Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos histoires de caisse (19)

1 Septembre 2008, 22:00pm

Publié par Miss pas touche

levée de rideau
Qu'est-ce que le théâtre ?
Monsieur le petit Robert m'indique que c'est un "art visant à représenter devant un public, selon des conventions qui ont varié avec les époques et les civilisations, une suite d'événements où sont engagés des êtres humains agissant et parlant"
(vous remarquerez qu'il est noté agissant, pas vagissant, merci !)

Et la comédie dans tout ça ?
Monsieur le Petit Robert, décidément bien instruit, m'informe que c'est une "pièce de théâtre ayant pour but de divertir en représentant les travers, les ridicules des caractères et des moeurs d'une société".

De là à se dire que la vie en supermarché est une comédie grandeur nature, on n'en est pas si loin.
Il n'y a qu'à lire les scènes ci-dessous :


Michelle

mon anecdote préférée: un Môssieur distingué boulottait des cerises en tête de gondole et crachait les noyaux dans les bacs pleins de cerises toutes brillantes. Me voyant passer à côté il me toise et me dit
- Avouez que ça vous emmerde, hein?
- ...
- Vous répondez pas? Pourquoi vous souriez??
J'ai jubilé en disant pour une fois le fond de ma pensée
- Je souris Monsieur, parce que je pensais à tous les noyaux qui ont pu être crachés sur celle que vous êtes en train d'avaler...


Marion

Dernier jour de mon premier été à la caisse, je suis euphorique, heureuse que ça se termine. Ce n'était pas l'enfer mais quand même ça fait du bien quand ça s'arrête. J'ai décidé qu'en cette belle journée, je n'allais pas me laisser marcher sur les pieds. Une cliente genre bobo arrive avec sa fille.
Moi : Bonjour !
Pas de réponse, elles passent.
Je ne bouge pas mais je répète :
- Bonjour ! Un peu plus fort, toujours avec le sourire !
Elles se retournent les deux l'air surpris et la chère maman me lance :
- Vous n'en avez pas assez de sourire comme une idiote toute la journée.
J'ai été tellement clouée que je n'ai pas su quoi répondre. J'ai fait mon travail, sans sourire, et la mère et la fille sont reparties, l'air ravi.

---

Un homme pose ses bouteilles de vin, bien à la verticale, près du rebord, elles vacillent.
Moi, gentiment : Pourriez-vous coucher vos bouteilles Monsieur, elles risquent de tomber ?
Lui : Non !
Moi : Monsieur, s'il-vous-plaît, on a régulièrement de la casse...
Lui, furieux : Cela fait plus de 10 ans que je viens faire mes courses ici et je n'ai jamais couché mes bouteilles. Je ne vais pas commencer aujourd'hui !
J'ai la réputation d'être toujours aimable avec le client mais là, je ne sais pas quel regard je lui ai lancé, mais toujours est-il qu'il n'est jamais revenu à ma caisse et a toujours évité de recroiser mon chemin ! Piètre victoire.

---

Un dimanche matin, en juillet, dans un supermarché de zone touristique. Je n'avais jamais vu une journée aussi chargée. Les gens arrivaient à ma caisse en me disant que cela faisait plus d'une heure qu'ils étaient dans la queue et sincèrement, je compatissais. C'est forcément le jour qu'a choisi un pack de bière-limonade pour venir se fracasser sur le sol, juste à ma caisse. Argh !
Appeler le service nettoyage ? Non, car le service-nettoyage ici, c'est nous, les caissières. Les femmes de ménage ne sont là qu'avant l'ouverture. J'ai donc dit ce que l'on doit dire dans ces cas là
- Je suis désolée mais il va falloir que vous passiez à une autre caisse.
La plupart des gens sont partis en ronchonnant mais deux caddies sont restés, poussés par des personnes agées qui hurlaient :
- Ah mais non, ça fait une heure qu'on est là, ce n'est pas notre problème, ça va passer se passer comme ça.
Et de patauger de plus belle dans le liquide collant et sucré en faisant de belles traces tout du long.
Là, j'ai commencé à me renfrogner, et eux de crier de plus belle :
- Mais enfin mademoiselle, dites leur de venir nettoyer.
Moi : Il n'y a pas de femme de ménage, c'est nous qui devons faire le nettoyage. C'est pour ça que je vous avait demandé d'aller ailleurs.
Et eux de prendre hypocritement mon parti :
- Oh mais c'est une honte, vous ne devriez pas faire ça, tout en pataugeant de plus belle dans le sucre et les morceaux de verre.
Les deux caddies ont finalement réglés, sont partis, et j'ai passé une demi-heure hilarante à quatre pattes au milieu de leurs trainées. Il y a des jours où je deviens gérontophobe...


Lucas

On me demande souvent, non pas « Vous êtes ouvert ? »
mais plutôt :
- Est-ce que je peux payer ça là ?
De temps en temps j'ai envie de répondre :
- Non malheureusement vous ne pouvez payer ici que le verre, pour le tee shirt ca sera a la caisse la bas...
Mais je rétorque généralement à cette question :
- Pourquoi vous ne pouriez pas payer ici ?
Et généralement les gens ne savent pas que répondre.
 
---

Sinon une anecdote croustillante (le genre de situation qui fait tourner bourrique un peu tous les clients).
Un jour de très forte affluence, nous étions deux à un bloc de caisse. Ma collègue avais son lecteur de carte bancaire en panne. Et bien sûr comme par miracle dans ce cas-là, c'est moi qui recevait presque tout le temps les gens qui payaient en espèces, et elle que ceux qui payaient en carte.
(c'est comme lorsqu'on est client qu'on se dit : Mais pourquoi ça tombe TOUJOURS sur moi, la caisse la plus lente !)
Heureusement, notre boutique nouvellement équipée de caisses à écran tactile possèdent une fonction très très intéressante : suspendre l'additon. Donc à chaque fois qu'un client se présentait pour payer en carte, ma collègue suspendait l'adition, et moi je la reprenais sur ma caisse pour faire régler. Quand j'etais moi-même occupé avec un autre client, on swippait. D'ailleurs, les gens ne comprenaient pas tout notre petit manège, ni pourquoi on les faisait échanger de caissier au moment de l'encaissement final. En tout cas ce jour la on c'est bien amusé, pour une fois, on maitrisait une manipulation que les clients ne pouvaient pas suivre.
Un brin jouissif comme situation, non ?
 
---

Un jour une cliente me rapporte une paire de gants. Il n'y a pas de code barre. Je vais donc en rayon essayer de trouver le prix du dit-objet. Manque de pot, plus aucun n'a de code barre. Je reviens faire patienter la cliente et repars en réserve voir le stock, bien entendu il n'y a plus rien. Je demande le classeur où on a toutes les reference. Je cherche désespérement sans rien trouver. J'interroge la chef de section accessoires si elle connait le prix. Bien entendu non...

Je commence a sentir monter la pression... Enfin quelqu'un me propose une solution alternative. Appeler une autre boutique. J'appelle et je tombe sur quelqu'un que je connais qui commence a se moquer de moi. Le temps apres d'aller chercher l'article et de me donner le prix et ainsi que la reference, je retourne en caisse. Heureusement les clientes (des anglaises) etaient très patientes et compatissantes. Il m'aura fallu quasiment vingt minutes pour trouver ce sacré prix. Pour finir les anglaises m'ont dit
- You will never forget the price of these gloves. (Vous n'oublierez jamais le prix de ces gants)
En effet 20 min pour trouver que ceux-ci coûtent 12€90, ca relevait du parcours du combattant.
(Lucas, j'espère pour toi que le prix de cette paire de gants n'a pas augmenté depuis hi hi)


Delphine
 
Je vais souvent encaisser dans notre centre Auto. Un jour un client vient me demande de l'huile pour sa voiture:
- Oui, monsieur combien de kilomètres a votre véhicule?
- 122000 km.
- Très bien, vous devriez mettre de la 10W40.
- Ah bon mais j'ai toujours mis de la 15W40.
- Qui vous a conseillé cette huile?
- Personne, je la prends car elle n'est pas très chère.
- Pour la santé de votre voiture, je vous conseille d'en changer.
- Ah bon. Mais trève de plaisanterie, vous n'avez pas un vendeur masculin qui pourrait me conseiller ?
J'aissaie de garder bonne figure et appelle un de mes collègues qui lui dit exactement la même chose que moi.
Le client de dirige vers ma caisse avec son huile 10W40 et fait mine de téléphoner avec son portable afin d'éviter toute conversation avec moi.
Pour couronner le tout il me donne un billet de 500€ pour un montant de 22.84€.

Parfois, c'est dur d'être caissièrE!!!


Caroline

Je travaille au rayon des fruits et légumes d'un Hyper.... C'est un très bon endroit pour faire des rencontres....
Un jour je vois un charmant jeune homme faire le tour de mon rayon en me jetant quelques coups d'oeil... Il finit par me prendre une banane .... et continue son petit manège "d'oeillade"!
Au bout de 15 minutes il finit par venir me voir et me demande ce que je fais en débauchant... Nous nous sommes echangés nos numéros de téléphone et aujourd'hui nous sommes ensemble...
Le comble de cette histoire : il n'aime pas les bananes!


----
Ticket de caisse bis :

Le concours que j'avais mis en place cet été s'est achevé.
Il va nous falloir un peu de temps pour départager les gagnants.
Les résultats seront publiés sur le blog courant du mois.
Merci d'avoir joué le jeu et d'avoir participé avec autant d'enthousiasme !
J'ai hâte de vous faire découvrir tout ça !
Je sens que la délibération va être difficile. Pour m'aider, j'ai fait appel à une personne totalement extérieure au blog, comme ça, elle aura un avis plus impartial que moi ;o)


Au passage, bon courage à celles et ceux qui effectuent leur rentrée ces jours-ci !

Commenter cet article

élaine 02/10/2008 09:40

Une petite anecdote toute fraîche. Hier je découvre l'article dans "Elle" (mieux vaut tard que jamais) étant moi même ancienne caissière je note l'adresse du blog.
Puis deux heures après, je passe en caisse d'un supermarché avec mon ami. En partant, je lui dit : "tu as vu c'était mon ancienne voisine, elle est enceinte". Il m'a répondu : "je m'occupe de mes courses, pas de la caissière!"PFFFOU !!! j'en suis encore dégoûtée et c'est la triste réalité!!

Elodie C. 14/09/2008 12:37

Voyant quelques anecdotes ici, je vous lasse une de mes préférée : un jour, c'était pendant les vacances scolaires, en début d'après-midi, un petit garçon faisait les courses avec sa maman, il devait avoir 6 ans à peu près, et en pssant en caisse, il me regarde et me dit :
- Tu sais ce que j'ai mangé ce midi ?
- Non, tu as mangé quoi ?
- J'ai mangé du poisson aux sous ! (et le petit était tout content à l'idée de me dire cela)
- Du poisson au sous ? (je voulais m'assurer de ce qu'il m'avais dit)
- Oui, oui, c'est du poisson au sous. Quand mon papa est rentré pour manger ce midi, je lui ai demandé ce que c'était que de l'oseille, et lui il m'a répondu que c'était des sous. Alors j'ai mangé du poisson aux sous.

J'ai trouvé ça super mignon... du poisson aux sous... c'est extra... fallait y penser. Sa maman a du ensuite lui expliquer que ne connaissant pas le contexte son papa lui avait dit que de l'oseille c'était des sous, mais qu'en réalité, c'était de la sauce... C'était vraiment adorable...

Bonne continuation pour ce blog...

Elodie C.

anonyme 14/09/2008 11:20

un apres midi en faisant le facing j ai retrouvé un morceaux de gruyere entamé avec la trace de la machoire on aurait du faire un prelevement de l adn pour trouvé le coupable lol a quel apetit le pauvre ou la pauvre n avais pas du mangé a midi

amelaye 13/09/2008 13:12

Les gens ... têtes à claques.
Je compatis les caissières car je sais que j'aurais été capable de péter un câble dans ton cas ...
Et comme je compatis que je sais que les caissières font un sale boulot je suis toujours respectueuse ... j'ai toujours dit "bonjour" avec le sourire puis bonne journée/soirée au revoir.
Une fois dans un magasin de jouets je me souviens d'avoir juste dit bonjour, une petite jeune l'air sympathique. Elle me répond avec le sourire (elle avait eu un client désagréable auparavant) "ha enfin qqn qui me dit bonjour". J'ai été sciée ...
C'est la moindre des choses ... c'est ce que je lui ai répondu d'ailleurs ... et elle m'a dit "c'est pas toujours évident ...".
Faut arrêter ... le client est roi mais il y a des limites. Je veux bien que la vie soit dure mais se défouler sur une caissière c'est petit ... vraiment petit ...
Sinon bravo pour ce blog fort révélateur ...

Kranzler 12/09/2008 23:44

Au Monoprix de la rue du Calvaire à Nantes, il y a six caisses réservées au rayon alimentation. A une époque j’y allais plusieurs fois par semaine faire mes courses aux heures creuses. Y avait notamment un caissier très sympa.

Il y a aussi, et je suppose qu’il y a toujours, une épouvantable poufiasse blonde, un garde chiourme terrible qui surveille les caissières de son estrade. Des fois elle leur fait des signes en agitant sa règle. Une terrible connasse qui se prend pour une instit.

Un jour, en plein hiver, la jeune fille qui m’encaissait était bleue à cause du froid et son nez coulait. Moi-même, et je n’étais dans le magasin que pour quelques minutes, j’étais gelé. La jeune fille a fait remarquer à la blondasse que c’était difficile de travailler dans ces conditions là, et c’est tout juste si la blondasse s’est pas foutue de sa gueule. J’ai dit à la jeune fille que la blondasse, elle allait m’écouter moi, parce que je suis client.

J’ai payé. J’ai suivi la blondasse qui remontait aux bureaux un étage plus haut. Je lui ai dit que les filles se les caillaient et que la remarque de la caissière était parfaitement justifiée. Et la connasse m’a répondu : elles ont toujours quelque chose de travers, il faut toujours qu’elles se plaignent. C’est tout.

Miss pas touche 13/09/2008 07:48


eh ben... :-/
la rue du Calvaire... le magasin a bien choisi son lieu.
pour les responsables, il y en aura toujours qui voudront régner sur le personnel comme le roi sur ses vassaux. Et le pire dans ce genre de situation, c'est qu'ils croient avoir raison...