Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #point de vue

[le saviez-vous] ballade en balade

10 Août 2011, 08:00am

Publié par Anna Sam

ballade.png

 

Je vois régulièrement passer le terme [balad] ou /ba.lad/ dans les textes écrits,  que ce soit sur le net ou dans une version papier et bien souvent celui-ci est mal orthographié.

Je ne sais pourquoi mais la version avec les 2 L a l'air de prendre le pas sur son homonyme avec un seul L

 

Et parce que j'ai aussi très longtemps fait la faute, je partage ici le bon usage de ces deux noms féminins aux sons identiques.

 

Petit détour chez Robert (le Petit suffira amplement pour la démonstration)

(extraits, non je ne vais pas vour recopier tout le dictionnaire...)

 

- BALADE  - Promener sans but précis

- BALLADE  - Petit poème de forme régulière, composé de trois couplets ou plus, avec un refrain et un envoi.

 

Deux sens bien distincts me direz-vous, un peu comme mer, mère et maire qui n'ont à peu près rien à voir; même si on peut tout à fait être une mère maire et se balader à la mer. Hem, passons...

 

Mais comme la vie en français n'est jamais simple, sachez que balade et ballade ont la même origine et que le terme balade est apparu bien après celui de ballade. Sachez également que balade est un dérivé du terme ballade, lui-même descendant de "l'ancien occitan 'ballada' (danse) car le texte était inséparable de la musique."

C'est bon vous me suivez ? Non ? Vous pouvez toujours relire le paragraphe du dessus.

 

Mince alors ! Comment se rappeler que c'est balade ou ballade, c'est pas un peu confus ?

Certes oui. Je vous livre mon moyen mnémotechnique (il vaut ce qu'il vaut...) : une ballade est quelque chose de chanté, je l'imagine donc accompagnée à la guitare, un instrument qui comporte plusieurs cordes stylisées par les 2 L de ballade.

Si vous avez un moyen plus simple pour vous en rappeler, n'hésitez pas à le partager ;-)

 

Une autre petite particularité bien française ?

Baladeur s'écrit avec un seul L : on a beau écouter de la musique grâce à son baladeur, on se promène avec sans (ou avec) but précis les écouteurs dans les oreilles.

 

Allez, la prochaine fois que vous vous baladez, écoutez donc une ballade avec votre baladeur...

 

Oui, la langue française m'amuse même si elle se révèle souvent ardue, remplie de faux-amis, de particularités et d'irrégularités. Au moins, nous avons tous une excuse face aux fautes qui nous échappent.

 

Sources :

- Petit Robert

- Larousse Pratique

- Wiktionnaire (lien)

Voir les commentaires

[le saviez-vous] le bon roi Dagobert

27 Juillet 2011, 07:30am

Publié par Anna Sam

dagobert.jpg

 

Dans votre prime jeunesse, celle où vous étiez en culottes courtes, avec des billes plein les poches, les genoux écorchés et la tête remplie de fables de La Fontaine, vous vous extasiez devant un tas de chansons pour enfants, ces comptines qui vous amusaient en classe et que vous chantiez à tue-tête dans la cour de récré.

Une partie d'entre elles me hantent encore parfois et je me surprends à les fredonner en me demandant "mais c'est quoi ça déjà ? Le hit de l'été dernier ? Le dernier single de Lady Gaga ? Ah mais non ! C'est le bon roi Dagobert"

 

Et du haut de mon âge adulte, j'ai été rechercher les paroles sur le net parce que finalement, je ne me souvenais que de la toute première phrase : "le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l'envers"

La suite ? Néant tout entier... comme bon nombre d'autres chansons fredonnées pendant l'enfance.

 

La magie du web m'a même renvoyé à cette vidéo karaoké qui devrait vous permettre de chanter synchrone et de vous rappeler au bon souvenir des paroles toutes entières.

 

 

 

 

Petits veinards, voilà vous aussi vous l'avez bien en tête pour les prochaines heures (non ne me remerciez pas... évitez le lancer de cailloux rageur également merci)

 

Après l'avoir réécoutée et chantée à l'abri des regards indiscrets derrière mon PC (je tiens à ma réputation !), j'ai fini par me demander quelle était l'origine de cette chanson parce que, finalement, ce n'est pas tellement à la gloire du roi Dagobert ça... et puis, c'était qui ce bonhomme ?

 

Bref, après quelques recherches (merci internet), je vous partage mes découvertes :

 

Nous voilà plongé au coeur du septième siècle, à l'époque des rois mérovingiens (vous savez : Clovis, Pépin le Bref et quelques autres).

Dagobert 1er : un nom apparemment à la mode à l'époque puisqu'ils furent 3 rois presqu'à suivre à utiliser ce patronyme, le tout en moins d'un siècle, admirez l'effort ! Et c'est tout de même nettement plus original que la tripotée de Louis qui se sont succédés au cours des siècles suivants non ?

Dagobert 1er donc n'est pas un roi très connu de nos jours, mis à part par cette chanson où l'on ne sait rien de l'homme finalement.

D'après la "légende", ce roi était un bon vivant, distrait et myope ce qui lui valait d'innombrables gaffes... et peut-être d'avoir porté ses braies (parce que la culotte n'existait pas encore à l'époque) à l'envers ?

Pour son CV détaillé, je vous invite à aller lire la page wikipedia qui lui est dédiée où vous saurez tout de ses guerres, ses parents, ses maladies, sa mort, sa politique...

 

Et cette chanson aurait traversé quelques 1400 ans d'Histoire ?

Que nenni ! "le bon roi Dagobert" est beaucoup plus récente. Pas sûr que sa Majesté aurait appréciée de se voir tournée en ridicule à ce point d'ailleurs... En réalité, cette chanson a été écrite au 18e siècle, quelques années avant la Révolution Française.

L'objet du texte n'était pas le roi Dagobert mais le roi Louis XVI qui en était la véritable cible. Pour éviter la censure, le parolier avait simplement changé le nom du roi en renvoyant vers un homme mort depuis des lustres.

Ainsi, cette chanson écrite pour dénoncer le gouvernement de l'époque est aujourd'hui chantée dans les cours de récré où les enfants sont à mille lieues d'imaginer l'origine bien politique de ces paroles.

 

(et si vous vous demandez qui est ce bon "saint Eloi" c'était le conseiller privilégié du roi Dagobert, plus d'infos > page wikipedia)

 

PS : oui, laissez-moi croire encore un peu que dans les cours d'école, on fait la ronde, on y chante des chansons, on joue aux billes et à l'élastique...

 

PS2 : photo tirée du film Le bon roi Dagobert (1984)

Voir les commentaires

La course à l'info. Plus fort que Superman et Thor réunis?

16 Juillet 2011, 15:30pm

Publié par Anna Sam

flashinfos.png

 

Il fut un temps pas si éloigné où l'on regardait de manière quasi religieuse le 20h. Oui, LE 20H à la télé.

Quand j'étais petite (j'ai dit que c'était pas si éloigné...), même si je n'y comprenais pas toujours grand chose, je voyais bien l'intérêt chez les adultes pour ce genre d'émission. De mon côté, j'avoue, je préférai regarder Zorro ou Batman le samedi soir dans l'émission de Disney, séries exceptionnelles à mes yeux d'enfants (bon, j'ai un peu changé d'avis en tombant dessus sur la TNT) accompagnées de quelques petits dessins animés bien gentillets où un coyote essayait de bouffer un genre de gallinacé à grandes pattes ou un chat essayant de boulotter une souris, sans plus de succès que le coyote précédent.

Alors, les histoires de guerres, de politique, de travail ou de faits de société ne m'intéressaient guère.

Le temps a passé, j'ai grandi (j'ai pas dit vieilli !) et je regarde les infos comme le faisaient mes parents, avec quelques nuances cependant.

Déjà, les sources d'informations se sont mutlipliées et le net a permis d'accélerer au possible la diffusion de l'info. L'ère de l'instantané est arrivé (Twitter en premier). D'ailleurs, les sites en ligne des journaux le mettent en avant. "L'info en temps réel" est devenu le maître mot pour la plupart des agences.

 

Nous voilà complètement asséné, abreuvé de nouveautés à longueur de temps, une info chassant l'autre, faisant oublier bien vite une nouvelle pour laisser la place à une autre plus croustillante, plus fraîche surtout.

Alors, l'envie de pouvoir se poser, de prendre un peu de recul face à ces infos incessantes apparaît comme primordial, essentiel même afin de parvenir à comprendre un peu mieux le monde dans lequel on vit.

Malheureusement, ce ne sont pas les JT qui vont nous permettre de prendre ce recul pourtant nécessaire, eux aussi jouant dans cette course à l'information.

Etonnant aussi de voir à quel point les journaux télévisés étirent en long en large et en travers une information nouvelle, la pressant jusqu'à la nausée et laissant complètement de côté les nouvelles qui ont fait la une du monde entier quelques jours plus tôt. Que voulez-vous, une nouveauté chasse l'autre.

 

Fukushima ? la révolution du Jasmin ? La Grèce ? Les otages ? la montée du chômage ? La crise ? L'envolée du pétrole ?

Ah oui, mais en ce moment, c'est le Tour de France, Eva Joly et ce qu'elle pense du défilé du 14 juillet, les vacances ou DSK (enfin, de mois en moins... ça commence à dater cette affaire, même si elle n'est pas terminée et/ou jugée).

On verra, peut-être qu'en août, une petite catastrophe naturelle permettra de mettre de nouveaux sujets plus croustillants sur le devant de la scène.

 

Il y a quelques années déjà, les Inconnus avaient imaginé les informations du futur, ça avait donné un genre d'info-jeux. J'aurais finalement préféré cette version bien soft...

 

 

Aujourd'hui, les émissions permettant de prendre un peu de recul face à cette course aux infos nouvelles, ce n'est pas (plus ?) dans le JT qu'on la trouve, mais ce regard un peu plus posé, j'arrive à le percevoir dans certaines émissions de radio.

Ah, si on m'avait dit il y a 4 ou 5 ans que j'écouterais France Inter, je crois que j'aurais éclaté de rire... (sérieux ? écouter autre chose que de la musique à la radio, c'est possible ?)

 

Et vous ? Quelles sont vos sources d'infos qui vous permettent de trouver un peu plus que les nouvelles brutes, un peu d'analyse et une vision plus approfondie que l'instantanéité du web ?

 

Heureusement, le 13H est beaucoup plus... bucolique :-)

Voir les commentaires

Compétences - génération 2.0 ?

7 Juillet 2011, 08:00am

Publié par Anna Sam

competences_ban.png

 

Avez-vous remarqué que certains mots reviennent régulièrement dans le jargon, les discussions, les requêtes formulées par diverses personnes ?

Si je prends, par hasard, le secteur de l'emploi, le terme "compétences" est aujourd'hui omniprésent.

Vous devez être compétent pour exercer dans un domaine. Quel qu'il soit. Finalement, quoi de plus normal, de plus logique car pour pratiquer un métier, il est indispensable de savoir comment le pratiquer.

 

On nous demande donc des compétences : gestion des approvisionnements et des stocks, développement d’un portefeuille clients, maîtrise des logiciels bureautiques, encadrement d’une équipe de vente, saisie et classement de documents, accueil des clients, animation de réunions, etc...

Bref, tout ce qui caractérise nos aptitudes professionnelles, que l'on soit hôtesse de caisse ou directeur marketing, c'est ce qui nous définit.

D'ailleurs, on le voit bien dans les différents profils à vocation professionnelle (je parle plutôt de Linkedin, Viadeo et consorts plutôt que Facebook, Google+ ou Twitter) que chacun d'entre nous créons sur le web, les compétences ont une place prépondérante.

J'aime bien cette idée de mettre en avant mes capacités, montrer aussi que mes compétences acquises au fil du temps et des expériences peuvent s'avérer transversales, plus pointues ou prépondérantes.

 

Devenu un des maîtres mots depuis quelques années dans les recherches de profils, ce terme de langage apparemment courant et commun révèle parfois quelques surprises.

 

Si je regarde dans mon petit Robert (oui, un dictionnaire papier... j'ai mes petites manies), il me dit entre autres informations, car je ne retranscris qu'un extrait :

Compétence (nom féminin)

- Aptitude reconnue légalement à une autorité publique de faire tel ou tel acte dans des conditions déterminées

- Connaissance approfondie, reconnue, qui confère le droit de juger ou de décider en certaines matières

 

Je vous ferai grâce des autres définitions qui existent pour le terme "compétence". Pour plus de précisions, je vous invite à ouvrir le dictionnaire qui doit traîner quelque part chez vous.

 

Les compétences sont donc quelque chose qui renvoit au genre humain.

Et en regardant Les constructeurs de l'extrême (desfois, il y a des trucs très intéressants dans cette émission) hier soir dont le sujet était dédié au métro new-yorkais, j'entends et je vois ça :

 

 


 "Ouvriers et robots associent leurs compétences pour souder..."

 

Et hop ! Voilà comment d'un coup d'un seul, le robot prend l'égal de l'homme ou l'homme est rétrogradé à une fonction de machine...

 

Mis à part cette surprenante phrase (oui, 3 secondes sur un documentaire de 45mn, c'est pas la mort, je sais !), l'émission est fort intéressante. J'ai notamment appris que ces rames de métro avaient une durée de vie de 40 à 50 ans (soit 4 à 5 fois plus longues qu'une automobile américaine...) et que lorsque celles-ci arrivent en fin de vie, elles sont balancées dans l'océan pour servir de récif artificiel pour les poissons (les coraux ? Quels coraux ?)

 

Pour (re)voir cette émission dans son intégralité, cliquez ici

 

Sinon, si vous voulez en savoir plus sur les compétences, leurs enjeux, leurs intérêts, vous pouvez jeter un oeil sur ces documents PDF que j'ai récupéré sur le net.

- Un cahier très complet (et assez long) intitulé : "identifier et décrire les compétences professionnelles" créé par le CNPF (ouvrage dirigé par Annick PENSO-LATOUCHE du CNAM FFPS) lien ICI

- une courte fiche créée par le magazine Vies de famille qui donne quelques pistes intéressantes - lien ICI

 

Egalement, un lien internet :

Quelques astuces qui permettent de transformer des aptitudes apparemment ludiques ou très personnelles en compétences professionnelles (ça paraît tout bête, mais finalement, c'est plutôt bien vu) lien ICI

 

Sur ce, je vais retourner mettre à jour mes compétences sur mon profil viadeo ;)

Voir les commentaires

Les immortels meurent aussi

24 Juin 2011, 20:30pm

Publié par Anna Sam

Columbo_falk.jpg

 

Il est des nouvelles qui touchent plus que d'autres dans ce grand marasme de l'actualité non stop.

Il est des personnalités qu'on a suivi des années, qu'on oublie parfois mais quand on y repense, elles nous renvoient toujours vers un moment un brin nostalgique de notre passé.

Il est des hommes et des femmes qu'on n'imagine pas mourir.

 

Curieux ce détachement face au fil de la vie, qui se finit  pourtant pour chacun d'entre nous de la même manière. Sans exception.

Autant des célébrités qui meurent, j'avoue que ça ne me sensibilise pas plus que ça, après tout, ces personnes je ne les connaissais qu'au travers de d'un écran ou par d'autres médias mais n'étant pas des proches, comment pourrai-je me sentir plus concernée que ça ?

Et pourtant, il y a toujours des exceptions.

 

Ce soir, je vois un twitt qui annonce le décès de Peter Falk et je n'en reviens pas.

Pour moi, cet acteur  que j'ai fini par confondre totalement avec son personnage du lieutenant Columbo, les deux m'étaient devenus juste indissociables, j'avais fini par le voir comme une figure immortelle. Quand par hasard, ces dernières années, je tombais sur la rediffusion (souvent énième) d'un épisode de Columbo, c'est avec un petit sourire et un plaisir satisfait que j'entamais le visionnage.

Ses mimiques inimitables, son regard avec ses yeux mi-clos, son éternel cigare machouillé, sa vieille Peugeot 403 qui me faisait tant rêver (surtout parce qu'elle était décapotable je crois), son costume passé et usé depuis des années, le personnage était splendide ! Rempli de charme, il emmenait le spectateur dans ses enquêtes avec un genre de flegme qui lui permettait de s'immiscer dans les méandres de l'investigation sans lâcher l'affaire jusqu'à confondre le tueur.

Oui, le coupable était toujours entouré de néons multicolores dessinant des "c'est lui qui l'a tué" dans toutes les scènes des épisodes, mais qu'importe. De son côté, Columbo avec son air débonnaire paraissait débarquer d'une autre planète et semblait naïf face aux vilains méchants, mais finalement c'était cela qui nous plaisait tant.

 

Et ses répliques passées à la postérité "Il faut que j'en parle à ma femme"  ou encore "Ah, joubliais" ont forgé cette figure mythique.

 

Aujourd'hui, tout ceci passe du côté de l'imaginaire collectif et même si Peter Falk n'a plus incarné Columbo depuis 2003, il nous restera près de 70 épisodes tournés en plus de 30 ans. Rare (unique?) longévité pour une série américaine.

 

Mourir à 83 ans, c'est un bel âge c'est vrai, mais je l'aimais bien cet acteur. Il avait beau vieillir d'années en années, il gardait la même prestance, le même charisme quand il revêtait son imperméable.

Son départ sera sûrement l'occasion pour certaines chaînes télés de rediffuser une fois encore certains épisodes.

 

Les immortels meurent aussi.

 

Liens wikipedia Columbo, Peter Falk

(tous les médias relayent l'info et font le point sur la carrière de ce grand acteur du petit écran, du grand aussi parfois : tf1-lci, Le Figaro, Libération, ...)

Voir les commentaires

Quand ça blogue chez Dr House

15 Juin 2011, 03:30am

Publié par Anna Sam

house.jpg

êtes-vous aficionados de séries télés ? Regardez-vous, par hasard, Dr House le mardi soir ?
Cela fait partie de ces quelques séries que j'aime regarder, non pour les termes médicaux et techniques dont je ne comprends pas un traitre mot mais pour le côté humain, sarcastique, humoristique qui s'en dégage et les personnalités des personnages (et oui, bon, House il a du charme aussi...)

Et ce mardi soir, un des épisodes diffusés s'intitulait « Relations virtuelles » (saison 6, épisode 14). Quelle surprise d'avoir découvert que la patiente, le cas dont House et son équipe allaient devoir s'occuper pendant un épisode tout entier était une blogueuse. L'ouverture de l'épisode démarre d'ailleurs sur l'écriture d'un post intitulé (je fais ça de mémoire hein...) : « Chéri* et moi on s'est encore disputé » (* j'ai oublié son nom alors « Chéri » ça fera l'affaire)

Et hop ! Attention les yeux, ça va piquer vos neurones et surtout vivent les clichés, les a priori et surtout, surtout (!) n'essayez pas de changer l'image du blogueur (pardon de LA blogueuse) type qui existe dans l'imaginaire collectif.
Retrouvez l'image qui sommeille en vous de la blonde qui raconte sa vie surtout intime, qui parle de son quotidien et qui ne vit qu'à travers son blog.
Ça y est, vous avez l'image ? Vous voyez le genre ?

Comment ? Vous trouvez ça trop cliché ? Mais non voyons ! Si dans Dr House, la blogueuse est comme ça, dans la vie aussi, les blogueuses sont comme ça. C'est o-bli-gé, puisqu'ils le disent à la télé...
Prenez mon exemple par exemple (redondants les termes...), je suis sûr que vous seriez passionné de connaître les détails palpitants de mon quotidien : combien de fois je me suis disputée avec mon mari depuis lundi, comment j'ai rangé mes courses dans le frigo, quel parcours j'ai pris pour promener mes chiens hier, ce que j'ai décidé de préparer à manger ou ma réflexion philosophique du jour sur l'intérêt parfois limité de certains commentaires fleurissant sur le net.
Bref, vous seriez subjugués de découvrir mon moi profond puisque je vous dirai tout, je ne vous cacherai rien et n'aurai plus aucun secret pour la toile...
Je sais que certain(e)s blogueurs et blogueuses nourrissent leurs blogs de ce quotidien. Mais je crois me souvenir qu'il y a aussi des blogs avec d'autres thématiques...

Ceci-dit, là n'est pas l'objet de mon débat, par contre pour le plaisir, j'ai noté quelques réflexions et répliques collector dans cet épisode que je ne peux que partager avec vous. Vous avez le droit d'ajouter vos répliques, je ne les ai pas toutes notées...

Vers le début de l'épisode, quand la patiente se retrouve à l'hôpital, on la voit en compagnie d'une amie, elles sont toutes les deux rivées chacune à leur ordinateur. Un des médecins (Chase si je me souviens bien) entre et surpris de les voir dans cette position tient à peu près ce langage :
Copine de la patiente : Je lis son blog.
Patiente : J'écris sur mon blog.
Chase : Mais vous êtes dans la même pièce !

À un moment, la patiente doit faire un choix pour sa survie : soit elle accepte une valve en plastique, soit une valve de porc (un truc qui a l'air utile pour faire fonctionner son cœur). Si elle fait le premier choix, elle ne pourra pas avoir d'enfant, si elle prend le second, elle va contre son principe de « presque végétarienne ».
Ce qui pourrait ne pas être un problème puisqu'elle ne veut pas d'enfant, mais son chéri lui, en voudrait.

Finalement, le choix s'avère délicat et plutôt que de se fier à sa réflexion ou d'écouter les arguments de son conjoint, elle va en parler sur son blog pour avoir l'avis de ses lecteurs.
En plus, comme elle a dit qu'elle était végétarienne sur son blog, vous imaginez le scandale si elle prenait la valve de porc ?
Cacher cette décision à ses lecteurs ?
« Si je me mets à faire le tri, je suis malhonnête, je suis désolée » sera sa répons sans appel.
Et aussi quand il y a une question médicale :
« Passe moi mon ordinateur, je vais en parler sur mon blog ».

Un peu plus loin, House (enfin je crois que c'est une discussion avec House) lui demande pourquoi elle se fie à des gens qu'elle ne connaît pas, qu'elle n'a jamais rencontré :
« Mais je les connais. Ils lisent mon blog, ils commentent »


Quand le chéri de la patiente s'offusque des réactions excessives de sa fiancée, il finit tout de même par lui lancer : « Ce blog, ce n'est plus pour communiquer, c'est pour faire ton show » et de détailler qu'elle y passe tout son temps, a toujours le nez dans ses statistiques...
Il arrache l'ordi ? Le jette par la fenêtre ? Efface le blog ? La secoue pour la faire réagir ?
Non, il ne fait rien. De toute façon, on va passer à une autre scène hors de la chambre, alors...

Enfin, juste pour votre plaisir de lecteurs assoiffés par le sensationnel, apprenez que la patiente va sortir à son chéri une tirade absolument époustouflante, quand elle comprend que sa maladie pourrait bien être potentiellement mortelle dans les mois à venir :
« Ça m'énerve que tu n'aies pas de blog, je ne sais pas ce que tu penses »

C'est beau l'amour par écran interposé non ? :-)

Mais rassurez-vous, l'épisode se finit bien le couple un peu en froid et qui a bien failli se casser se rabiboche sur l'oreiller (euh, c'est à l'hôpital avec des parois en verre en guise de mur alors c'est juste un chaste baiser, une caresse sur la joue et un regard complice ! N'allez pas imaginer plus...) et même que Chéri donne l'ordinateur à la quasi ressuscitée pour qu'elle raconte ses dernières aventures palpitantes sur son blog adoré...

Une morale à cette histoire ? Quelle drôle d'idée, c'est Dr House le sujet principal, pas les patients qui défilent avec leurs névroses et leurs problèmes de couple.
De toute façon, l'épisode suivant a apporté un nouveau cas passionnant : une adolescente dont les organes lâchent les uns après les autres, des délires et hallucinations en prime... alors la blogueuse, vous pensez... ;-)

Voir les commentaires

Un livre se ferme, un autre s'ouvre

3 Juin 2011, 22:45pm

Publié par Anna Sam

logo-jpg3 ans 1/2 que j'ai quitté mon poste d'hôtesse de caisse.

Il était temps d'effectuer quelques travaux d'intérieur sur ce blog.

 

Voilà environ une éternité (peut-être même un peu plus) que je voulais changer l'adresse web du blog car le "caissière no futur" que j'avais choisi en 2007 n'est plus vraiment adapté. Oui 2007 ! ça me paraît si loin et pourtant j'ai en même temps l'impression que c'était hier mon dernier jour de caisse. Tout est relatif...

 

Ce caissière no futur n'avait aucune connotation négative envers mon métier, contrairement à ce que certains pensent ou ont pu penser. Non, j'avais trouvé ça plutôt marrant à l'époque, un peu comme un slogan à scander, un côté punk et provoc' qui m'amusait. Ce qui peut paraître d'autant plus surprenant quand on me connaît dans la vie car je suis loin d'être une revendicatrice et suis même généralement modérée...

Que voulez-vous, le net nous ouvre de drôles de voies parfois.

 

Et ce titre qui m'a accompagné depuis avril 2007 "les tribulations d'une caissière" que j'ai changé ensuite en "tribulations d'une ex-caissière" (fin de job et nouveaux horizons obligent) a aussi fait son temps. Aujourd'hui, je le laisse sur le titre de mon premier livre, c'est une place de choix qui restera gravée dans ma vie.

Mais cette fois, la page se tourne. J'en ai besoin.

Mieux encore, ce premier tome de ma vie s'est achevé, il est temps d'en entamer un second.

 

Voilà pourquoi ce blog fait peau neuve : nouveau nom de domaine: samtribul.com, car oui, pour l'occasion, je lui ai même offert un joli .com, un nouveau titre: Sam tribul' (qui est évidemment une référence à "tribulations") et un design qui va aussi évoluer dans les semaines à venir.

- Oui, mais ta bannière Anna, elle est toute moche, non ?

- Euh... c'est normal, c'est moi qui l'ai faite (hem, non je n'en suis pas très fière mais j'assume!), c'est en attendant d'en avoir une qui va "claquer" parce qu'un ami dessinateur graphiste planche sur le sujet... Mokshu qui avait d'ailleurs créé la première version du blog il y a déjà 4 ans...

 

 

Mais tu vas y causer de quoi dans ton blog maintenant ?

Je laisse dorénavant la place à d'autres blogueuses et blogueurs le soin de raconter l'envers du décor de la grande distribution, il y en a d'ailleurs quelques-uns qui commencent à être bien étoffés (ce sera l'occasion pour moi de vous en faire découvrir dans un prochain article) et qui donnent leur vision, leur point de vue sur ce métier d'hôtesse de caisse.

 

Il y a un moment que j'avais envie d'élargir les colonnes de ce blog, de changer de thématique et de m'exprimer sur d'autres sujets.

Alors, c'est encore en rodage et il y a des catégories qui vont apparaître, d'autres qui vont sans doute disparaître, des essais... Bref, c'est tout un nouveau chapitre à écrire, et à peine la première ligne est-elle posée qu'il faut déjà parler du sommaire ? Diantre !

Je réagirai donc sur certains sujets d'actualités qui me font réfléchir / hurler / piquent ma curiosité

Il y a des bouquins / BD dont je souhaite vous parler, du sérieux mais pas que donc...

Des réflexions aussi sur nos comportements à tous

Et des futilités parce que la vie n'est pas toujours grave et qu'il est bon de rire de temps à autre régulièrement.

 

 

Voilà, j'ai donc osé, franchi le pas et j'espère que ces nouvelles aventures vont continuer encore longtemps :)

 

En tout les cas, merci infiniment à toutes et à tous d'avoir suivi ce premier chapitre de ma vie et d'avoir été si présents, si positifs, d'avoir osé parler et d'être encore là malgré mes silences prolongés sur ce blog.

J'espère que nous allons écrire encore quelques pages ensemble car le web et mon petit bout de blog m'ont tellement apporté depuis 2007 que j'ai envie de faire grandir mon blog, de lui faire passer le stade de la jeunesse et de partager avec vous encore de bien jolis moments !

 

Merci de votre fidélité les amis !

Voir les commentaires

régime Dukan - controverses et horreurs diverses...

30 Mai 2011, 20:50pm

Publié par Anna Sam

Bonjour à tous,

 

Je ne peux rester sans apporter mon point de vue sur une controverse qui enflamme les médias en ce moment (enfin, disons que c'est un sujet qui revient régulièrement au fil des mois mais là les compteurs s'envolent)

 

Alors, les sujets à aborder sont vastes mais non, je ne vais pas parler de DSK, de fumée volcanique, de poison dans les légumes, de la sécheresse ou des révolutions qui fleurissent dans le monde depuis quelques mois.

Mais d'un fléau d'un autre ordre, un de ceux qui entrave la vie quotidienne, qui bouffe littéralement la santé et qui met en danger l'avenir même de la personne. Je veux parler du surpoids et de l'obésité qui tuent à petit feu celui ou celle qui subit ces kilos en trop parfois depuis des années.

Et en ce moment, c'est le régime Dukan qui est montré du doigt comme étant "un danger pour la santé".

Dixit le reportage de TF1 diffusé ce jour (voir le reportage ici) et tous les papiers qui fleurissent dans les journaux histoire de bien faire monter la psychose vis-à-vis de ce régime (allez donc voir le nombre d'alertes sur Google qui s'affolent depuis quelques heures).

 

Alors, soyons clair, un régime (quel qu'il soit) n'est jamais anodin. Qu'on ait 5 ou 100 kg à perdre, on demande à son corps de se modifier pour perdre un excédent de poids (et tant qu'à faire mieux vaut perdre de la graisse que du muscle... ou un os, mais là, mis à par l'amputation je ne vois pas trop comment en supprimer un ou deux).

Bien évidemment, la durée d'un régime varie en fonction du nombre de kilos que l'on doit / veut perdre mais la motivation et la volonté seront essentielles pour le bon déroulement du-dit régime.

 

Mais pourquoi est-ce que je vous parle de régime ici ? Non, vous ne vous êtes pas trompé de blog (même si les plus perspicaces d'entre vous auront remarqué un changement d'adresse web mais ça je vous en reparle très bientôt)

J'interviens à titre de témoignage parce que je fais partie de celles et ceux qui ont (eu) un surpoids important et comme un certain nombre de ces personnes dites obèses, j'en ai pris conscience et j'ai voulu lutter contre ces kilos en trop.

Dans ma vie, des régimes, j'en ai suivi une palanquée, certains fonctionnant d'autres pas du tout.

J'ai été suivie par des diététiciennes, des nutritionnistes, certaines plutôt efficaces et d'autres me parlant plus de leurs propres problèmes de poids que du mien (ha ha ! avec ça, ça va être tout de suite plus facile de me responsabiliser face à mes kilos en trop...)

Bref, j'ai aujourd'hui 31 ans (et demi et en fait presque 32...) et j'ai connu les effets yo-yo ainsi que la reprise de poids bien plus importante que mon poids initial (à coup de +3 puis +5 voir +10kg de plus au compteur).

L'été dernier, arrivée à un seuil critique (j'ai atteint le palier appelé d'un doux nom d'obésité morbide... Ah oui, quand même ! Que voulez-vous, je ne suis pas un poids plume!) et complètement anéantie par ce corps qui me dévastait à petit feu, j'ai repris les choses en main. Entre un dos qui hurlait, des articulations usées et une fatigue permanente, il était urgent de "faire quelque chose" mais surtout de le faire à fond et jusqu'au bout (pas un régime d'un mois et laisser tomber parce que c'était trop contraignant ou inadaptaté).

 

J'avais lu un tas de témoignages sur le régime Dukan, des positifs, des négatifs et des mitigés.

Etant de nature gourmande (on a les défauts qu'on peut...), j'ai trouvé dans ce régime un bon compromis.

Oui, on dit que c'est un régime hyperprotéiné et qu'il y a des risques de carences. Mais de toute façon, quand on suit un régime, des carences, on en subit nécessairement. Quand j'étais suivie par une nutritionniste il y a quelques années, j'avais déjà des compléments alimentaires (vitamines, sels minéraux...) à prendre au quotidien pour contrecarrer ces carences.

 

J'ai donc suivi le régime Dukan, depuis l'été 2010, revu complètement mon alimentation, pris de nouvelles habitudes et surtout réappris à faire la cuisine (finies les pizzas, les pâtes-jambon et surgelés vite fait).

 

Je ne sais pas aujourd'hui quel sera le résultat final du régime (il est loin d'être terminé pour moi, la stabilisation ne commencera qu'à l'automne). On en reparle dans 5 ans quand la consolidation sera réelle. Peut-être que j'aurai repris tous mes kilos, peut-être même en aurai-je repris plus que ce que j'ai perdu, mais tous mes autres régimes ont été jusqu'à ce jour des échecs même ceux encadrés par un professionnel de la santé (qui ne vous revoit plus lorsque vous avez perdu les kilos que vous deviez perdre). Alors, qu'est-ce que j'ai à perdre ?

Et contrairement aux autres que j'ai fait ces 15 dernières années, je veux que ce régime soit le dernier. D'où une volonté de fer et une vision sur le long terme (je parle en années et non en mois).

 

Le résultat ?

C'est ça (et franchement, sur la photo de 2008, je ne me reconnais pas!) :

sam_avant_apres.jpg

J'ai perdu 35 kg, et je ne fais toujours pas pas une taille mannequin (le 36 est une taille qui ne m'ira jamais soyons clair, mais je m'en fiche parce que ça n'a jamais été mon objectif), je suis paraît-il encore en surpoids mais aujourd'hui j'ai retrouvé un corps qui ne hurle plus à chaque fois que je monte les escaliers.

Je suis en pleine forme surtout !

 

 

A toutes celles et ceux qui trouvent que c'est dangereux pour la santé :

Quand je vois comment la plupart d'entre nous mangeons au quotidien, je pense manger bien plus sainement que beaucoup qui passent souvent au fast-food ou qui ne mangent jamais de légumes. Je pense surtout vivre plus sainement que celles et ceux qui fument clopes sur clopes et qui se permettent de critiquer celles et ceux qui tentent le tout pour le tout pour sauver leur santé et leur peau par la même occasion (car un surpoids important est source de bien des soucis de santé, cardio-vasculaire en premier)

 

Je crois enfin que ce régime Dukan n'est pas adapté à tout le monde, si vous n'avez que 3 ou 4 kilos à perdre, c'est un régime que je ne conseillerai pas car il demande une adaptation alimentaire sur le long terme et les phases de ce régime (attaque, croisière, consolidation et stabilisation) ne vous paraitront pas nécessaires alors qu'elles sont essentielles !

 

 

Cet article n'est PAS un appel au régime (encore moins un message pour la maigreur...) C'est juste un témoignage, qui n'engage que moi, mon retour sur ce régime et l'envie de casser un peu cette vision trop tranchée des médias.

Parce que si vous connaissez un régime miracle qui fonctionne à tous les coups et qui ne fait plus jamais reprendre de poids, je veux bien votre recette.

Voir les commentaires

Etudes supérieures vs offres d'emploi

31 Janvier 2011, 08:55am

Publié par Anna Sam

- Travaille bien à l'école !

Et si tu as (quand même) bien travaillé à l'école, tu connaîtras peut-être quelque déconvenue le jour où tu mettras les pieds dans le monde du travail.

 

 

 

A voir ci-dessous un sketch de Jean-Luc Lemoine sur l'entretien d'embauche dans la grande distribution 



 

Je ne suis pas vraiment fan de cet humoriste mais la pertinence de certaines de ses réflexions font mouche et portent à réfléchir autant qu'elles mettent parfois mal à l'aise.

 

Quand on est étudiant et qu'on bosse (plus ou moins) dur afin d'obtenir les diplômes qu'on vise, on espère logiquement trouver un emploi qui mettra à profit les études qu'on a menées pendant toute sa jeunesse. C'est normal et le contraire ne serait pas logique me semble-t-il. Seulement, notre société (et pas que la nôtre) forme à tout va et pousse les jeunes à obtenir un tas de diplômes. Alors oui, la culture est importante, elle permet de mieux appréhender le monde dans lequel on vit. Elle offre aussi des chances pour son avenir et ouvre les portes du monde professionnel.

 

Mais quelle désillusion quand arrivé sur le marché du travail, on se rend compte que les études poursuivies sont quelquefois très éloignées des demandes des entreprises. Toujours facile de dire à ces jeunes diplômés qu'ils auraient dû mieux s'orienter pour leur avenir. Mais quel orientation ? Et pour quel avenir ? Quand à 15, 20 ou 25 ans, on ne sait pas quel métier on veut exercer ou du moins vers quel domaine... On fait quoi ?

On s'oriente vers des études universitaires en se disant qu'on aura le temps d'y réfléchir ?

On part vers des études plus courtes et professionnalisantes ? Oui mais lesquelles ?

On arrête les études en se disant que de toute façon, ça n'apportera rien ?

 

J'ai régulièrement des messages de lecteurs et lectrices se retrouvant dans cette situation : une désillusion face à la réalité du marché, l'impression parfois d'avoir gâché ses études, d'avoir fait des mauvais choix. Et faute de mieux, se retrouvent dans des emplois qui ne leur plaisent pas, où ils ne se sentent pas du tout épanouis.

 

Certains me demandent comment s'en sortir ? J'avoue ne pas avoir de réponse.

Réussir à trouver une piste, une voie pour avancer dans son parcours professionnel n'est pas facile. Et il n'existe pas un seul chemin pour y parvenir, il y en a des multitudes, souvent tortueux, certains finissent sur des boulevards, d'autres sont plutôt des sentiers de terre. Il n'y a pas une solution unique.

 

Pour en revenir au sketch, Lemoine met bien avant cette disparité études / travail mais il y a une petite chose qui me dérange, c'est que la grande distribution est vue, une fois de plus, comme le grand loup, celle qui dévorera tout ce qui passe à sa portée. Ici, les études sont carrément évincées, moquées et les perspectives d'avenir ramenées à un niveau bien faible. C'est une réalité, certes, mais, j'ajoute quand même que l'embauche existe dans ce secteur et s'ouvre quel que soit son passif, quels que soient ses diplômes ou ses études.Toutes les entreprises ne peuvent pas en dire autant. Et même s'il est vrai que l'évolution ne pourra pas être donnée à tout le monde, les conditions de travail ne sont pas toujors optimales, il y a un travail à la clé...

 

Concernant les études universitaires, un petit contre-exemple qui devrait interpeller certains :

une des étudiantes avec qui j'étais à la fac travaillait à côté pour financer ses études dans une boutique destiné au travail manuel. Elle aimait ses études, elle était même très bonne. Elle aimait aussi beaucoup son job étudiant, le conseil aux clientes, le côté commerce l'attiraient beaucoup. A l'obtention de son DEA (aujourd'hui master), elle a demandé à rester dans ce magasin, à travailler à temps plein et à s'occuper du rayon mercerie. Elle s'éclatait dans son travail. Elle s'y éclate toujours.

Certains pourront y voir le renoncement de ses études, quand d'autres y verront un épanouissement dans son travail. Tout dépend du point de vue duquel on se place. Elle, en tout cas, est heureuse.

Voir les commentaires

Quand l'hôtesse prend l'air...

24 Décembre 2010, 00:00am

Publié par Anna Sam

De deux choses l'une : ou l'hôtesse de caisse a une toute nouvelle définition de son métier et dans ce cas, je crois que celles et ceux qui exercent ce boulot vont bientôt s'envoyer en l'air voyager au bout du monde à bord d'appareils volants identifiés ou l'hôtesse de l'air va bientôt se retrouver derrière une caisse et scanner les articles qui passeront sur le tapis roulant et restera au sol...

 

En surfant, je suis tombée sur cette page d'explication du métier d'hôtesse de l'air (non, je ne vise pas une reconversion professionnelle) et quelle ne fut ma surprise en découvrant les offres d'emploi liées au métier sus-cité...

 

Y en a-t-il parmi vous qui croient encore au Père Noël ?

 

(cliquez sur l'image pour voir en plus grand)

 

hotesse.jpg

 

Source (oui, ce n'est ni un fake ni un poisson d'avril, c'est tout ce qu'il y a de plus réel...)

 

Un petit commentaire ? Une envie de prendre l'air ou la caisse ?

A vous de choisir ;-)

 

J'en profite puisque nous sommes le 24 aujourd'hui pour vous souhaiter à toutes et à tous un joyeux Noël et amusez-vous bien ce soir au pied du sapin...

Voir les commentaires

1 2 3 > >>