Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (8)

23 Mars 2008, 10:09am

Publié par Miss pas touche

(illustration de NoTTo : son site)

Entre bière, whisky, burger, informations confidentielles et braquage (non, faut pas pousser quand même...), c'est un grand festival quand on est dans les magasins.
Côté caisse ou côté client, il arrive que l'on se retrouve à effectuer un véritable parcours du combattant...
Antoine, Albéric, Hélène et Josette racontent.


Antoine
(promotion : deux histoires pour le prix d'une)

côté caisse

- fast food -

Une femme entre dans le restaurant et, se tenant à ma caisse, me demande un burger qui fait alors l'objet d'une promotion pour une durée limitée de 15 jours. Les murs de l'établissement sont couverts d'affiches vantant la bonne affaire et montrant, en gros plan, le burger en question, frappé d'une énorme inscription : "10 francs !". Je lui sers son produit et lui demande alors les 10 francs qu'elle me doit.

Décontenancée, elle me demande alors :
- Mais c'est vous qui devez me donner 10 francs si je prends ce burger ! C'est marqué sur les affiches...
Mes tentatives pour lui expliquer comment fonctionne le monde sont vaines et elle quitte le restaurant, sans le burger (évidemment) et en nous accusant de publicité mensongère...
 

- agence de voyage -

Un jeune homme accompagné de son amie se présente à mon comptoir. Il souhaite acheter un billet d'avion pour Londres. J'aime plaisanter avec les gens et, lorsque je le peux, avec les clients. Il est étudiant, moi aussi à l'époque. Il me semble assez sympathique et adopte un air décontracté. Après lui avoir demandé son nom, je retrouve dans le fichier informatique la trace d'un ancien achat de sa part dont il ne se souvient visiblement pas. Lui et son amie sont donc surpris quand j'avance son prénom :

- Ouah, trop fort ! Vous savez ça rien qu'en tapant mon nom sur votre ordinateur ?!

Voyant sa réaction, l'idée me vient de pousser le jeu et de tenter au hasard d'autres affirmations plus personnelles mais relativement probables :

- Oui, bien sûr... Je vois aussi que vous êtes fumeur et que vous avez moins de 26 ans.

(... Dans le mille !)
Lui, circonspect :

- Euh... Oui...
- Vous avez une voiture de catégorie 106/Clio/Fiesta et votre médecin est à deux pas d'ici, c'est bien ça ? (là aussi dans le mille)
 
Là, ils blanchissent et se montrent tout à coup très inquiets de voir que nous disposons d'une fiche de renseignements aussi personnels sur lui alors qu'il est persuadé (en plus) de ne jamais avoir eu affaire avec nous...
C'est alors que j'éclate de rire et lui avoue la supercherie... Il prennent bien la blague et la transaction s'est faite de manière très détendue.


Albéric

côté caisse

Un jour, une cliente passe à ma caisse, très aimable, gentille et souriante. Je passe ses articles en parlant un peu vu qu'elle avait engagé la conversation et qu'elle était aimable et marrante (ce qui est plutôt agréable dans une journée où une bonne partie des clients nous ignorent).
Au moment de payer, elle ouvre son sac pour prendre son portefeuille et au lieu de sortir sa carte bancaire, elle s'écrie :

- Ah ben j'ai l'air conne !  Ah les gamins je vous jure !
- Votre enfant vous a pris votre portefeuille madame ? Si vous voulez, je peux demander à faire mettre votre chariot de côté pour que vous reveniez et que vous n'ayez plus qu'à payer !
- Ah non, je l'ai ! C'est pas ça... Regardez ! (Elle me montre discrètement l'intérieur de son sac) C'est un faux hein, je vous montre discrètement pour ne pas avoir la sécurité à me tomber dessus. Mais regardez, je vous rassure c'est un faux !!

Il s'agissait en fait d'un pistolet à billes que l'un de ses enfants avait trouvé malin de mettre dans son sac ! Cette petite blague m'a bien amusé et la cliente avait l'air tellement gênée et amusée à la fois que ça m'a donné le sourire pour la journée.

Hélène

côté caisse


J'ai travaillé 2 ans en tant qu'hôtesse de caisse en supermarché de quartier, et toujours par périodes de CDD. Je revenais je repartais, et ainsi de suite à 7 ou 8 reprises.
J'avais mes habitués du quartier. Ils aimaient beaucoup passer avec moi, et quand j'allais rendre visite à mes collègues, ils me demandaient : "Ça y est vous avez repris?" ou alors : "Vous allez à quelle caisse?"
Même quand il y avait du monde à ma caisse, ils faisaient la queue quand même, et c'est là qu'on voit que "nos clients" nous apprécient vraiment.
Mon dernier CDD a recommencé en avril dernier. J'étais enceinte de 3 mois. Mes clients ont suivi ma grossesse avec moi, demandant sans arrêt des nouvelles du bébé. Ils étaient même presque plus pressés que moi de savoir le sexe. Une petite mamie m'a même offert des bavoirs et une autre une peluche pour ma puce.

Un jour du mois de septembre, quelques jours avant mon congé maternité, je travaille de 8h30 à 15h30. Je ferme ma caisse vers 15h15, le temps de la nettoyer et de la compter.
Là un client que je n'avais jamais vu commence à piquer sa crise car je ferme et que lui fait la queue pour juste une bière.
J'étais alors énorme (gros bébé...), j'avais mangé sur le pouce le midi, et j'ai failli me mettre à pleurer (les hormones !!!). Et là, plusieurs personnes ont pris ma défense, indiquant au client indélicat que peut-être il n'avait pas vu que la demoiselle est enceinte et lui demandent de changer de ton avec moi .
Le monsieur s'est calmé. Il leur a demandé s'il pouvait passer devant eux car il n'avait « qu'une bouteille »
- Hors de question ! Vous ferez la queue comme tout le monde.


Josette

côté client

Je suis à l'origine de cette anecdote bien que je n'ai pas été présente physiquement.
Soirée entre amis, du whisky est servi : qui le boit sec, qui met du coca, des glaçons ou un tas d'autres mélanges.
Nous étions 6 ou 7.
Première lampées, premiers cris : "Mais, c'est de l'alcool à brûler !"
Certains courageux allant jusqu'au bout de la dose pour s'en assurer.
Mon mari est diligenté pour rapporter l'objet entamé du délit au supermarché avec pour consigne de se faire ou rembourser ou échanger la-dite bouteille...
Voilà pour le contexte.

Accompagné de mon gendre, ces intrépides affrontent une caissière qui ne s'en laisse pas conter (évidemment, à sa place, j'aurais fait pareil !) et qui refuse tout d'abord l'histoire et doit croire à une blague. Elle finit par s'énerver (là, y faut pas...). Un des deux intrépides (le plus jeune) file vers le rayon informatique tandis que le plus vieux , la bouteille à la main ne cède pas un pouce de terrain.
L'hôtesse demande :
- Mais, il avait quel goût ce whisky ?
- Je ne sais pas, je ne bois pas, répond mon mari. (véridique, il ne boit pas!)
Dernier argument du plus hardi :
- Téléphonez à ma femme, elle vous racontera !
(Bon, l'hôtesse a dû penser que j'étais pochtronne)

A mon travail, le téléphone sonne, et je dois argumenter le plus silencieusement possible pour ne pas être entendue de mon entourage que oui, il avait un goût d'alcool à brûler, que non, on n'a pas reversé tous les apéros dans le flacon car il aurait été difficile de prouver l'horreur du produit et que la meilleure façon de le constater c'est qu'elle, elle en boive !
- Mais, il est quatre heures, ce n'est pas l'heure de l'apéritif (tiens donc, elle est pochtronne aussi ?)
- Appelez votre chef de rayon, il est là pour ça (lui aussi !)

De guerre lasse, elle autorise mon époux à prendre une autre bouteille de la même marque. Le soir venu, nous l'avons dégustée sans retrouver ce petit goût à l'origine de cette histoire.

Pour votre information, il faut savoir que si vous achetez une bouteille d'alcool et qu'elle s'avère imbuvable, vous êtes tout à fait dans votre droit de demander à l'échanger.
Pareil si votre vin a goût de bouchon, vous pouvez également vous la faire échanger dans votre magasin (à condition de ne pas avoir égaré son ticket de caisse et de ne pas l'avoir acheté dix ans plus tôt...)
Par expérience, je sais que beaucoup de clients ignorent cette information.

Commenter cet article

Albéric 12/04/2008 15:29

coucou,

Je suis l'ex caissier de l'histoire du pistolet. J'ai la joie de vous annoncer qu'après mon licenciement du 5 janvier j'ai enfin repris le travail ce matin du samedi 12 avril et cette fois-ci comme employé libre-service au rayon bazar, toujours la même enseigne mais pas le même magasin (mais le même propriétaire, ce qui prouve bien que mon licenciement était tout à fait injustifié, s'ils avaient quelquechose d'embêtant à me reprocher, je ne pense pas que j'aurais été pris !). Je suis heureux de vous faire partager cette bonne nouvelle qui marque le début d'une nouvelle activité professionnelle pour moi ! J'espère cette fois ne pas être déçu pour la 3ème fois par la grande distribution.
Bonne continuation pour ton blog dont je lis toujours les nouveaux articles avec beaucoup de plaisir, ça me rappelle mon ancien boulot ;)
Albéric

Miss pas touche 12/04/2008 17:19


Salut,
excellente nouvelle !!! Bonne chance pour la suite :-)


Bambou 04/04/2008 10:25

" Pouf ! " Bien renvoyé ! ^_^
Voilà une belle leçon de civisme que celle d'Hélène.

Et bien ... honnetement ... j'en reviens pas !
Je suis adepte de chouchouter les vendeurs, j'aime revenir voir un vendeur dans un magasin, mais jusqu'à lui faire un cadeau ou jusqu'à faire la queue rien que pour lui dire quelques mots ... cela dépend beaucoup de l'humeur du moment. Je suis épaté de voir qu'Helene a collectionnée tellement d'affection de la part de ses clients, ca force le respect ! C'est une très belle histoire ! :)

Alors ... fille / Garçon ?
Comment s'appele il / elle ?

Ce n'est pas normal que cet homme se soit permis de vous crier dessus ... et je trouve très bien que vos " clients " soient venus a votre resscousse ! Je croyais que dans le monde d'aujourd'hui ... les gens étaient individualiste, et bien ... apparement pas chez Hélène !

Mais ... en meme temps ... je suppose qu'Hélène doit être une femme très avenante, et très gentille pour cultiver autant de gentillesse.

Merci pour cette histoire. :)

Bambou 04/04/2008 10:18

Il est vrai que l'histoire d'Albéric est très drole et que je comprend tout a fait l'embarras de la dame.

Merci de nous avoir raconté cette histoire.
J'aime beaucoup le prénom Albéric. Très beau.

Bambou 04/04/2008 10:16

Par rapport aux premières histoires ... celles d'Antoine ... je les trouve très droles !
Pour la seconde ... il est heureux de voir que le client ne l'a pas mal pris mais ... je suppose que ce doit etre difficile d'expliquer a un client que tout cela était du hasard ... alors que l'on avait tout bon ! :)

Bravo Antoine et merci pour cette franchise. :)

GENEVIEVE FLAVEN 01/04/2008 11:35

Un dossier très complet sur l'avenir du Retail sur le site www.mega-trend.com.

Salutations
Genevieve