approfondie, reconnue, qui confère le droit de juger ou de décider en certaines matières

 

Je vous ferai grâce des autres définitions qui existent pour le terme "compétence". Pour plus de précisions, je vous invite à ouvrir le dictionnaire qui doit traîner quelque part chez vous.

 

Les compétences sont donc quelque chose qui renvoit au genre humain.

Et en regardant Les constructeurs de l'extrême (desfois, il y a des trucs très intéressants dans cette émission) hier soir dont le sujet était dédié au métro new-yorkais, j'entends et je vois ça :

 

 


 "Ouvriers et robots associent leurs compétences pour souder..."

 

Et hop ! Voilà comment d'un coup d'un seul, le robot prend l'égal de l'homme ou l'homme est rétrogradé à une fonction de machine...

 

Mis à part cette surprenante phrase (oui, 3 secondes sur un documentaire de 45mn, c'est pas la mort, je sais !), l'émission est fort intéressante. J'ai notamment appris que ces rames de métro avaient une durée de vie de 40 à 50 ans (soit 4 à 5 fois plus longues qu'une automobile américaine...) et que lorsque celles-ci arrivent en fin de vie, elles sont balancées dans l'océan pour servir de récif artificiel pour les poissons (les coraux ? Quels coraux ?)

 

Pour (re)voir cette émission dans son intégralité, cliquez ici

 

Sinon, si vous voulez en savoir plus sur les compétences, leurs enjeux, leurs intérêts, vous pouvez jeter un oeil sur ces documents PDF que j'ai récupéré sur le net.

- Un cahier très complet (et assez long) intitulé : "identifier et décrire les compétences professionnelles" créé par le CNPF (ouvrage dirigé par Annick PENSO-LATOUCHE du CNAM FFPS) lien ICI

- une courte fiche créée par le magazine Vies de famille qui donne quelques pistes intéressantes - lien ICI

 

Egalement, un lien internet :

Quelques astuces qui permettent de transformer des aptitudes apparemment ludiques ou très personnelles en compétences professionnelles (ça paraît tout bête, mais finalement, c'est plutôt bien vu) lien ICI

 

Sur ce, je vais retourner mettre à jour mes compétences sur mon profil viadeo ;)

Voir les commentaires

Vidéo du dimanche - l'entretien d'embauche

3 Juillet 2011, 13:30pm

Publié par Anna Sam

Les belges ont beaucoup d'humour et font preuve d'auto-dérision. Certainement une des raisons pour laquelle la vidéo qui suit fonctionne bien.

On pourra bien évidemment trouver que c'est bourré de clichés et de blagues déjà vues, mais j'avoue, cette vidéo m'a bien fait rire...

Miss Belgique 2010 a de l'avenir devant elle comme comédienne ;)

 

 

 

Et puis, c'est dimanche... Alors on va dire que c'est permis.

Voir les commentaires