Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog : son « affreux » anonymat

30 Mai 2010, 15:00pm

Publié par Miss pas touche

masque.jpg

Si vous êtes blogueur vous même, vous avez peut-être déjà entendu parler de ce projet de loi (clic pour en savoir plus) visant à supprimer tout anonymat (même apparent) sur les blogs. Si vous êtes uniquement lecteur et laissez des commentaires, ce projet de loi vous concerne également à terme.
Le but est de faire tomber toute possibilité de se cacher derrière un pseudo.

Pourquoi donc ?
Ce projet est lancé par un sénateur qui s'est ému de voir un anonyme (apparemment un politique d'un camp adversaire) s'en prendre à un politique concurrent lors d'élections municipales. (non je n'ai pas envie de mettre de noms, je n'en vois pas vraiment l'intérêt et je préfère leur laisser leur anonymat... Ceci dit, vous pouvez toujours aller lire ça ou ça)


Le but "louable" de ce projet, c'est de supprimer tout propos portant atteinte à autrui. Il faudra donc que chacun d'entre nous assumions nos commentaires, jusqu'aux plus personnels... En même temps, quand on écoute le sénateur, c'est mettre à égal les blogueurs et les journalistes puisque les mêmes règles s'appliqueraient.


Mais cela veut aussi évidemment dire que :

  • notre liberté d'expression va en prendre un coup.
  • Si ce que vous dites ne plait pas à un lecteur, vous risquez de le voir débarquer à la porte de chez vous (extrême comme idée ? peut-être... mais s'il faut mettre de manière visible : nom, prénom, adresse et téléphone sur son blog...
  • On ne vous prendra pas au sérieux, sous prétexte que vous n'êtes pas quelqu'un d'important ou d'expert en un domaine particulier (l'anonymat permet à chacun de s'exprimer d'égal à égal par exemple)
  • un salarié sera sur le qui-vive et évitera de bloguer de peur que son supérieur hiérarchique découvre ce qu'il met sur son blog (peur de perte d'emploi). Personnellement, je n'aurais jamais ouvert un blog sur mon ancien métier si j'avais du y faire apparaître mes coordonnées au départ... l'anonymat est quand même le gage d'un certain confort.

        La liste n'est pas exhaustive.



Vous savez quoi ? Certains blogs sont très populaires, extrêmement fouillés ou encore apportent de vrais points de réflexions sans pour autant mettre un nom pignon sur rue (le meilleur exemple me semble être le blog de maître Eolas)

 

Mais
Ce n'est pas parce que nos blogs, à l'heure actuelle, sont des espaces souvent anonymes qu'ils ne sont pas soumis à des règles. Lorsque l'internaute ouvre un blog, il accepte un certain nombre d'obligations (via les règlements et autres CGV). S'il les enfreint, il tombe sous le couvert de la loi et s'expose à en subir les conséquences.
J'ai même un scoop ! Des dérives, il en existe partout. Un exemple parmi tant d'autres : une route limitée à 90 km/h n'empêchera pas certains à rouler à 130 km/h. Ils savent ce qu'ils risquent en ne respectant pas le code de la route, ils le font quand même...

Et puis, il faut quand même savoir que même si apparemment les blogs sont anonymes, il existe des moyens techniques qui permettent de lever le voile de l'anonymat en cas de besoin (via l'hébergeur du blog en question).

Et pendant ce temps-là, Facebook engrange de plus en plus d'informations personnelles sur ses adhérents et on laisse faire...

Doux paradoxe
: ce projet de loi intervient parce que deux politiques usent de cet outil (dont un de manière anonyme).


Pour la peine, les commentaires sur ce billet restent fermés pour préserver votre anonymat... ;)

Voir les commentaires

Avez-vous déjà vu... un député "jouer" à la caissière ?

19 Mai 2010, 10:00am

Publié par Miss pas touche

 

 

Maintenant oui

 

Je trouve la démarche de cette émission intéressante (ça passe sur LCP et vous pouvez (re)voir les épisodes sur le site de la chaîne parlementaire).

Le but : plonger un député dans un emploi que je qualifierais de terrain pendant une journée.

Une journée c'est très (trop) court, mais comme on dit, c'est mieux que rien...

 

Soyons honnête, ça ne révolutionnera pas le monde du travail, mais au moins quelques élus sont immergés dans notre quotidien, sans barrière et sans traitement de faveur.

 

Forcément, de voir la députée Catherine Lemorton prendre la place d'une employée polyvalente de hard-discount et de la retrouver aussi en caisse de ce même magasin, ça m'a plus intriguée que les autres reportages (ceci dit, les autres sont également fort intéressants)

 

En vrac, quelques réflexions de la députée qui paraissent "normales" aux yeux des employés du commerce :

- c'est dur physiquement : c'est lourd, il fait froid, il faut aussi nettoyer le parking ou encore avoir une cadence très rapide

- en théorie : formation de 3h pour la caisse, la député en aura 3mn

- elle stresse pour le poste d'encaissement : gérer les clients, l'attente, devoir demander de l'aide si besoin, tout vérifier.

- il faut aussi faire le vigile

- la réalité du temps partiel : on pourrait imaginer faire un deuxième temps partiel quelque part mais impossible avec les horaires coupés

- prise de conscience de la pénibilité de l'emploi et de s'user au travail

 

Et quelques réalités intéressantes également :

- un député gagne 5200€ par mois ¤ un employé du hard-discount : 1050€ par mois (si temps plein)

- 65% des employés de ce secteur ont moins de 35 ans

- des étudiants qui discountent leurs diplômes (c'est le directeur du magasin qui le dit)

 

 

Et j'ai ri (oui, j'avoue...) en entendant la remarque d'impatience d'une cliente, attendant son tour pour passer en caisse :

"Ah oui, elle est débutante. On est obligé d'attendre"

 

C'est ça aussi l'immersion dans notre quotidien !

 

PS : sur le principe, j'aime l'idée de prendre la place de... et j'aimerais bien prendre la place d'un député le temps d'une journée pour découvrir leur métier (qui ne doit pas se résumer à l'assemblée nationale...)

 

 

J'en parle aussi sur maviepro

Voir les commentaires

en roulant des mécaniques

9 Mai 2010, 18:30pm

Publié par Miss pas touche

voleur.jpg

dessin de Èm

 

 

 

Gilet bleu à capuche, sac à dos noir. Il roule des mécaniques en marchant. Ses potes le suivent avec respect. On sent bien que le leader du groupe, le chef, le meneur, c'est lui et pas un autre.
Il parlent. Fort. Impossible de ne pas les voir ou de ne pas les entendre. Le magasin est à eux plus qu'aux autres semble-t-il. Ils font le tour des rayons, se moquent un peu, rigolent beaucoup.

De ma caisse, Je les vois effectuer leur petit manège et puis au bout d'un moment, j'oublie. Qu'ils fassent les fous s'ils le veulent, tant qu'ils ne gênent pas les autres clients, ils sont bien libres... Le soleil a réchauffé les terrasses et les parcs, les clients sont peu nombreux et l'ambiance est plutôt zen.

 

[►►   saut de quelques heures]

 

L'heure de la fermeture approche. Le magasin est presque vide. Le leader à capuche bleue s'en va, il est seul. Il a perdu sa démarche de racaille. Ses acolytes absents, le spectacle est terminé. Ne reste plus qu'une personne aussi anonyme que les quelques rares clients poussant leur caddie. Arrivé aux portiques anti-vols, un employé appelle d'une voix ferme le meneur de cet après-midi.
- Jeune homme !
Le jeune homme s'arrête, blêmit.
- Je peux voir votre sac à dos s'il-vous-plaît ?
- Ben non, pourquoi faire ? Sa voix est fluette, hésitante loin de celle entendue quelques heures plus tôt.

Le vendeur est planté juste à côté de lui. Un agent de sécurité s'approche. Le client se met à trembler. Il enlève son sac à dos et le tend au vendeur gardant une main sur une des lanières. L'image de leader de cette après-midi n'est plus qu'un lointain souvenir... évaporée...

La fermeture éclair n'est pas remontée jusqu'en haut du sac à dos, une forme rectangulaire imposante se dessine. Dans le sac était rangée une console de jeux vidéo encore dans son carton.
Au bout du sac, le client éclate en sanglot. Entre deux sanglots, il parvient à hoqueter :

- C'est pas moi... c'est mes copains... J'avais pas vu...
- Ben voyons, ton sac deviens lourd et tu ne te rends compte de rien ?
- … (oui, mieux vaut se taire dans ces cas-là, nier ne sert plus à rien...)

Il avait à peine 10 ans et n'avait qu'une crainte, que le vendeur appelle ses parents pour leur annoncer son vol...

Pour un larcin de cette importance, vous vous doutez bien qu'il n'était pas possible de ne pas appeler ses parents. Je crois qu'il n'est pas près d'oublier la réaction de sa mère quand elle arrivée peu de temps après... Elle avait une voix  terriblement perçante...

 

---

Ticket de caisse bis : Le blog change de couleur et de forme, dans les prochains jours, vous risquez de vous trouver nez à écran avec une page parfois cassée... juste le temps de tout mettre en place.

Pour la bannière, le dessin est de Èm (clic pour voir son blog), tout comme certains dessins qui ponctuent de temps à autre mes articles. Il dessine aussi très bien les dragons et créatures fantastiques.

En plus, il colorise à l'aquarelle et là, je suis juste fan...

Voir les commentaires