Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (17)

24 Juillet 2008, 13:16pm

Publié par Miss pas touche

Les aventures de caisse et de supermarché se poursuivent et se ressemblent... ou pas !
Et vous, à quand remonte votre dernière expédition dans les grands temples de la consommation entre deux balades au bord de la mer ?


Juliette

Ah les jolies colonies de vacances! Chaque été, c'est pareil, la colonie du coin ouvre ces portes et les équipes de gentils moniteurs se succèdent. Difficile de ne pas les reconnaître, ils sont en groupe, avec une liste de 10 km de long et achètent chaque produit en douzaines d'exemplaires! Les trois premières semaines, nous nous inquiétons pour l'équilibre alimentaire des enfants à force de voir passer les articles en conserves, en boîtes, très sucrés, etc. Mais un jour, une nouvelle équipe de deux jeunes filles prend le relais et non seulement il y a des légumes sur le tapis mais tout est méticuleusement rangé pour faciliter le passage en caisse ! L'une d'elles oublie un jour sa liste de course avec tout le détail des menus.
La semaine suivante (la liste avait tourné chez les caissières), on lui a demandé si elle pouvait nous donner certaines recettes car ça avait l'air bon! Je me souviendrais toujours de l'air gêné de ma collègue ce jour-là :
- C'est à vous cette liste?
- Ah oui, merci je l'avais oublié.
- Je voulais vous demander... C'est à dire... Mes collègues et moi l'avons lue et euh certaines recettes ont l'air très bonnes, vous pourriez pas nous donnez des recettes?
Elle a accepté avec un grand sourire et nous avons eu droit à de chouettes recettes chaque semaine pendant 2 mois!


Emilie

Petite jeune que j'etais et inexperimentée (c'était un job d'été), je n'osais pas intervenir sur le client lorsqu'il insérait mal sa carte ou autre. Bref un soir de nocturne (plus particulièrement un samedi) un client passablement eméché arrive à ma caisse, après une tentative de drague assez lourde arrive le moment du paiement , il insère sa carte et... RIEN. Il recommence une fois... deux fois... trois fois.... et toujours rien...
Au bout de sa sixième tentative, il se rend finalement compte qu'il cherchait à payer avec sa carte vitale.


Eddy

Un jour comme un autre, je suis seul, comme souvent, dans l'un des 700 magasins du roi du surgelés. Tant bien que mal je tiens la boutique : je mets en rayon des produits qui me gèlent les doigts ; je surveille, conseille, renseingne, répond au téléphone tout en scrutant la caisse et l'arrivée en zone caisse du client.
Une petite Mamie, cheveux bleutés de peu est là. Patiemment, elle m'attend.
Je quitte ma polyvalence pour une autre partie de ma « polyactivité »...
Il est 19H, depuis 8h30 ça commence à faire long... Plus que 45min et j'en serai quitte. Ma gentille petite cliente met son panier sur le tapis et passe de l'autre coté. J'ai compris. Je fais...
Je passe les articles, j'annonce le prix, la cliente règle mais les articles restent sur le tapis.
Gentil, commerçant et surtout, simplement lessivé je dis :
- Je vais vous aider à les mettre en sac.
Et là je tombe dans la quatrième dimension par la réponse de cette cliente :
- Vous le faites tellement mieux.


Pascale

Un jour un client que je croise depuis longtemps passe à ma caisse et me dit :
- Vous êtes jeune et jolie il ne faut pas vous laissez aller !
En fait j'avais une chemise ample et comme j'étais assise derrière ma caisse, la chemise me grossissait.
Et le client d'enchaîner :
- Je connais une recette pour perdre du poids c'est une soupe aux choux, je dépose mes courses chez moi et je vous la ramène tout de suite.
Vous savez quoi, il est revenu un peu plus tard dans la journée avec la fameuse recette.


June

Je travaille à la Poste. Les files d'attente, on connaît aussi et les réflexions ad hoc aussi.
Une dame du quartier est venue avec son enfant autiste. C'était la fin de la journée, le bureau était plein à craquer. J'avais un client avec beaucoup de paquets. L'enfant ne supportait plus d'attendre, il s'est agité et a bousculé un présentoir. Personne dans la file n'a bougé pour laisser passer la dame qui n'a pas fait usage de sa carte de priorité. Et après mon client, j'étais tellement dans le coaltar que je n'ai pas eu le réflexe de faire passer la dame en priorité.
Je l'ai revue quelques jours après et je lui ai dit de passer les prochaines fois directement à nos guichets sans attendre et je me suis platement excusée. Les responsables du bureau ont été mis au courant et ont également approuvé.
Une autre dame avec un enfant en fauteuil nous a fait part de la conduite des autres gens qui faisaient semblant de ne rien voir, je lui ai dit de passer devant.

Dans un autre bureau où j'avais travaillé, des collègues m'avaient raconté qu'il y avait eu une alerte à la bombe. Personne n'a bougé car personne ne voulait perdre son tour...
A méditer.

Ce comportement me rappelle un jour où j'étais à la station service, le feu s'est déclaré dans une voiture et aucun client n'a bougé ou a eu un soupçon de peur. Seul le conducteur dont les flammes s'échappaient de son moteur s'est précipité pour prendre un extincteur et moi qui ai commencé à paniquer.
Les autres clients ? Ils ont continué à se servir comme si de rien n'était.


Lili

Il y a quelques années, un soir un client passe à ma caisse et paye avec un billet de 500 francs (c'était encore l'époque des francs), en effectuant les vérifications d'usage, je m'aperçois qu'il y en avait 2 de collés l'un sur l'autre. Alors, naturellement je lui tends le second ! Le monsieur tout étonné me remercie vivement de mon honnêteté.
Le lendemain il est revenu à ma caisse avec un bouquet de fleurs pour me remercier!


Anne

C'était ma dernière semaine de boulot je m'en souviendrai toujours !
À la fin de cette semaine là, je devais être en congé maternité.
Une cliente arrive avec 2 caddies plein... Je devais fermer 5 minutes plus tard, mais je la vois en galère et apparemment très pressée donc j'accepte (bonne poire que je suis...).
La cliente, pas casse-pieds :
- Attendez faut que je fasse le tri pour passer mes articles comme il faut à la caisse et les ranger correctement après...
Donc moi  :
- Bah bien sûr madame je comprends...
Et voilà qu'elle fait des va-et-vient entre ses caddies pour choisir quels articles passer... Entre deux, je lui demande sa carte fidélité, mais elle, trop pressée, ne me la donne pas et autant vous dire qu'avec tout le bazar qu'il y avait impossible de m'en souvenir quand arrive le paiement...
Au final, on parvient à terminer son compte, ce qui a pris un temps fou puisque bien évidement elle vidait les caddies mais il fallait bien les reremplir après...
Une fois ses achats payés, elle me demande :
- Je vous ai donné ma carte de fidélité ?
- Heu je crois vous l'avoir demandé mais je ne me souviens plus vraiment. De toute façon si on a oublié vous irez à l'accueil donner votre numéro de carte et vos points seront crédités sur votre carte directement.
Manque de bol pour moi, ma chef qui passe par là me dit que depuis quelques jours, le magasin ne recrédite plus les points... Si la carte est oubliée, c'est tant pis pour le client...
La cliente a alors vidé ses deux chariots et j'ai dû tout repasser pour qu'elle ait ses points !

je peux vous dire qu'à plus de 7 mois de grossesse, mes nerfs ont laché et je me suis mise à pleurer devant tout le monde...


N'oubliez pas le concours, il est ouvert tout l'été.

Commenter cet article

Nadège 16/09/2008 14:51

C'est tellement facile de craquer en caisse! Une fois je n'ai pas pu me retenir (je venais de me faire insulté de non-inteligente car je suis une caissiere, et bien sur caissiere = pas d'intelligence!) et je me suis mise à pleurer devant les clients... Ils ne savaient pas quoi dire mais étaient vraiment réconfortant.

Mimi 15/09/2008 09:24

Je suis caissière (pardon, assistante de caisse !) depuis 5 ans (aujourd'hui tiens !)dans le même hypermarché. Nous avons pour habitude, sur la ligne de caisses, de faire une cagnotte pour les 40 et 50 ans de nos collègues. Mon tour étant arrivé de fêter ma quarantaine, j'avais choisi une belle montre pendentif.
Je la portais fièrement jusqu'au jour où, un client habitué du magasin, passe à ma caisse, et après avoir réglé, me sort : "Vous ne savez pas ce que je voudrais être ?, une petite montre !".
Moi, naïve comme pas deux, je ne comprends pas de suite.
Donc il en rajoute : "Oui, car placée ou est la votre,(soit sur ma poitrine !) cela doit être très agréable !"
Evidemment, j'ai piqué mon fard et n'ai pas répondu. Depuis je ne remets plus cette montre au boulot ! C'est un client particulièrement dégoûtant, plus de 70 ans, qui sent, qui vous appelle par votre prénom (merci les badges) et qui se permet souvent des blagues sallaces. Il avait sorti à une collègue qui avait un angine que rien n'était meilleur pour se soigner que du "sirop de corps d'homme" ! et à une autre qui se plaignait du temps pluvieux ce jour-là, que c'était un temps à femme car c'était mouillé...
Bref, très fin le vieux pervers et on a beau faire des efforts pour être sympa avec certains, moi, j'avoue qu'avec lui, c'est désormais juste "bonjour, merci et surtout au revoir" !!!
Bises à toutes les caissières et caissiers de France et de Navarre !

Miss pas touche 15/09/2008 10:19


salut,
arf, quel client celui-là!
dis donc, y a l'air d'y avoir une sacrée bonne ambiance entre collègues, c'est chouette !


WELLENS C. 08/09/2008 22:03

Un diplôme universitaire de littérature , une relectrice aux yeux perçants et deux conseillers qui vous permettent de vraiment progresser dans l' écriture , autant ou peu pour mépriser la signification de " achalandé ". ( Cf. page 140 )Toute votre prose , Madame , ignore superbement les règles les plus élémentaires de grammaire ou de syntaxe.Quant à " l' accent belge à couper au couteau " , j' ignore où vous l ' avez entendu.
En Belgique , à l' instar de toute la planète ,
il existe une multitude d' accents.Septante , huitante et nonante sont les dénominations officielles du système décimale et leur emploi n' est pas inérant à la seule Belgique.Consultez à ce sujet le Dictionnaire de l' Académie française.Cela étant écrit , permettez-moi de vous féliciter pour la narration et le rythme de votre récit.
Ir. C. Tréfois

Miss pas touche 08/09/2008 23:38


je n'ai pas dit que j'avais la science infuse, et il est tout à fait possible qu'il reste des coquilles.
quant à l'accent belge, je l''ai bien rencontré, notamment une mamie dont je ne comprenais pas son accent. et c'était à la frontière (donc pas non plus dans un petit village perdu au fin fond du
pays)
octante ? ha nan, ils disaient quatre-vingts... mais bien septante et nonante.


delesalle 02/09/2008 13:37

La vente en rayon n'est pas toujours facile non plus...
Un jour d'affluence(c'est toujours à ces moment là, on dirais qu'ils le sentent!) au rayon poisson :
- Bonjour, Je voudrais 59 crevettes, ça fait quel poid ?
- environ 600 gr madame, si vous prenez 650 gr, vous êtes sûr de les avoir (c'était de la 80/100 sois 80 à 100 pièces au kilo)
- Ha oui, mais moi, j'en veux 59 ! ! !
- ...Hé bien je vais vous les compter madame ...
Je compte, et... je pèse ...
- Et voilà,ça fait 610 gr madame !
- c'est tout ??? ben j'en reveux une poignée en plus !
GRRRRRRRrrrrrrrrrrrrr !

Miss pas touche 02/09/2008 19:54


zen attitude !
il faut avoir la zen attitude
(et un bon punching-ball dans les vestiaires, ce serait quand même mieux!)


céline 02/09/2008 00:49

y a vraiment des clients pas sympa,pour faire une chose pareil a une femme enceinte faut pas etre humain!moi j'aurais fermé ma caisse juste devant elle.Et caissiere depuis trois ans,je sais ce que c'est d'avoir des clients pas cool!