Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un chocolat vaut mieux que deux tu l'auras

3 Avril 2010, 15:00pm

Publié par Miss pas touche

chocolat_paques.jpg

Vous n'êtes pas sans ignorer que le jour de Pâques, on offre des chocolats : cloches, œufs, poules, lapins, ou encore Dora l'exploratrice, Titi et Grosminet... le tout servi dans des sachets plastiques transparents où les étalages de couleurs rivalisent d'exubérances.
Vous n'êtes surement pas non plus les derniers à aller admirer ces étalages de chocolats à perte de vue dans vos supermarchés préférés.

Et de cette période, la casse est comblée, elle aussi. Il faut dire qu'un lapin de 80 cm de haut, large de 20 cm creux à l'intérieur avec un socle bancale (le sachet plastique n'arrangeant pas vraiment la stabilité de l'engin), la chance pour qu'il bascule et s'éclate une oreille (ou toute autre partie de son corps chocolaté) n'est pas infime.
Évidemment, un lapin en petits morceaux, voilà qui n'est pas très présentable à la vente et voilà qui risquerait de décevoir les bambins lors de leur traditionnelle chasse aux œufs et autres friandises.

Mais alors que faire ? Jeter manu militari les estropiés, remplissant ainsi la casse de chocolat ? Les fondre ? Les brader ? Les cacher ?
Eh bien, il est temps de vous dire la vérité. Vous devez savoir ce qu'il advient du poisson au chocolat noir que vous avez laissé tomber ce matin quand vous avez fait vos courses. Dans beaucoup de magasins, les invendables échouent en salle de pause où chaque employé aura le loisir de les réconforter pendant sa coupure. Le salarié aura alors la possibilité de déguster sur place tout un tas de confiseries au cacao (on ne pourra pas dire qu'on n'a pas testé la marchandise !), goûter à tous ces produits. S'il se goinfre, ça marche aussi...
Autant vous l'avouer, le nombre d'employés à venir en salle de pause à cette période est bien plus dense que d'habitude. Quant au distributeur de bonbons, il est curieusement délaissé.

Les indésirables animaux estropiés ont donc trouvé preneur et même si les travailleurs se disent adultes, à cet instant précis, ils redeviennent de grands gamins.

Pâques ? c'est ma période de l'année préférée...

 

 

Note : ceci n'est pas un appel à la destruction des chocolats de Pâques... mais plutôt un appel au recyclage ;)

Voir les commentaires

"Je suis hôtesse de caisse depuis 3 minutes" ©

29 Mars 2010, 08:00am

Publié par Miss pas touche

Avez-vous vu les nouvelles publicités de Castorama ?
Non, pas la campagne qui passe à la télé, mais les panneaux d'affichages qui poussent dans nos contrées.
Il y en a plusieurs dont ces deux-là (les autres sont exactement sur le même modèle).

campagnepub casto 2010

Elles vous plaisent ?
Elles vous amusent ?
Elles vous donne envie de bricoler ?

Et si je vous mettais cette pub-là (c'est une fausse bien évidemment...) à côté.

parodie castorama
Elle vous plait ?
Elle vous donne envie ?
Elle vous choque ?


Eh bien moi, les pubs de Casto me choquent tout autant...

Avant
Dans l'imaginaire collectif, les travaux de construction de maison et de rénovation ont un coût très important. À cela s'ajoute cette idée que trop souvent les artisans s'en mettent plein les poches en taxant les particuliers (« T'es plombier? Tu gagnes vachement bien ta vie »).

À l'opposé, dans l'imaginaire collectif, la grande distribution est souvent perçue comme le grand méchant loup qui presse ses employés, à la limite de l'esclavage.


Que voilà deux affirmations bien tronquées et loin de la réalité mais qui contribuent à accepter pour l'un (pub Casto) en trouvant l'idée de faire le travail à la place du professionnel bien vu car  : économique, valorisant et amusant...
A contrario, pour l'autre (la parodie), prendre la place d'un travailleur (ici l'employé de caisse) relève presque de l'hérésie car : on prend le boulot d'un salarié, on n'est pas payé pour ça, c'est dévalorisant...

Après
Quelle est la différence de ressenti entre la campagne de Castorama et celle fictive (je préfère le repréciser...) de la caisse automatique ?

Quelle que soit l'action que nous réalisons à la place d'un professionnel.
Quel que soit le degré de simplification des taches prévues pour un travail.
Quel que soit le nombre d'opérations nécessaires pour effectuer cette action.
Il y a aura toujours besoin d'un savoir-faire qui s'acquiert gràce à des formations et par l'expérience.

Je ne souhaite pas rentrer de nouveau dans le débat qui fait plus ou moins rage sur les caisses automatiques (on en a parlé plusieurs fois sur ce blog : ici), mais plutôt sur l'acceptation ou non de faire quelque chose à la place d'un professionnel (la pub ne marque pas : "je fais de la peinture" mais bien "je suis peintre" ce qui n'a pas du tout le même impact!). J'avoue rester perplexe...

Et vous ?

[note : cette réflexion n'a pas valeur de vérité ou de contre-vérité. Loin de moi la volonté de faire une analyse poussée, chiffrée ou sociétale. Disons plutôt une interrogation sur nos sentiments et ce qu'on trouve acceptable ou pas...]

Voir les commentaires

Quand les humoristes s'en mêlent

26 Mars 2010, 11:45am

Publié par Miss pas touche

Les humoristes donnent eux aussi leur point de vue sur les supermarchés.

Bruno Salomone et Anne Roumanoff prennent la place de la caissière dans ces sketchs.
Deux styles très différents, deux approches opposées.
Mais à chaque fois le passage de l'autre côté du miroir.
L'envie de mettre un autre regard.

Et ce que j'aime dans ces deux approches, c'est que malgré une volonté de pousser les traits des personnages pour faire rire, ils ne sont pas pour autant tournés au ridicule vulgaire mais plutôt en montrant l'absurdité de nos comportements à tous...

Anne Roumanoff



Bruno Salomone



Les inconnus aussi avaient joué à cette parodie en leur temps...



Et puisque le rire est une bonne thérapie, je vous conseille de regarder ces vidéos les jours de pluie ;)

Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à nous les communiquer.


Ticket de caisse bis : j'entame sur maviepro.fr un tour du monde (non exhaustif évidemment !) des métiers de l'ombre. Et ça a commencé mercredi avec "Nice, femme de ménage au Brésil". Et si tout se passe bien,  ce sera chaque mercredi.

Voir les commentaires

Dessine-moi une caissière... (5)

22 Mars 2010, 16:30pm

Publié par Miss pas touche

... ou un caddie, un tapis roulant, un client, un panier, un rayon, une caisse, ...

Et voici le retour des dédicaces d'auteurs BD ayant pour thème (évidemment !) le monde de la grande distribution. Face à la surprise de certains dessinateurs, j'ai élargi le thème de départ centré autour des caisses de supermarché... Au final, ça donne de belles surprises...
Du coup, le caddie devient souvent le moyen de faire voyager certains personnages des séries, proposant ainsi des situations incongrues.




Les Cancres (Gaby & Ghorbani)
plus d'infos
Le thème de cette BD se portait si bien à cette anecdote que les auteurs n'ont pas hésité une seconde à la mettre en image ! J'aime bien le résultat...
lescancres

Le Collège invisible (Ange & Donsimoni)
plus d'infos
collegeinvisible

My road movie (Marie Saur & Nylso)
plus d'infos
roadmovie

Les villes d'un jour (Rudy Spiessert)
plus d'infos

lesvillesdunjour

Voir les commentaires

Mon nouveau job...

18 Mars 2010, 21:00pm

Publié par Miss pas touche

Bonsoir à toutes et à tous,

Il est temps de vous annoncer une nouvelle qui me tient tout particulièrement à coeur...

Voilà déjà quelques mois que nous étions en discussion, d'abord pour se connaître un peu, pour voir si nous aurions pourquoi pas un objectif commun puis pour parler d'une mission. Et quelques rendez-vous plus tard, mais aussi beaucoup de questions soulevées, nous nous sommes entendus sur un projet commun.
C'est désormais officiel et ce n'est même pas moi qui aurais eu la primeur de vous l'annoncer mais mon acien, actuel, nouveau patron dans le journal Ouest-France d'aujourd'hui...

Voilà l'article en question et ce qui me concerne plus directement (fin de la première colonne) :
(cliquez sur l'image pour voir en plus grand)


leclerc.jpg

Je suis donc fière de vous confirmer cette information et je suis d'autant plus fière de travailler aujourd'hui pour ce métier auquel je crois et que je défends depuis déjà presque 3 ans. Et pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, la plus grande partie de ma carrière en caisse s'est faite dans un centre E. Leclerc.

La boucle est aujourd'hui bouclée.

PS : l'article est également fort intéressant et à contre-courant d'un certain nombre d'idées reçues sur la grande distribution en général, et sur les Leclerc en particulier...

PS2 : On peut lire aussi l'article sur le site de Ouest-France (cliquez ici)

PS3 : je ne peux m'empêcher de mettre un bon mot que m'a soufflé un ami concernant mon nouveau travail :
"Vous connaissez Anna Sam, mais savez-vous qu'elle est moins chère chez... Leclerc !"
>>> pour les remerciements ou insultes concernant cette splendide trouvaille... adressez-vous à Anton, merci.

Voir les commentaires

On peut être industriel et équitable - l'exemple de Candia

10 Mars 2010, 12:00pm

Publié par Miss pas touche

Alors non, ce n'est pas le premier industriel à proposer ce genre de petite révolution pour faciliter la vie de toute le monde (Evian le fait depuis longtemps, certains fabricants de bières aussi).
Mais, la pub qui passe en ce moment à la télé est plutôt réussie et offre un message positif,
- Côté consommateur : moins de manipulations à faire en caisse, optimisation du rangement dans son caddie, gain de temps en caisse.
- Côté hôtesse de caisse : moins de manipulations d'objets lourds, facilité de récupération du code barre. Et répété avec le nombre de clients journaliers, c'est un soulagement pour le dos et les articulations...

 



"Qui c'est qui va les porter ?
- Personne papa, regarde.

Le code barre qui se détache ? Merci Candia"

                                                                                                                               Site de Candia


Et pour rappel : "quand c'est plus de 8kg, ça reste dans le chariot"
(vivement que cette recommandation devienne la norme !)


---
maviepro

Et de temps en temps, vous me verrez sur le site de Maviepro.fr au détour de quelques chroniques.
Et ça démarre avec les "trophées des femme de la distribution" (on reste dans le thème...)

Ma vie pro c'est quoi ? (source)
"Maviepro.fr n’est pas un énième site féminin en ligne. Non, non, non ! On vous voit faire les grands yeux, l’air étonné. Mais vous ne trouverez pas ici le nom du dernier gloss qui vous fera gonfler les lèvres. Notre ambition est ailleurs. Elle concerne tout simplement la vie professionnelle des femmes."

Un site qui pourrait intéresser pas mal d'entre vous mesdames, mesdemoiselles.
Messieurs, rassurez-vous, vous n'êtes pas exclus!

Voir les commentaires

Vos histoires de caisse (30)

19 Février 2010, 10:00am

Publié par Miss pas touche

Dans la catégorie, « vous êtes du magasin ? » si les clients sont rarement originaux avec cette question existentielle. Les employés eux, débordent d'ingéniosité pour répondre à cette demande qui serait digne de figurer au palmarès de la question la plus récurrente dans une vie d'employé travaillant dans un commerce.

Petit tour d'horizon de réponses possiblesà utiliser selon les circonstances, votre humeur et celle de votre client.
Un client ayant le sens de l'humour est cependant indispensable pour que l'opération soit un succès !

Dans les lignes qui suivent, il est indispensable de vous imaginer qu'avant chaque réponse, la sempiternelle question "Vous êtes du magasin ?" a été posée par un(e) client(e), que l'employé qui est en face, ayant entendu et répondu un nombre incalculable de fois à cette question a parfois l'irrésistible envie de montrer l'étendue de son humour par une petite phrase... à prendre avec quelque dérision donc!



Une envie d'« occupation » ?


- Non, je range pour le plaisir

- Non je m'ennuyais, puis j'ai vu un carton alors je le mets en rayon.

- Non non, je suis juste venu passer le temps, je m'ennuyais chez moi...

- Non, non, je suis là pour le fun, je ne savais pas quoi faire de ma journée.

- Non je fais parti du décor.

- Non pas du tout, je fais les poussières des étagères pour le plaisir.


Vous préférez le côté : « costume » ?


- Non c'est mon déguisement de Mardi Gras

- Non, je m'habille en blouse parce que j'aime ça.

- Non c'est mon déguisement d'Halloween.

- Non non je me suis déguisé en vendeur aujourd'hui !

- Bah non c'est juste fashion de porter un gilet sans manche "*nom du magasin* à votre service"

- Non non j'ai le t-shirt du magasin pour le style.

- Non mais j'adore leur tenue, vous en voulez une?

- Non non, je m'habille avec une veste avec mon prénom dans le dos, je m'appelle ... (au choix : Intersport / Carrefour / Décathlon / E. Leclerc / Cora / Auchan, etc...)



Quelques inclassables :


- Non non je suis juste membre du fan club.

- Non, non mais je suis maniaque et je ne peux rien acheter avant que tout ne soit rangé.

- Non, je suis intermittent du spectacle et je prépare un rôle pour le cinéma. Alors ici, c'est juste de la figuration !



Et il y a des contextes un peu particuliers :


Je travaille en bijouterie, et quand on me demande :
-Vous travaillez ici ?
Je rêve de répondre :
-Non non, je cambriole la boutique et je me suis déguisée en vendeuse pour passer incognito. Chut !


Je suis en cabine d'essayage.
La cliente: Bonjour, vous travaillez ici ?
Moi: Non je place les gens pour faire de la marche à pieds !


Alors que l'employé est avec son tire-pale électrique et une palette de liquides posée dessus :
Le client "Excusez-moi .. vous êtes du magasin ?!"
et de répondre : "Bah non vous voyez bien ce sont les nouveaux chariots et je fais mes courses !"


Je suis seule en boutique.
Une cliente : "c'est vous la vendeuse ?"
- Non, non ! Il fait - 5° dehors, je n 'ai ni manteau ni sac... Je suis juste venue pour me réchauffer


Mécanicien dans un centre auto, je sors de l'atelier en bleu, les mains sales, des pièces dans les mains, et là LE client :
- Bonjour vous êtes du magasin?
- Non non je suis venu squatter pour ma vidange.


Alors que je travaille dans un BMR (note : nom d'une chaîne canadienne de magasins indépendants) et que je classe des ampoules, et que ma chemise l'indique bien par le logo; et que je n'ai pas de manteau en ce frais mois de février, la cliente:
"travaillez-vous ici monsieur?"
Moi je réponds: "Non je travaille au Walmart! (note : nom d'une autre chaîne de magasins outre-atlantique)"...
La dame: "Oh, désolé..." Et elle vire de bord pour trouver un commis...


Je suis sur mon escabeau tout en haut (tenue de travail / bleu de rigueur), Certains clients me demandent :
- Vous travaillez ici?
- Nan nan du tout réparer les toits, c'est ma passion...


Et la palme :

- Bonjour vous êtes du magasin ?
- Oui, je peux vous aider Madame?
- Non merci, je voulais juste savoir.


La liste est évidemment non exhaustive et il est certain que vous en trouverez tout un tas d'autres...


Pour les inconditionnels de Facebook, vous trouverez un groupe - cliquez ici - (oui, le nom et l'image d'illustration sont certainement un peu violent... mais ne vous arrêtez pas au titre du groupe !) où beaucoup d'employés y laissent quelques bribes de leurs anecdotes, certaines sont absolument fantastiques...
D'ailleurs, la majeure partie de ces répliques sont issues de ce groupe.

Voir les commentaires

dans le vide

16 Février 2010, 00:00am

Publié par Miss pas touche

telephone_ficelle.jpg

Une journée de caisse comme les autres
8 heures dans les pattes
8 heures dans les bras
8 heures de bruits
8 heures de bonjour
8 heures de merci
8 heures de bip
8 heures de carte bancaire et de rendu-monnaie.

8 heures de répétition, de mélange d'informations, de rencontres multiples aussi différentes que semblables.
Et ce qui devait arriver arriva.
L'hôtesse de caisse scanne un article volumineux directement dans un caddie avec son petit lecteur de code barre portatif (c'est beau la technologie, ça va jusqu'à préserver le physique des employés).
Derrière elle, son interphone sonne.

Driiiing

Elle répond prestement :
- Allô

Driiiiing

Le téléphone, le vil personnage, sonne encore.

Allons bon, voilà qu'il déconne celui-là se dit-elle. Remarque, c'est pas la première fois... Entre ceux qui ne sonnent plus, ceux où on n'entend rien, ceux où ça grésille, ceux où il faut hurler pour se faire entendre, il fallait bien qu'il y en ait au moins un qui continue de sonner même quand on a décroché.

Sauf que... pour une fois, le combiné téléphonique n'y est pour rien... Il est sagement resté accroché à son socle.
A l'oreille de la caissière... le scanner... encore heureux qu'il n'ait pas bipé et sorti un prix pour le scannage de son oreille !
La caissière éclate de rire (vous seriez resté stoïque vous ?)

Personne n'a rien remarqué... pas même le client qui était face à la caissière. La tranparence, ça a parfois du bon ;)
Mais allez justifier votre fou-rire au client après ça...

---
ticket de caisse bis : Si vous voulez réaliser un téléphone aussi fiable que celui de l'illustration du dessus (pas de risque de panne en cas de coupure de courant !), cliquez ici !
Par contre, il paraît que la portée est assez limitée...

Voir les commentaires

Ticket restaurant : à nouvelle norme, nouvelles règles

12 Février 2010, 10:30am

Publié par Miss pas touche


UN AVIS SUR LE SUJET ? LE DEBAT EST OUVERT, LES COMMENTAIRES AUSSI


resto.png

Suite à une remarque judicieuse en commentaire (ah ah, mon ancien boulot n'est jamais loin ^^) j'apporte quelques rectifications.

J'en avais parlé ici (cf : la valse à 4 temps du ticket-restaurant) il y a quelques mois déjà. D'une enseigne à l'autre, d'un magasin à celui d'à côté, il existe une sorte de flou quant à l'utilisation des tickets restaurants. Certaines grandes surfaces les acceptaient avec de nombreuses restrictions quand d'autres étaient assez laxistes et à partir du moment où il y avait quelques articles alimentaires dans le chariot, ils n'étaient pas bien regardant.

Ça va changer ! Ça change déjà d'ailleurs...

Quelques dates importantes :
12 février 09 : signature d'une charte de la part des grandes et moyennes surfaces délimitant les produits alimentaires pouvant être réglés avec un ticket restaurant. 13 mois sont accordés aux différentes enseignes afin de se mettre aux nouvelles normes.
Cette information est relativement peu connue du grand public, l'info n'ayant quasiment pas été diffusée.
20 août 09 : modification de la législation concernant l'utilisation des titres-restaurant (lien ici)
courant 2010 : entrée en application de cette nouvelle mesure, variable selon l'enseigne de grande distribution (voilà qui ne simplifiera pas l'explication aux clients...) - cependant la date du 1er mars est annoncée dans de nombreux journaux et sur divers sites officiels pour l'entrée en application.



Ce qui implique des restrictions fortes pour certains et vous l'aurez compris, l'impossibilité légale de faire dorénavant le plein de son caddie payé uniquement (ou presque) par les tickets restaurants.

D'après ce que j'ai pu lire sur cette mesure, ça a été une demande de la part des restaurateurs qui dénoncent le laxisme des grandes surfaces.

Concrètement :
Limite : 2 tickets par passage en caisse
catégorie de produits acceptés : sandwiches, plats cuisinés frais, surgelés ou en conserve, salades préparées et salades composées.
Sera sans doute ajouté à cette liste : fruits et légumes frais (rappelez-vous : « mangez 5 fruits et légumes par jour ») grâce à la réforme de l'hôpital (mais non encore entrée en vigueur)
"A noter : la loi du 21 juillet 2009 n° 2009-879 portant réforme de l'hôpital prévoit que les titres restaurants puissent être utilisés pour acheter des fruits et des légumes. Toutefois, faute de décret d'application, cette mesure n'est pas encore en vigueur". (source)


On peut lire sur le site de la CNTR (Commission Nationale du Titre Restaurant) un jeu de questions réponses qui explique ces restrictions :

Peut-on utiliser plusieurs titres-restaurant pour régler un repas ou un achat de préparations alimentaires destinées à remplacer le repas ?

En l’état actuel de la législation, le salarié ne peut régler le repas consommé ou l’achat de préparations alimentaires qu’avec un seul titre-restaurant (article 3 décret n°67.1165 du 22/12/1967).
Toutefois, dès 1975, pour tenir compte notamment du niveau moyen des prix pratiqués dans la restauration publique, supérieurs généralement à la valeur libératoire unitaire des titres-restaurant dont disposaient les salariés, un assouplissement à cette règle a été admis : une tolérance d’utilisation de deux titres-restaurant au plus pour payer un repas ou un achat de préparations alimentaires a été admise, à la condition formelle, toutefois, que le commerçant ne soit pas contraint de rendre la monnaie.



Que peut-on régler au moyen d’un titre-restaurant ?

La législation en vigueur ne permet d’utiliser le titre-restaurant que pour "acquitter le prix d’un repas" (Ordonnance n°67.830 du 27/09/1967, articles 19 et 20) ou l’achat de "préparations alimentaires immédiatement consommables et permettant une alimentation variée" (arrêté du 28 mars 1988 - décret n° 88.1196 du 28 mars 1988 ) pouvant servir de substitut au repas. Ce repas ou cet achat de prestations alimentaires substitutives doit être effectué pendant la ou les pause(s) prévue(s) dans le contrat de travail et consacrée(s) à la restauration du salarié (décret n° 67.1165 du 22/12/1967).


Aux caissières et caissiers : bon courage parce que passer l'information à tous vos clients porteurs de tickets restaurants et désirant régler comme ils le font depuis longtemps l'ensemble de leurs courses avec ces titres va vous demander une bonne dose de patience et un discours convaincant.

Aux clients porteurs de ces tickets restaurants
: cette mesure peut vous paraître aberrante (je n'ai pas de jugement là-dessus d'ailleurs), après tout, vous achetez de l'alimentaire avec mais n'oubliez pas que la caissière qui vous refusera de prendre plus de 2 de vos tickets n'est pas la cause de cette restriction.

Et vous, vous en pensez quoi ?

Voir les commentaires

La crise est morte. Vive la reprise !

30 Janvier 2010, 21:45pm

Publié par Miss pas touche

Dans ce monde meurtri par la crise, quelles sont les solutions pour survivre, ou plutôt : vivre et consommer, pouvoir dépenser sans compter, apporter dans son doux foyer un nouveau bibelot sur ses étagères tout juste dépoussiérées ?
Ces solutions, elles existent paraît-il et seraient même mises en exécution dans nos chères contrées pour rassurer nos non moins chers concitoyens.
Hauts les coeurs, la reprise est bien là (c'est la télé qui l'a dit) et c'est grâce à... euh... Mais, grâce à quoi au fait ?

Elles sont où les solutions censées être données pour s'en sortir ? Loin de moi l'idée de faire de la politique, mais au détour de mes pérégrinations sur le net, je suis tombée sur une photo qui résume à elle seule THE solution ultime (ou presque) à la crise et contre notre impossibilité actuelle de pouvoir consommer en toute tranquilité.

Car oui, mesdames et messieurs, qui y a-t-il de plus désagréable, de plus pernicieux que de ne pouvoir remplir avec soin son caddie à ras bord, de pouvoir le faire déborder de boîtes de conserve et de bonbons ? Comment est-il seulement possible de ne pouvoir à peine cacher le fond du caddie avec quelques articles ? Et tout ça à cause d'un soi-disant compte en banque frôlant le rouge ?

La solution ? Les magasins l'ont trouvé depuis longtemps mais l'ont mis en place et utilisé autrement : pourquoi ne pas proposer aux parents qui viennent gentiment faire leurs courses avec leurs enfants de mettre à disposition pour ces chers bambins un petit caddie qui leur permettrait à eux aussi de faire leurs courses ? Pour faire comme maman et comme papa.
Oui mais... en ces temps de récession économique, il suffit de décaler l'utilisation et ce mini-caddie qui a tout d'un grand pourrait avantageusement résoudre les maux de nos petits coeurs flétris de ne pouvoir remplir notre grand caddie (qui a tout du petit).

Qu'on se le tienne pour dit !
wawaa caddie anti criseCrédit photo : Wawaa qui pose en star (on sent son air convaincu, son entrain, sa classe naturelle) devant un supermarché avec le caddie du futur.

Allez donc voir son blog (wawaa.canalblog.com), elle a tout plein d'humour à revendre et la demoiselle travaillant aussi dans un supermarché a forcément un bon fond !
En plus, pour le même prix, vous aurez l'impression de faire un grand prix avec le fanion de votre caddie qui volera dans le vent quand vous courrez dans les rayons...
Crise ? Vous avez dit crise ?
Peut-être, mais là, vous aurez la classe !

---
Ticket de caisse bis :
(1) la promotion à l'étranger des "tribulations d'une caissière" continue. Je suis allée à Oslo cette semaine pour la sortie du livre en norvégien ! Il faut que je vous raconte ce "déplacement professionnel", c'était un sacré voyage !
(2) je vais reprendre la mise en ligne de vos histoires de caisse (rubrique que j'ai quelque peu laissée à l'abandon depuis quelques mois...)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>