Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après elles sont des "voleuses", elles sont toutes "étudiantes"

29 Juillet 2009, 14:45pm

Publié par Miss pas touche

De manière plus ou moins régulière, j'entends des raccourcis qui me font frémir...
Depuis quand travailler en caisse est réservé uniquement aux étudiants ? Et pourtant, certains (et ils sont nombreux !) semblent le croire.

Du coup, je vous mets le début d'un article que j'avais écrit pour un journal associatif l'an dernier. Il résume ma pensée sur le sujet...



Hôtesse de caisse, pour qui ? Pour quoi ?

La caissière, ou hôtesse de caisse pour être politiquement correct, vous la croisez à peu près tous les jours.
Elle* récupère les articles que vous déversez sur le tapis ou que vous déposez sur le coin d'un comptoir, elle les tripote dans tous les sens jusqu'à trouver le saint code barre, sésame du produit. Elle encaisse vos articles, votre argent et vos remarques.
De caissière à caisse enregistreuse, il n'y a qu'un petit pas à franchir et le statut d'humain qui s'évapore au passage.

Qui sont-elles ?

Derrière une caisse, c'est une jeune fille de 20 ans à peine ou une femme à quelques mois de la retraite.
Derrière une caisse, c'est une étudiante qui termine un doctorat ou une employée sans diplôme.
Derrière une caisse, c'est une célibataire ou une maman de 5 enfants.
Derrière une caisse, c'est une femme qui multiplie les CDD à temps partiels ou une personne qui est au même poste dans ce magasin depuis 20 ans.
Derrière une caisse, c'est vous ou moi. Mais ne nous leurrons pas, derrière la caisse, c'est une personne avec un salaire modeste et des fins de mois où il vaut mieux savoir compter.


Pourquoi sont-elles là ?

Raison A
En recherche d'emploi depuis des mois, même un emploi de caissière fera l'affaire. Oh, ce sera juste le temps de trouver autre chose. De contrat d'interim en CDD, j'ai fini pas accepter un CDI à temps partiel. Au moins, la paye sera assurée et au bout de 6 mois ou 1 an d'ancienneté, j'ai même quelques primes. Et j'ai ce poste depuis combien de temps ? Plus de 5 ans, déjà ?

Raison B
J'aimerai bien trouver un petit boulot pour financer mes études. Mais il me faudrait un emploi qui n'empiète pas sur mes heures de cours. Tiens, dans la grande surface où je fais mes courses, ils cherchent des hôtesses de caisse. Je vais postuler. J'ai été embauchée en CDI pour travailler en caisse, un contrat de 10 heures par semaine. Parfait ! Je travaillerai un jour dans la semaine après mes cours et le samedi. C'est le début de mon indépendance financière.

Raison C
Quand j'étais célibataire, j'avais un excellent poste dans une entreprise. Puis, j'ai mis ma carrière de côté pour élever mes trois enfants. Dix ans ont passé et malgré mes nombreuses recherches, je n'ai pas retrouvé d'emploi dans ma branche. Je n'ai plus le profil... Il va pourtant bien falloir retrouver du travail, le salaire de mon conjoint ne sera pas suffisant pour offrir aux enfants de bonnes études. Tout ce que j'ai décroché, c'est un poste de caissière. Je préfère ravaler ma fierté et offrir un avenir à mes enfants. De toute façon, je trouverai autre chose dès que possible. Enfin, j'espère.

Raison D
À la fin de l'année, je pars en retraite. J'aurais passé 25 ans dans cette entreprise, derrière ma caisse. J'ai vu évoluer le monde de la consommation à grande vitesse. Aujourd'hui, je me sens fatiguée de toutes ces années. Et pourtant, quand j'ai débuté, j'adorais mon emploi. Les relations qu'on avait avec les clients étaient agréables, je me sentais utile. Les magasins ont aujourd'hui tellement grandi que je me sens souvent juste bonne à encaisser dans tous les sens du terme. Heureusement que j'ai mes clients fidèles.

Raison E
J'ai terminé mes études universitaires. Après de multiples stages en entreprise, je n'arrive toujours pas à décrocher un emploi stable. Je vais reprendre mon travail d'étudiante, là au moins, avec mon expérience, je devrais retrouver un poste. Je vais tenter de continuer ma recherche d'emploi en parallèle. De toute façon, je n'ai plus le choix, il devient urgent d'avoir un salaire même si ce n'est qu'un contrat de 30H par semaine...


Je pourrais mettre toutes les lettres de l'alphabet, car les autres hôtesses de caisse ont autant de raisons différentes d'être derrière leur caisse, autant d'histoires que de personnes.
Il reste tout de même un unique but pour toutes : décrocher un salaire, souvent vu (à tort) comme un petit complément de rémunération du budget familial. Mais qu'en est-il quand ce complément devient le revenu principal ? Un retournement de situation de plus en plus fréquent.
Alors, par respect pour celles qui triment afin de faire vivre leur propre personne et la famille à charge, ne mélangeons pas tout !
Travailler en caisse est un métier, un vrai et pas "juste" un job d'étudiant.
Merci pour elles.


---
* Je dis « Elles » car la profession est presque exclusivement féminine. Les hommes sont anecdotiques pour une fois même s'il est vrai que de plus en plus se retrouvent derrière la caisse, j'ai envie, sur ce blog de faire mentir "le masculin l'emporte toujours sur le féminin".

Commenter cet article

mysiorska karine 19/08/2009 18:37

Un grand merci pour ton livre, je viens juste de finir ton livre, j'ai été caissière 4 ans à carrefour et tu as raconté très justement cette aventure qui j'avoue me marque encore! les entreprises que j'ai faite par la suite c'est du miel à coté des caisses de supermarché ! on peut aller faire pipi sans demander la permission!perte de la personnalité, vous devenez un numéro un robot mais rassurer vous si vous avez la volonté vous pouvez vous en sortir! quant on veut on peut ! bon courage à toutes les caissières de France !

evelyne 19/08/2009 04:49

C'est par nécessité que je fais ce travail pour gagner ma vie. Parfois, il arrive que les clients vous décourage, alors il faut adopter la zen attitude et se dire que chaque jour est différent. De toute façon,avec tous les clients, toutes catégories confondues, je reste dans une certaine neutralité et essaie de satisfaire au mieux les attentes des clients face à leurs demandes. Certains sont plus sympas que d'autres. Pour un même client, aujourd'hui ce sera blanc, demain, ce sera noir. Etre femme au foyer ou aller travailler, je préfère aller travailler même comme caissière.

sophie 09/08/2009 12:48

salut à tout le monde ! ces quelques mots pour vous dire que je suis fière de faire le métier de "caissière" même si celuii-ci n'est pas toujours valorisé tant par les clients , les employeurs et ceux qui nous entourent . Je crois même que c'est , pour moi , plus une vocation qu'un travail que je fais par dépit . J'apprécie le contact avec la clientèle qui est , pour la plupart , assez sympathique . Il n'y a pas que des "personnes âgées" (soyons polies) qui râlent , des gens pressés , .... IL ya a ceux aussi qui vous disent un grand "bonjour" et un grand " au revoir" avec un sourire franc et sincère , ceux qui vous souhaitent "bon courage" (on en a) et "une bonne journée" . A ce propos , merci à eux pour nous donner du baume au coeur .
Tout comme certaines internautes , je suis de celles à qui on ne propose que des cdd mais tant pis ..... j'accepte . Mais , je ne me contenterai plus de ces contrats . J'ambitionne de devenir "chef-caissière" ....encore de nombreux obstacles à franchir mais c'est une belle aventure qui m'attend . Sur ce , bises et à bientôt . Signé : une collègue .

Une étudiante, pleine d'espoir! 08/08/2009 00:33

Bonsoir,

Je comprends tout à fait pourquoi vous voulez que l'on considère la profession d'hôtesse de caisse comme un métier à part entière dont on doit être fier. Je pense également qu'avoir une image positive de cette fonction, a fortiriori quand on l'exerce, est essentiel pour ne pas se pourrir le mental, voire l'existence.

Toutefois, ne crachons pas non plus sur ceux qui ont pardonnez l'expression "les boules" de faire ce métier avec un bac+5. Suite à deux ans de prépa, je m'engage dans des études en école de commerce, études qui m'obligent à contracter un prêt de 25 à 35000€. Autrement dit, si à la sortie je ne trouve pas un boulot à la hauteur de mes ambitions, surtout salariales, je suis tout simplement fichue. Imaginez un peu l'angoisse... Non seulement l'on a pas la profession de ses rêves, mais en plus l'on se retrouve avec des dettes qu'on ne pourra jamais rembourser avant le délai maximum.

Il faut donc réformer l'image du métier, certes, mais sans taper sur ceux qui espèrent et continueront d'espérer avoir "plus" ou "mieux"...

Francois RAULT 06/08/2009 15:56

Je signale a ceux qui seraient interesses, un article du Daily Telegraph relatant le vecu d une caissiere britannique :
http://www.dailymail.co.uk/femail/article-1204594/Confessions-check-girl-Sainsburys-A-portrait-modern-Britain-the-till.html