Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (27)

3 Avril 2009, 13:30pm

Publié par Miss pas touche



Quiproquos, incompréhensions, fous rires, rencontres incroyables...
Le microcosme de la grande distribution revient avec vos histoires et vous allez encore découvrir de nouvelles facettes. Du plus doux au plus dur, rien ne nous sera donc épargné.


Valérie

ça s'est passé un samedi. Ma collègue derrière moi, qui se trouvait à la caisse prioritaire, était chargée de répéter à chaque client arrivant qu'elle ne pouvait prendre les Cartes Bancaires. Deux affichettes étaient placées alentour de sa caisse, mais les gens ayant souvent les yeux ailleurs, mieux vaut prévenir de vive voix.

Sauf que, mauvaise façon de s'exprimer parfois (comme certains clients quand ils nous demandent si l'on est ouverte...), ma collègue disait ne pas prendre la carte bleue.

Arriva donc une mamie qui s'installe, ma collègue la prévient qu'elle ne prend pas la carte bleue et la dame lui répond d'accord, il n'y a pas de problème.

Une fois encaissés tous ses articles, procédure habituelle, ma collègue annonce le total et la cliente lui tend sa carte bancaire. Stupéfaction extrême de ma collègue (on imagine bien !), celle-ci lui dit :

- Mais je vous avais dit que je ne prenais pas la carte bleue !
Et la dame de lui dire :
- Mais, la mienne est marron, vous avez dit bleu !


Cécile

un client d'une trentaine d'année passe à ma caisse pour un achat de slip. pas très au courant des tailles, il me demande si la taille qu'il a prise lui convient d'après moi. Perplexe, je lui réponds que je ne sais pas vraiment le renseigner mais je lui précise que l'on n'échange pas les sous-vêtements.
Ni une, ni deux, il défait le cintre où était accroché le slip, le pose devant lui (le slip, pas le cintre) et me regarde en souriant et me disant :
- Ça me va?

Bien sûr, je garde mon sérieux et lui indique que ça devrait aller. Deux minutes après son départ, j'appelle ma chef de caisse qui était à ce moment là face à moi. Un fou rire général a éclaté quand je lui ai raconté.
Les clients n'ont peur de rien!


Stéphanie

J'ai été caissière pendant 5 ans, à temps partiel pendant mes études. 5 ans, c'est long. Surtout pour un premier boulot. Surtout quand on a 18 ans.
En 5 ans, j'ai été agressée, insultée, arnaquée. L'atmosphère de la journée dépendait beaucoup du premier client, comme j'aimais à le dire... Un client aimable et la journée s'annonce bien. Bien sûr il y a toujours des idiots pour vous mettre les nerfs en pelote pendant au moins 1 heure... Et heureusement il y a ces gens.
Ces gens que je n'oublie toujours pas, après 1 an, et à qui je n'ai jamais pu dire au revoir, étant partie brusquement. J'ai eu un nombre incalculable de lettres, de déclarations. Des petits cadeaux, pour mon anniversaire, pour Noël. Et même une carte envoyée de l'île Maurice ! Une personne qui m'a dit avoir été son seul soutien à la mort de son père, alors que je n'ai pas été au courant, seulement par ma gentillesse. Des gens avec qui on s'était échangé nos numéros au fil du temps...Des gens avec qui je parlais lecture, musique. Avec qui j'avais des goûts communs, avec qui on s'échangeait, et même parfois s'offraient livres, cds, dvds...

Des anecdotes j'en aurais des milliers ! Comme je l'ai dit, 5 ans, c'est long...
Mais là, je voulais juste rendre un hommage aux gens qui me donnaient envie de venir travailler.
Bizarrement, c'est un métier qui me manque, car humainement très enrichissant!


Chantal

Je suis caissière au Luxembourg.
J'allais remplacer ma collègue pour qu'elle fasse sa pause, et elle était en train de compter un grand nombre de pièces rouges ; elle me regarde alors d'un air désespérée ! Le client me demande :

- Vous parlez français? (Au Luxembourg, il y a 3 langues : français, allemand, et luxembourgeois ; ma collègue ne parle pas du tout français).
- Oui monsieur, qu'est-ce qu'il se passe?
- Expliquez à votre collègue que j'ai besoin de cette armoire maintenant et que je viendrai lui amener les 45 cents manquants cet après-midi!
(Fou rire affiché de ma part)
- Mais enfin monsieur, vous ne voudriez tout de même pas que ma collègue vous paye vos courses par hasard ? De ma part, vous n'auriez pas 1 cent...
- Mais, je suis bon client!
- Veuillez alors vous adresser à l'information pour demander à la direction, car nous, nous ne pouvons rien pour vous.

Il est parti à l'info, je lui ai amené son caddie pendant que ma collège surveillait mon caisson en plus du sien ; et suis revenu à ma place. Le client suivant, ironique, me dit :
- Alors pour moi , je prends les 5 articles ; mais je n'en paye que 2 maintenant , le reste sans 3 jours...
Fou rire!
Seulement, après il y a eu un scandale à l'info et là je n'ai eu que des échos mais le client a été très menaçant.
10 minutes plus tard, le même client passe à ma caisse, il a l'argent nécessaire et me dit que ma collègue de l'info était méchante avec les clients, qu'elle le prenait pour un voleur avec son sachet de bombes de peinture...
- Oui ,monsieur, montrez-moi votre sachet!
- Oui voilà, ça vient d'à coté, mais votre collègue allemande a déjà vérifié, à l'info aussi, elle est vraiment méchante vous savez. Et maintenant vous encore une fois, je ne suis pas un voleur!
- Monsieur, laissez vos achats dans votre voiture; ça évitera tout malentendu; les caissières ne font que leur travail!
- Ah vous parlez bien vous; l'autre elle était méchante !


Anne

J'avais 16 ans, mon premier job estival : caissière en grande surface. Mon second jour, je ne reconnaissais pas encore tous les légumes, en confondais certains, et le code barres n'existait pas à ce moment-là.
Alors donc ce deuxième jour, un monsieur passe en caisse, et je confonds lamentablement courgettes et concombres... Il me reprend d'un air méprisant et ajoute :
- Mademoiselle, il faudra songer à vous recycler !
J'avais 16 ans...


Lorelei


Aujourd'hui j'ai quitté cet emploi pour pouvoir faire ma licence en alternance... mais comment dire être caissière reste en moi!

Il était 20h , un lundi, dans mon grand magasin (le plus grand d'Europe), caisse 83, donc du côté du froid!! Toute caissière qui se respecte sait que même s'il n'y a personne dans le magasin, ces caisses là sont toujours remplies.
Il faut remettre les choses dans le contexte...
En plus de mon job d'étudiante dans ce magasin, j'étais en stage au service décoration donc j'enchaînais le tout... 7H-15h-18h-22h... d'où les larmes à la fin de mon histoire...

J'étais en train de passer une mère et son fils (âgé du même âge que moi), on était en train de discuter du fait de travailler en plus des études quand un monsieur "âgé", très guindé, arrive avec son panier...
il décide de ne pas le vider... et oui pour lui c'est à moi de le faire. Toujours en train de discuter avec ma cliente, je me permets de lui demander de vider son panier quand soudain il me "balance" au sens propre et au figuré ses articles et que de toute façon je suis payée pour être son chien!!
La stupeur frappe ma cliente et son fils qui se permettent de lui demander de me présenter des excuses (très gentils de leur part). De mon côté, j'explique au client que ce n'est pas à moi de vider son panier et là... Il part dans un long monologue :

- Mademoiselle, vous êtes un déchet de l'humanité même pas digne d'être prostituée ni même digne d'essuyer la merde de mes chaussures sur votre visage!! Comment vos parents ont pu élever un excrément pareil...

Entre temps je lui demande de se calmer, de me respecter... bref le petit discourt habituel.  Cependant je sentais les larmes venir mais je ne voulais pas pleurer. Au moment de dire au revoir à ma cliente et de passer ce vieux monsieur (pour être polie), le fils de ma cliente me dit que je suis bien courageuse et que lui et sa mère ne partiront pas tant qu'il ne sera pas parti. Je lui explique que ce n'est pas la peine. Et rebelotte le monsieur âgé recommence à m'insulter de déchet et de chien; s'il avait la possibilité de m'écraser, il le ferait là maintenant tout de suite! Mes nerfs finissent par lâcher pendant que je passe ses articles. Je me mets soudain à pleurer, et lui m'insulte de encore plus violemment. Le fils de ma cliente décide alors d'aller chercher la sécurité pendant que je finis d'encaisser ce monsieur.
Celui-ci repart dans un monologue où il me rabaisse de plus en plus pour finir par me dire que ce soir je devrais me suicider. Ma collègue de devant ainsi que ma précédente cliente mais aussi ma cliente suivante lui demandent de se calmer. Il ne veut pas et moi toujours pro et en larmes lui demande de partir et de passer une bonne soirée. Il refuse de partir, la sécurité arrive, il traite ma cliente suivante de "s.....". Et là le jeune homme qui avait appelé la sécurité envoie une droite au vieux monsieur qui hurle de nouveau... La sécurité force cet homme à partir mais le jeune lui est remercié! Ma caissière principale a fini par arriver entre temps avec ma remplaçante. Je me suis mise à craquer vraiment, je n'en pouvais plus mais je ne voulais pas être remplacée tant que je n'aurai pas encaissé cette gentille cliente qui s'est fait insulter à cause de moi. Je les remercie tous et m'écroule dans les bras de ma chef.Impossible de me réconforter! Je pars en pause et ne retourne pas en caisse de la soirée et finis par faire les paniers et rire avec mes collègues.

La morale de cette histoire c'est que tous les clients présents à ma caisse ce soir là, ont écrit une lettre relatant les faits et expliquant que j'étais quelqu'un de très professionnel, d'humain et qu'à ma place ils n'auraient jamais gardé aussi longtemps leur calme!
J'ai été très émue de ce geste car ça fait du bien d'être reconnue et défendue par les clients!!! C'est si rare.
Après ces faits, je ne me suis plus jamais laissée faire aussi facilement.

Commenter cet article

jobelle 25/07/2009 20:18

je suis une caissiere depuis 8 ans mais des momment je me demande si je suis bien une caissiere car quand on me dit
client : vous etes libre... vous attendez le client... vous etes ouverte...c est bon je peut venir...vous n etes pas fermé j espere...et d autre encors.
un monsieur d un age avance en arrivant en marche arriere avec son cadie me dit : vous attendez le client ma ptite dame,vous etes ouverte, c est bon je peut venir, ho! sa coince( en parlant de son cadie en marche arriere passait tout juste entre les barrieres antivols)changer de lieux redites vous se qu il vous a dit. j ai souris et je lui est dit bonjour monsieur.

saphir 17/07/2009 23:23

Lorelei,

Bravo pour votre courage, mais décidement la connerie humaine n'a plus de limite. moi je serais partie en abandonnant ma caisse quitte à perde mon job mais il y a des limites.Et le respect des autres?

Tifany 17/07/2009 16:42

alala, sa me rassure qui y'a pas que dans mon magasin ou les clients sont vraiment exécrable. moi je suis roller, et j'en ai vu passer, entre les insultes, les menaces, les gens qui rabaissent. mais ont est plus fort qu'eux ^^

marie claude 03/07/2009 16:29

Je viens d'acheter et lire votre livre, ceci me reporte 44ans en arriére , caissiére à saint denis 93 chez C-----. eh bien voilà , rien n'a changé, toujours les mêmes râleurs , les sympa aussi et le même manque de considération par l'encadrement et la direction!!!!!!!!!!!!!!!

moncel 29/06/2009 22:08

je viens de lire votre livre tribulation dune caissier je suis moi même caissière alors jai trouver tellement chose vrai dans votre livre c etait hallucinant et je suis sur que en reprenant ma caisse c est kler que je vais penser a vous merci pour tout cela...