Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Douche express

30 Août 2009, 18:00pm

Publié par Miss pas touche

Quand votre cliente arrive dans son magasin préféré et qu'elle prend négligemment un panier sous le bras, avant de glisser à ses côtés celui qui l'accompagnera tout au long de ses courses, votre cliente y jette un œil averti avant de se décider.

- J'en veux un rouge, un bleu, un jaune...
                            Couleur au choix.

- J'en veux un à roulettes.
                            Non disponible partout mais en voie d'extension.

- J'en veux un en fer.
                            Plus lourd, mais plus solide.

- J'en veux un neuf.
                            Avec de la chance, c'est encore jouable.

- J'en veux un propre
                            …

Ah, la sentence est tombée, aiguisée comme un lame de rasoir, ne vous laissant aucune manœuvre d'évitement possible. Le panier pour votre cliente sera propre ou elle ne sera pas cliente.

Voilà un challenge à la hauteur de votre compétence pensez-vous... Oui, peut-être... ou peut-être pas. Il faut bien se l'avouer, les paniers ne sont pas lavés tous les soirs, encore moins tous les matins. Tous les deux jours ? Non plus. Une fois par semaine alors... Hem...
Dès que possible, ils sont vidés, extirpés des saletés qui les jonchent, séparés de ces feuilles de salades fanées, de ces vieux chewing-gum collés, de ces papiers gras usagés, de ces listes de courses chiffonnées. Ne reste plus dans ces paniers prêts à accueillir vos victuailles que quelques reliquats collants, traces de noirs (gris, marron, rouge, verte... ou autre couleur salissante – le choix est vaste –) ou toute autre substance glissante, huileuse...

Ça vous est sûrement déjà arrivé de reposer un panier (plusieurs d'affilée dites-vous ?) avec dégoût parce que vous n'imaginez pas un seul instant y déposer quelque article dans ce bouillon de culture ? Comme je vous comprends... (je fais pareil)
Mais savez-vous comment se passe le nettoyage de ces contenants en coulisse du supermarché ?
Si vous imaginez de grandes machines à laver comme un immense lave-vaisselle ou une machine avec tambour, c'est râpé... Vous êtes carrément à côté de la plaque.
Ce n'est pas non plus une machine à rouleaux comme pour laver les voitures...

Une méthode artisanale existe et en voici la composition :
Prenez un employé (une caissière fera tout aussi bien l'affaire), une brosse à poils durs, un jet d'eau / tuyau d'arrosage et de l'eau (froide de préférence, ça réveille les sens de l'employé qui pourrait autrement s'endormir s'il a l'impression de prendre un bain chaud).
Voilà votre machine à laver les paniers dernière génération est prête à se mettre en service.

Comme beaucoup d'autres, j'ai déjà été préposée au lavage de paniers, j'en ai gardé quelques souvenirs. Je me souviens avoir été assignée avec une collègue (oui c'est quand même plus sympa à deux) à ce travail en plein été, il y avait peu de monde dans le magasin et au moins, ça nous occupait.
Nous nous étions retrouvées en réserve en plein canicule à manipuler brosse, paniers par dizaines et jet d'eau glacée. Évidemment, nous n'avions ni bottes ni cirées. Bien sûr, nous avions notre tenue de travail toute propre (au début de l'opération du moins) et des chaussures légères (il faisait chaud dehors). Nous avions tout de même eu le droit de porter par-dessus nos vêtements une blouse de protection qui avaient servi aux collègues que nous venions remplacer. Elle étaient déjà bien humides (si c'est de la transpiration, ça donne vraiment très chaud de laver les paniers pourriez-vous pensez, mais la vérité est ailleurs...).

Ma collègue et moi nous installons. On pose notre premier panier, on prend notre brosse et le tuyau d'arrosage dans les mains.
Première tentative et... c'est le drame. La pression de l'eau est tellement forte que nous sommes trempées en cinq secondes... La blouse de protection ? Elle n'a même pas le temps de comprendre ce qui se passe, encore moins de retenir quoi que ce soir : l'heure de la douche a sonné. Une fois la surprise passée, le fou-rire n'est pas loin et finit par éclater.
Ceci dit, trempées pour trempées, c'est avec entrain que nous lavons ces paniers en plastique.
Le tas de paniers sales s'amenuise au fur et à mesure que grandit notre satisfaction.
On découvre même que les traces les plus récalcitrantes s'en vont presque toutes, y compris ces vieux auto-collants qui semblaient s'être incrustés dans le plastique. Il ne reste plus un seul chewing-gum ni même une trace collante. Un boulot simple, basique mais qui apporte une satisfaction, simplement parce que c'est utile et que les clients (même s'ils ne voient pas quand c'est propre... par contre, ils le remarqueront systématiquement quand les paniers sont dégueulasses. Attitude normale d'ailleurs, nous tous voyons plus souvent ce qui cloche que ce qui fonctionne).

Au bout d'une bonne heure, la tâche est accomplie. Les paniers propres (encore humides) s'en vont déjà reprendre leur place à l'entrée du magasin, rejoignant leurs frères à des degrés de propreté divers et (a)variés.
Et déjà les clients se jettent dessus. Il faut dire qu'ils sont propres, rutilants comme un sou neuf et donnent envie d'être baladés dans les rayons. Les paniers piaffent d'impatience (si, si, un panier est impatient de remplir ses fonctions, surtout quand il est tout propre).
Une cliente se faufile rapidement pour attraper le panier tout en haut de la pile, mais elle a mal calculé son coup, la pile est trop haute, la cliente est trop petite. Et ce qui devait arriver arriva. La boîte d'œufs qu'elle voulait déposer dans le dit-panier du haut de la pile glisse de ses mains et s'éventre tout là-haut, laissant échapper un liquide qui dégouline sur... les paniers propres...

Pour qui le prochain « nettoyage paniers » ? Vous ? Ah non, vous venez de finir votre journée...



Note : les commentaires seront désormais fermés sur le blog, si vous souhaitez discuter, merci de passer par le forum (lien disponible en haut du blog).

Commenter cet article