Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vos histoires de caisse (6)

22 Février 2008, 10:04am

Publié par Miss pas touche

Une caisse capricieuse, une femme caisse, une conversation privée/publique, le client-roi, les promos et leurs subtilités, chauffe Marcel...
Côté caisse comme côté client les courses sont de grandes aventures.
La parole est à vous :

Valérie
côté caisse

Il y a quelques semaines le magasin faisait une promotion sur de la farine à pain : 10 kilos pour 7 € (une bonne affaire en somme) mais il faut que je vous précise que la promo ne fonctionne que si vous prenez le même type de farine (par exemple 10 kg de farine pour pain blanc, 10 kg pour pain aux céréales....). Un grand classique pour les achats promotionnels.

Une cliente arrive à ma caisse et me tend la page du catalogue qui parle de ce produit. Elle me dit qu'elle a pris 10 kilos de farines différentes. Je lui réponds que pour pouvoir profiter de la promotion ce sont des lots de farine et non des paquets à l'unité. Elle me montre la photo et je lui rétorque encore une fois que ce sont des lots. Elle insiste et moi aussi.

Donc pour couper court à cette discussion qui ne nous mettrait pas d'accord, j'appelle un roller (ceux qui vont chercher les prix en quatrième vitesse) qui me confirme ce que j'étais en train d'expliquer à ma cliente. Intriguée, elle va quand même vérifier dans le rayon.
Elle revient quelques minutes plus tard avec plusieurs paquets de farines identiques et me dit :
- C'est vous qui aviez raison.

Moralité : quand une caissière dit quelque chose, le client n'approuvera pas si on le contredit et préfèrera faire déplacer du personnel puis ira quand même vérifier par lui-même...
Les employés connaissent la promo en question ? C'est noté noir sur blanc sur le prospectus ? Oui, mais sait-on jamais ?

Armelle
Côté client

C'était un jeune hôte de caisse qui était dos à dos avec un autre jeune hôte de caisse, son pote sans aucun doute ! Déjà dans la file, j'avais repéré qu'il avait la tête plus tournée vers son collègue que vers les clients. Puis je commence à entendre des bribes de la conversation:
- J'ai acheté un nouveau portable.
- Ah oui, lequel?
- Un Nokia XXX, je te le ferai voir tout à l'heure.
- Ouais cool, je connais pas. Tu l'as acheté où?
- ... (et la conversation continue)
Au moment de mon arrivée, je ne reçois pas de bonjour en réponse au mien, je range mes achats pendant que le jeune homme essaye tant bien que mal de situer ledit magasin de GSM à son collègue.
Puis au moment où c'est fini, il reste là sans rien dire. Alors, petite vengeance personnelle, je dis bien haut:
- Je vous dois combien s'il vous plaît?
Et là, plaisir des yeux, le jeune homme tout paniqué regarde son écran en se disant d'abord, "mince ma caisse ne fonctionne plus ou quoi?", puis certainement, "elle sait pas lire la conne?" et enfin il m'annonce le prix.
Je paye avec ma carte bancaire puis m'en vais, sans dire au revoir; il ne l'a pas mérité celui-là!
 
C'est vrai que ça n'arrive pas souvent mais il faut aussi en parler, de ces moments où la situation s'inverse. Ceci dit, je peux comprendre tout à fait qu'on devienne aigri ou qu'on n'aime plus ce boulot après des années. Mais là, de la part d'un jeune caissier, j'ai pris ça pour de l'impolitesse.

Marie-Hélène
côté caisse

C'est un soir d'été. Un client étranger arrive juste avant la fermeture du magasin et pose ses articles sur le tapis tout en continuant de discuter en anglais au téléphone... Il me regarde (j'attendais juste un "bonsoir" de sa part) et me demande, en bon français, si je peux lui mettre ses affaires dans les sacs plastiques. Sans attendre de réponse, il file derrière la batterie des caisses et s'asseoit sur un banc... toujours pendu à son téléphone.

J'ai jeté un regard interrogatif à mes supérieures. Elles ont haussé les épaules et m'ont dit :
- Tu n'as qu'à le faire, après lui, on ferme et ça ira plus vite.
Je me suis exécutée, en rongeant mon frein.

Une fois le tout emballé, le client s'est ensuite levé (le téléphone toujour collé à l'oreille) pour me payer par CB et me signer le reçu bancaire.
Un remerciement? Un hochement de tête et le client était déjà parti continuant sa conversation téléphonique...

Je me demande ce qu'ils diraient, nos chers clients, si nous aussi on téléphonait sur notre poste de travail !!!

Claire
côté caisse

Pour ma part, l'anecdote qui en ce moment se répète de plus en plus fréquemment, c'est lorsque les clients cherchent LA caisse de libre, et vous lancent la phrase qui tue :
- Vous êtes une caisse???
Qu'est ce que j aimerais leur répondre :
- Non, je suis une femme.

Mr Marcel
côté client

Je vais faire mes courses un samedi d'été, il n'y a pas trop de monde en caisse, j'ai l'embarras du choix. J'en prends une au hasard. Il se trouve que j'ai choisi la caisse dont le matériel semble capricieux.
Cependant, la caissière a de l'humour, elle parle et à sa caisse et à sa collègue avec qui elle plaisante (je trouve ça bien, surtout qu'elle partage ce moment avec les clients) :
La caissière (à sa caisse) :
- Allez chauffe !!!
Sa collègue :
- Tu demandes à Marcel de chauffer ? Chauffe Marcel !!! hahahaha
La caissière :
- Ouiii ! Chauffe Marcel !!!
Et ainsi de suite. La bonne humeur est communicative...

Vient mon tour et le "Chauffe Marcel" est toujours là, pas de problème, je vis très bien mon nom, mais j'aime m'amuser aussi...
L'hôtesse passe mes articles et m'annonce la somme totale. Et là j'ai le choix, je réfléchis vite, je peux payer par CB, ou alors payer par... chèque (et dans ce cas, je montre ma carte d'identité). J'opte pour le chèqueet je lui tends ma carte d'identité (en souriant, toujours, surtout avec quelqu'un qui a de l'humour). En prenant ma carte, elle baisse le regard (mince !). Elle rougit.
On se dit au revoir et bonne journée.

Je fais quelques pas et je me retourne, elle s'était jetée sur la caisse de sa collègue, et j'imagine qu'elle lui disait
- Le client qui part là... il s'appelait Marcel...

Vous aussi, vous avez envie de raconter une histoire qui vous est arrivée en magasin, une situation incongrue, amusante, révoltante ou étonnante ? Si vous souhaitez la partager ici, n'hésitez pas à m'envoyer un mail (l'adresse est notée sur la colonne de gauche) avec pour objet : "anecdote de caisse".
La seule chose que je vous demande, c'est de ne pas tourner en ridicule ou d'humilier employé, client ou patron, car là n'est pas le but de ce blog.

Commenter cet article

Dephine 15/06/2008 13:13

Un petit mot pour l'anecdote de Claire : "Vous êtes une caisse ?" On me l'a aussi dite et répétée cette question lorsque j'étais à l'accueil essentiellement. Et une fois (ras le bol, fatigue) j'ai répondu au client : "non, moi je suis un être humain !" Je ne sais pas s'il a bien compris mais il est parti.

Cécile 18/04/2008 19:23

Tout a fait d accord avec Claire...

Quels fous rires avec mes collègues quand les clients osent : "Vous êtes ouverte?"
Euh....

Alan 08/04/2008 20:30

Dans le même esprit que l'histoire de Claire, un jour je suis à ma caisse qui est ouverte, un client arrive et la phrase qui là aussi tue:
- Vous êtes du magasin??
- Non, j'attends le bus...
Et il repart "ah bon excusez moi, j'ai confondu..."

Miss pas touche 08/04/2008 20:42


ha ha ! la bonne blague :-)


Meroflee 28/03/2008 23:19

Quelqu'un se dévoue pour expliquer à Marie Hélène que client n'est pas un métier ?

servet 20/03/2008 16:21

bonjour,
Sachant pertinement que les caisses "reservées aux femmes enceintes en priorité" sont souvent des files de quelques personnes pressées, qui font semblant de ne pas vous voir (mon enorme bidon..difficilement repérable il est vrai...).J'attendais donc, et redoutais une fois de plus, l'attente interminable à la caisse avec toutes les sueurs et les crampes qui vont avec.. enfin, voilà, ce jour là je décide pris dun courage irresistible (c'est ca ou je tombe dans les pommes!), de passer devant les quatres ou cinq personnes devant moi, mais poliment biensûr,laissant derriere, une personne visiblement mécontente,si si!! La caissiere me voyant arriver me fait alors un large sourire et me fait signe de passer. Et là je me dis quoi? Vivement que j'accouches!!