Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour une question de centimes (2/2)

27 Mars 2008, 13:43pm

Publié par Miss pas touche

Station service de grande surface

- Bonjour, vous étiez à quelle pompe s'il vous plait ?
- Euh, ch'ai pas.

(restez zen... et retrouvez où s'est servi le client. Usez de subterfuges et arborez votre plus beau sourire : demandez le montant qu'il a vu, quel carburant il a pris, à côté de quelle voiture il était... parlementez pour trouver le bon numéro de pompe. C'est bon? Vous l'avez ? Alors passez à l'étape suivante : le paiement)
- 20,01€ s'il vous plait
- J'ai mis que pour 20 Euros d'essence moi. De toute façon, j'ai pas de pièces.



Un certain nombre de personnes cherchent à mettre un compte rond dans leur réservoir : 10, 20 ou 30 €. C'est censé aller plus vite quand ils passent à la caisse ensuite (ou cela leur permet de mieux maitriser leur budget, ou pour tout un tas d'autres raisons que j'ignore aussi certainement).
Ils tendent leur billet correspondant au montant indiqué sur la pompe et filent dans un bruit de moteur digne d'un départ de formule 1.
Oui mais voilà ! C'est un sacré sport que de tomber pile et souvent, il faut être honnête, ça tombe à côté. Oh, de pas beaucoup, un ou deux centimes : 15,01 ou 20,02 mais beaucoup plus rarement 14,99 ou 19,98... Il est préférable que ce soit le magasin qui fasse don d'un centime plutôt que l'inverse, n'est-ce pas ?
Et le nombre de clients qui tentera de ne pas régler cette petite somme est assez impressionnant. C'est vrai qu'un centime peut paraître dérisoire mais sur une journée de travail, cela finit par représenter beaucoup et est source d'erreur de caisse lors du comptage (alors imaginez sur une semaine).
Il est toujours étonnant de voir la manière dont certains cherchent à ne pas payer ce montant supplémentaire (qui est pourtant dû). Entre ceux qui diront n'avoir rien d'autre que le billet qu'ils tendent (on dirait pourtant qu'il y a un tas de centimes à côté du siège conducteur), ceux qui s'excitent en criant que c'est de votre faute (ben voyons ! Vous avez le bras rudement long pour être et derrière votre caisse et servir à la pompe en même temps).

Petite subtilité complémentaire, vous avez bien sûr remarqué que le prix au litre va jusqu'au troisième chiffre après la virgule : 1,239 € ou 1,452€ - tout montant similaire à des prix réels n'est pas fortuite -.
(petite digression : le prix entre les différentes stations services varie généralement avec seulement ce dernier chiffre... ce qui en réalité, sur un plein de 40 litres ne fera même pas 40 centimes d'Euros de différence de prix pour 5 ou 10 kilomètres de détours parcourus avec sa voiture pour trouver la pompe la moins chère... mais passons...)
Et donc avec ce troisième chiffre après la virgule, cela veut dire que le prix est arrondi lors du passage en caisse (que vous payiez en liquide, par chèque ou par carte bancaire d'ailleurs). Du coup, il arrive parfois des drames ! Le client devant régler : 50,01 € selon la caissière alors que lui a vu à la pompe : 50,007€. Donc 50€, non ?
Et vous voilà parti dans les explications habituelles que pour l'arrondi du prix, c'est au plus proche de l'unité. Ce qui veut dire que si c'est 50,003 on passe à 50, si c'est 50,006 ce sera 50,01 ! (et pour 50,005 ? allez, on vous fera une fleur : 50) Et pour appuyer vos dires, vous devrez sortir la calculette, la facture et le ticket de caisse, le tout étayé avec un savant calcul pour bien montrer que non, vous ne cherchez pas à voler 1 centime au client, mais que oui, vous appliquez la procédure.

Alors, de guerre lasse, bien souvent les hôtesses laissent tomber car cela va facilement trop loin dans les paroles. Et je ne suis pas persuadée que l'on aime se faire insulter ni klaxonner par 10 voitures qui attendent impatiemment le moment de filer sur l'asphalte à toute vitesse.

Malgré tout, vous tentez de faire régler le centime au client ? (vous êtes courageuse... ou inconsciente)
Ça pourra vous donner ce genre de situation :
- Il manque un centime.
- M'en fou, je les ai pas et je vous les donnerai pas.
- (vous tentez donc le tout pour le tout) Je vais devoir appeler la sécurité.


Et là, soit le client (de mauvais poil) sort de sa poche une poignée de monnaie et balance le centime manquant, soit il vous rit au nez et vous lance :
- Allez-y, appelez-les vos cowboys !
Et soyons honnête, les agents de sécurité se déplaceront rarement pour si peu. Le coup de bluff n'aura été que de courte durée et votre tentative de récupérer la monnaie n'aura été que du vent...
Le client se fiche de vous, vous traite d'incapable au passage et file au volant de sa grosse BMW (car oui, ces clients là n'ont généralement pas de petites voitures).


Prochaine anecdote : Vive les paniers !

Voir les commentaires

vos histoires de caisse (8)

23 Mars 2008, 10:09am

Publié par Miss pas touche

(illustration de NoTTo : son site)

Entre bière, whisky, burger, informations confidentielles et braquage (non, faut pas pousser quand même...), c'est un grand festival quand on est dans les magasins.
Côté caisse ou côté client, il arrive que l'on se retrouve à effectuer un véritable parcours du combattant...
Antoine, Albéric, Hélène et Josette racontent.


Antoine
(promotion : deux histoires pour le prix d'une)

côté caisse

- fast food -

Une femme entre dans le restaurant et, se tenant à ma caisse, me demande un burger qui fait alors l'objet d'une promotion pour une durée limitée de 15 jours. Les murs de l'établissement sont couverts d'affiches vantant la bonne affaire et montrant, en gros plan, le burger en question, frappé d'une énorme inscription : "10 francs !". Je lui sers son produit et lui demande alors les 10 francs qu'elle me doit.

Décontenancée, elle me demande alors :
- Mais c'est vous qui devez me donner 10 francs si je prends ce burger ! C'est marqué sur les affiches...
Mes tentatives pour lui expliquer comment fonctionne le monde sont vaines et elle quitte le restaurant, sans le burger (évidemment) et en nous accusant de publicité mensongère...
 

- agence de voyage -

Un jeune homme accompagné de son amie se présente à mon comptoir. Il souhaite acheter un billet d'avion pour Londres. J'aime plaisanter avec les gens et, lorsque je le peux, avec les clients. Il est étudiant, moi aussi à l'époque. Il me semble assez sympathique et adopte un air décontracté. Après lui avoir demandé son nom, je retrouve dans le fichier informatique la trace d'un ancien achat de sa part dont il ne se souvient visiblement pas. Lui et son amie sont donc surpris quand j'avance son prénom :

- Ouah, trop fort ! Vous savez ça rien qu'en tapant mon nom sur votre ordinateur ?!

Voyant sa réaction, l'idée me vient de pousser le jeu et de tenter au hasard d'autres affirmations plus personnelles mais relativement probables :

- Oui, bien sûr... Je vois aussi que vous êtes fumeur et que vous avez moins de 26 ans.

(... Dans le mille !)
Lui, circonspect :

- Euh... Oui...
- Vous avez une voiture de catégorie 106/Clio/Fiesta et votre médecin est à deux pas d'ici, c'est bien ça ? (là aussi dans le mille)
 
Là, ils blanchissent et se montrent tout à coup très inquiets de voir que nous disposons d'une fiche de renseignements aussi personnels sur lui alors qu'il est persuadé (en plus) de ne jamais avoir eu affaire avec nous...
C'est alors que j'éclate de rire et lui avoue la supercherie... Il prennent bien la blague et la transaction s'est faite de manière très détendue.


Albéric

côté caisse

Un jour, une cliente passe à ma caisse, très aimable, gentille et souriante. Je passe ses articles en parlant un peu vu qu'elle avait engagé la conversation et qu'elle était aimable et marrante (ce qui est plutôt agréable dans une journée où une bonne partie des clients nous ignorent).
Au moment de payer, elle ouvre son sac pour prendre son portefeuille et au lieu de sortir sa carte bancaire, elle s'écrie :

- Ah ben j'ai l'air conne !  Ah les gamins je vous jure !
- Votre enfant vous a pris votre portefeuille madame ? Si vous voulez, je peux demander à faire mettre votre chariot de côté pour que vous reveniez et que vous n'ayez plus qu'à payer !
- Ah non, je l'ai ! C'est pas ça... Regardez ! (Elle me montre discrètement l'intérieur de son sac) C'est un faux hein, je vous montre discrètement pour ne pas avoir la sécurité à me tomber dessus. Mais regardez, je vous rassure c'est un faux !!

Il s'agissait en fait d'un pistolet à billes que l'un de ses enfants avait trouvé malin de mettre dans son sac ! Cette petite blague m'a bien amusé et la cliente avait l'air tellement gênée et amusée à la fois que ça m'a donné le sourire pour la journée.

Hélène

côté caisse


J'ai travaillé 2 ans en tant qu'hôtesse de caisse en supermarché de quartier, et toujours par périodes de CDD. Je revenais je repartais, et ainsi de suite à 7 ou 8 reprises.
J'avais mes habitués du quartier. Ils aimaient beaucoup passer avec moi, et quand j'allais rendre visite à mes collègues, ils me demandaient : "Ça y est vous avez repris?" ou alors : "Vous allez à quelle caisse?"
Même quand il y avait du monde à ma caisse, ils faisaient la queue quand même, et c'est là qu'on voit que "nos clients" nous apprécient vraiment.
Mon dernier CDD a recommencé en avril dernier. J'étais enceinte de 3 mois. Mes clients ont suivi ma grossesse avec moi, demandant sans arrêt des nouvelles du bébé. Ils étaient même presque plus pressés que moi de savoir le sexe. Une petite mamie m'a même offert des bavoirs et une autre une peluche pour ma puce.

Un jour du mois de septembre, quelques jours avant mon congé maternité, je travaille de 8h30 à 15h30. Je ferme ma caisse vers 15h15, le temps de la nettoyer et de la compter.
Là un client que je n'avais jamais vu commence à piquer sa crise car je ferme et que lui fait la queue pour juste une bière.
J'étais alors énorme (gros bébé...), j'avais mangé sur le pouce le midi, et j'ai failli me mettre à pleurer (les hormones !!!). Et là, plusieurs personnes ont pris ma défense, indiquant au client indélicat que peut-être il n'avait pas vu que la demoiselle est enceinte et lui demandent de changer de ton avec moi .
Le monsieur s'est calmé. Il leur a demandé s'il pouvait passer devant eux car il n'avait « qu'une bouteille »
- Hors de question ! Vous ferez la queue comme tout le monde.


Josette

côté client

Je suis à l'origine de cette anecdote bien que je n'ai pas été présente physiquement.
Soirée entre amis, du whisky est servi : qui le boit sec, qui met du coca, des glaçons ou un tas d'autres mélanges.
Nous étions 6 ou 7.
Première lampées, premiers cris : "Mais, c'est de l'alcool à brûler !"
Certains courageux allant jusqu'au bout de la dose pour s'en assurer.
Mon mari est diligenté pour rapporter l'objet entamé du délit au supermarché avec pour consigne de se faire ou rembourser ou échanger la-dite bouteille...
Voilà pour le contexte.

Accompagné de mon gendre, ces intrépides affrontent une caissière qui ne s'en laisse pas conter (évidemment, à sa place, j'aurais fait pareil !) et qui refuse tout d'abord l'histoire et doit croire à une blague. Elle finit par s'énerver (là, y faut pas...). Un des deux intrépides (le plus jeune) file vers le rayon informatique tandis que le plus vieux , la bouteille à la main ne cède pas un pouce de terrain.
L'hôtesse demande :
- Mais, il avait quel goût ce whisky ?
- Je ne sais pas, je ne bois pas, répond mon mari. (véridique, il ne boit pas!)
Dernier argument du plus hardi :
- Téléphonez à ma femme, elle vous racontera !
(Bon, l'hôtesse a dû penser que j'étais pochtronne)

A mon travail, le téléphone sonne, et je dois argumenter le plus silencieusement possible pour ne pas être entendue de mon entourage que oui, il avait un goût d'alcool à brûler, que non, on n'a pas reversé tous les apéros dans le flacon car il aurait été difficile de prouver l'horreur du produit et que la meilleure façon de le constater c'est qu'elle, elle en boive !
- Mais, il est quatre heures, ce n'est pas l'heure de l'apéritif (tiens donc, elle est pochtronne aussi ?)
- Appelez votre chef de rayon, il est là pour ça (lui aussi !)

De guerre lasse, elle autorise mon époux à prendre une autre bouteille de la même marque. Le soir venu, nous l'avons dégustée sans retrouver ce petit goût à l'origine de cette histoire.

Pour votre information, il faut savoir que si vous achetez une bouteille d'alcool et qu'elle s'avère imbuvable, vous êtes tout à fait dans votre droit de demander à l'échanger.
Pareil si votre vin a goût de bouchon, vous pouvez également vous la faire échanger dans votre magasin (à condition de ne pas avoir égaré son ticket de caisse et de ne pas l'avoir acheté dix ans plus tôt...)
Par expérience, je sais que beaucoup de clients ignorent cette information.

Voir les commentaires

Pour une question de centimes (1)

20 Mars 2008, 08:05am

Publié par Miss pas touche

undefined(illustration de NoTTo : son site)


Pas toujours facile de compter juste quand on fait ses courses.
Pas toujours simple de calculer à l'avance le montant de ses achats avant le passage en caisse.
Certains doivent certainement être fâchés avec les maths et un caddie rempli qui n'aurait pas dû dépasser 20 ou 30€ (c'est tout ce qu'ils ont pris comme monnaie) est parfois plus proche des 100€...
Et bien sûr, c'est de votre faute car c'est bien connu, la caissière est la responsable de tous les maux et de tous les prix (toujours trop chers) des articles du magasin. Le client mettra alors un point d'honneur à vous faire subir sa mauvaise humeur et sa mauvaise foi quand le montant total des courses sera affiché sur la caisse.

Le lot de situations est aussi varié que le nombre de clients passant à votre caisse. Les réactions sont parfois surprenantes.

Il existe tout de même de grands classiques
- Il me manque 1, 5, 10 centimes, vous allez bien m'en faire cadeau! (Certains tenteront même jusqu'à 1 ou 2 €...)
(Ben voyons et je vous laisse aussi votre billet ?)
- Je reviendrai vous payer demain.
(Il est loin le temps où l'on faisait crédit au client, surtout dans une grande surface...)
- Pour si peu, ça changera rien pour vous !
(Pour moi non, pour mon comptage ce soir, si, surtout que d'autres feront la même réflexion dans la journée)
- Vous vous êtes forcément trompée en passant les articles. C'est pas ce que j'avais compté.
(Ha, les erreurs de prix ça peut exister, mais de là à dire que c'est forcément de ma faute...)

Mais certaines histoires marquent plus que d'autres.

Pour quelques cacahuètes
J'ai le souvenir d'un jeune couple qui passait régulièrement au magasin acheter quelques articles de première nécessité, le tout en marque "premier prix". Avant de passer en caisse, ils notaient scrupuleusement le montant de chaque article pour calculer au plus juste.
Ce jour-là, d'après leurs notes griffonnées, il devait rester un peu de monnaie (à peine 5O centimes en réalité). Quand il ont vu le total affiché à ma caisse, conforme à leurs calculs, le jeune homme est reparti vite fait dans les rayons pour revenir quelques instants plus tard avec un paquet de cacahuètes premier prix.
- C'est vital, m'a-t-il l'ancé, le sourire aux lèvres.
Et le couple est parti ravi d'avoir pu s'offrir ce petit plaisir supplémentaire.


Quelques euros de plus
Un jeune homme arrive à ma caisse avec quelques bricoles (de la nourriture exclusivement). Venu le moment de régler les achats, panique à bord ! Il a beau compter et recompter sa monnaie et faire ses fonds de poche, il lui manque encore plus de 3€. Il y a foule dans le magasin. Les clients qui attendent derrière commencent à s'impatienter (soupirs et grommellements offrent un chouette concert live) et doivent craindre sans doute de devoir assister à une discussion interminable entre la caissière et le client.
Pour ne pas trop troubler le client, je lui demande discrètement :
- Vous avez combien sur vous ?
- 5€
- Il vous manque un peu plus de 3€. Voulez-vous que je vous donne le montant de chaque article (il n'y en a pas beaucoup) pour voir lesquels vous allez enlever ?
- Oui, je veux bien. Déjà, je vous redonne la boîte de conserve.
(Elle coûte 60 centimes)
Les soupirs se multiplient. Le client qui ne peut pas régler ses achats en totalité ne sait quoi enlever. Honnêtement, vu le contenu de ses courses, à sa place j'aurais eu aussi du mal à choisir quoi rendre.
Pris dans un dilemme intérieur, le jeune homme ne parvient pas à se décider. Et moi, je ne peux pas l'aider plus. Le client suivant se penche vers moi et me demande alors :
- Il lui manque combien ?
- (surprise) Un peu plus de 3€. Monsieur regarde quoi déduire de ses achats.
Il ouvre son porte-monnaie et me tend alors un billet de 5€ et dit au jeune :
- Et gardez la monnaie.

Un acte généreux, sans attente de retour d'aucune sorte. Si j'ai été surprise, le jeune homme l'a été bien plus. Il a timidement remercié et a filé.
Après son départ, je discute un peu avec le monsieur et je comprends que lui aussi a vécu la galère, les fins de mois difficiles, les achats minimalistes.

Un geste rare.
Un geste précieux.


Pour ma petite soeur
Ça me rappelle aussi une autre histoire, naïve celle-ci.
C'est un petit garçon (il doit avoir 9 ou 10 ans). Il passe à ma caisse et me tend deux jouets. Fier comme un coq, il m'explique avec un grand sourire :
- Tu vois, celui-là il est pour moi (il me montre une boîte de playmobil) et la poupée Barbie, c'est pour ma petite soeur. C'est un cadeau !
On sent toute la fierté dans son regard. Oui, mais voilà... quand j'annonce le montant total, il y en a pour près de 25€. Il me regarde avec des yeux ronds et me montre son porte-monnaie :
- J'ai que 15€.
Il me demande alors le prix de chaque article
- 12,35€ pour ton playmobil, 11,90€ pour la poupée.
Il réfléchit. Il calcule (il compte sur ses doigts). On sent son intense concentration.
Le client suivant qui vient d'arriver sourit en regardant la scène. Le jeune garçon me redemande encore le montant des deux articles, puis de chaque.
Cela dure quelques minutes.
Et ça y est, il se décide :
- Je vais prendre que mon Playmobil.

L'enfant paie son jouet et je lui rends sa monnaie. Il lui reste à peine 3€. Et sans doute dans un dernier espoir, il me demande :
- J'ai assez pour la poupée ?
- Non, mon grand, il te manque presque 10€.
- Ah, tant pis alors. Au revoir.

Il file avec son jouet visiblement très déçu. Allez savoir comment il a expliqué tout ça à sa petite soeur après...

---
prochaine anecdote : histoires de centimes (la suite) – lieu : station service

Voir les commentaires

Les tribulations d'une caissière - Couverture

17 Mars 2008, 16:37pm

Publié par Miss pas touche

Et voilà !  C'est fait !
La couverture a sa version définitive (ou presque). Je suis très fière de vous la présenter.
undefinedSortie : 4 juin 08

L'adresse du blog, c'est moi qui l'ai rajoutée (et n'apparaîtra pas sur le livre...) ;o)
Sobre, mais efficace. Après tout, y a-t-il besoin de plus pour expliquer de quoi parlera le livre ?
Il a été question un temps de mettre une photo de caisse, mais il paraît que ce n'est pas aussi photogénique que cet élégant et seyant caddie, qui est quand même le symbole par excellence de la grande surface...

J'aime beaucoup le résultat en tout cas. Et vous ?

(J'attends avec impatience le moment où je verrai passer un caddie dans un rayon avec le livre posé au fond... Quelle mise en abyme héhé)

Voir les commentaires

vos histoires de caisse (7)

13 Mars 2008, 09:48am

Publié par Miss pas touche

Petit tour uniquement du côté caisse aujourd'hui : langage de sourd, bras musclés, rencontre précieuse et conseils avisés.


Chantal

Je suis caissière dans le bricolage au Luxembourg.
Certains clients portent leur sac de 25 kg dans les bras. Épuisés, ils le balancent sur le tapis de caisse (c'est lourd !). Evidemment, le sac n'est pas non plus incassable et il arrive régulièrement qu'il se déchire. Un beau nuage de poussière s'échappe : plâtre, ciment, sable, joint de carrelage...
Il y a de quoi être ravi. on en a plein les cheveux et on a l'impression d'avoir mis une nouvelle couche de fond de teint.
- Oh excusez-moi, mais c'est lourd vous savez ! Vous disent ces clients.
- Oui monsieur bien sûr (répondez-vous avec le sourire, toujours avec le sourire!). Mais vous savez, il y a des caddies pour les objets lourds.
- Oui mais juste pour un sac...

Sarah

Le samedi, je travaille dans un grand magasin de meubles, où beaucoup de personnes viennent passer leurs longues heures de week-end.
Un jour de grande affluence, un monsieur d'une quarantaine d'années arrive à ma caisse. Contrairement aux autres clients qui ont l'air pressés de sortir de la foule, il avance lentement et considère d'un air dubitatif deux cartons qu'il tient dans ses mains. Je lui lance un "Bonjour" pour le sortir de sa réflexion (qui semble intense!).
- Bonjour mademoiselle... Dites-moi, je ne sais pas quelle lampe choisir... Vous pensez que c'est la verte ou la rouge qui irait mieux dans mon salon?
- Euh...
Je le regarde à mon tour avec un air dubitatif, me disant qu'il va se rendre compte rapidement du non-sens de sa question! Mais le monsieur attend une réponse... Devant la file de clients qui s'impatientent, je décide de ne pas prendre le temps de lui expliquer que je n'ai jamais vu son salon et lui lance aimablement:
- Ecoutez, je pense que la verte ira très bien...
- Oh, vous avez raison, ça ira bien mieux.
J'encaisse et le monsieur repart tout content de mon bon conseil. Ni moi, ni les clients suivants ne pouvons réprimer un sourire.

Jean-Christophe

Je travaille dans un petit supermarché. Je suis à la caisse principale (celle qui est toujours ouverte) et voilà qu'arrive le... comment dire... le gars débraillé, édenté avec des vêtements qui portent encore des taches du souper d'il y a 3 mois.
Soit. Nous ne sommes pas là pour juger et tout le monde doit manger.

Je scanne ses petits achats. Il y en a pour 4,08€.
- Voilà Monsieur, cela fait 4 euros et 8 cents.
- Achaché ?
Je ne le comprends pas et lui fais part de mon interrogation :
- Pardon ?
- Cambien ?
- Combien ? Et bien 4 euros et 8 cents...
- Ka euro ? Comment ?
- (Je perds un peu patience) 4 EUROS ET 8 CENTS...QUATRE !! (je lui montre avec mes doigts)  1-2-3-4...Quatre !
- Quachtre ? Quachtre auros ?... Comment ça ?
- 4 EUROS ! QUATRE !!! 1-2-3-4 (je lui montre toujours mes doigts)...
- Ah quatre euros ?...Chi ché 4 euros, faut pas dire quachtre...moi pas comprendre, vous devoir bien parler à moi.
-  ...
Il me tend quatre euros...
- Ok, on va s'en sortir... Bon, il y a encore les 8 cents aussi !
- (le client s'énerve) Oh comment cha...vous me dire 4 euros et maintenant des chents...comment cha des chents !!!!
- Ben oui, c'était 4 euros et 8 cents, vous m'avez donné les 4 euros et maintenant, il faut encore les cents.
Heureusement, il me donne les cents et part en râlant.
Et moi, je me dis :
« Ben heureusement que ça faisait pas cinquante-sept euros quatre-vingt sept cents ! »
Un mot sur cette histoire. Elle met deux choses en exergue :
- en caisse, on ne sait pas toujours comment réagir face à certains clients
- une incompréhension mutuelle finit par être source de conflit, de stress et renforce la distance entre les gens

A moi aussi, ça m'est arrivé de devoir réprimer mon envie de m'énerver contre des gens qui ne comprenaient pas les choses simples que je leur disais. Mais comment réagir face à des circonstances comme celle-ci quand on ne nous l'a jamais appris ? Hé bien, c'est le système D et la débrouille personnelle. Les premières fois sont délicates à gérer et au fur et à mesure du temps, on apprend à mieux appréhender ces situations.
Ceci dit, il y en aura toujours une qui saura nous déstabiliser...

Brigitte

un souvenir me reste de mes « années caissières » qui a longtemps mis un baume sur certains mauvais comportements de quelques clients.
Je me rappelle d'un SDF qui venait tous les matins acheter sa bouteille de vin et une pomme. Il plaisantait un peu avec moi et je souriais des histoires qu'il me racontait. Il avait pris l'habitude de m'offrir un bouquet de fleurs tous les vendredis. Juste, me disait-il, pour me remercier de mon sourire. C'est peu dire que ce geste me touchait...
Et puis... J'ai su un matin que les pompiers étaient venus le chercher.
Il s'appelait Gérard...


Vous aussi, vous avez envie de raconter une histoire qui vous est arrivée en magasin (côté caisse ou côté client), une situation incongrue, amusante, révoltante ou étonnante ? Si vous souhaitez la partager ici, n'hésitez pas à m'envoyer un mail (l'adresse est notée sur la colonne de gauche) avec pour objet : "anecdote de caisse".
La seule chose que je vous demande, c'est de ne pas tourner en ridicule ou d'humilier employé, client ou patron, car là n'est pas le but de ce blog.

Voir les commentaires

"Caisse en pause - pour la réouvrir, mettez votre code secret"

6 Mars 2008, 10:37am

Publié par Miss pas touche

undefined
Bonjour à tous,

Vous avez sans doute remarqué que je mets moins d'articles sur le blog depuis quelques temps.
Je travaille actuellement à plein temps pour mon livre tiré du blog et si je veux être pleinement satisfaite des textes que vous pourrez retrouver sur papier en juin (le 3 si tout va bien), je me dois de m'y consacrer totalement.
La date de remise du manuscrit approche et le temps file vraiment vite...

Le choix de la couverture est également pratiquement fait. J'aime beaucoup le résultat. Et dès que possible, je vous la montrerai. :-)

Donc, le blog va tourner un peu au ralenti pour quelques temps encore.

Ce ne sont pas les idées qui manquent, mais le temps... tout simplement...


NB : Vous m'avez fait parvenir encore beaucoup d'anecdotes, je vais essayer de faire un tri pour en mettre quelques-unes en ligne. Franchement, on a beau se dire qu'on a tout vu, il y a toujours quelqu'un pour ajouter une histoire encore plus "incroyable". La vie est pleine de surprises...

Voir les commentaires