Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

opération à risque (vol 4)

18 Février 2008, 07:00am

Publié par Miss pas touche

Il y a certains exercices qui s'avèrent difficiles à pratiquer et à réussir jusqu'au bout de la manoeuvre. Ceux qui volent à la tire le savent parfaitement. Parfois on gagne, parfois on perd...
Et malgré un entrainement acharné, il peut arriver qu'un petit grain de sable compromette toute une opération minutieusement préparée.
Pour preuve, voilà ce qu'une collègue d'un autre magasin m'avait raconté il y a un certain temps déjà.
C'était un jeune homme qui paraissait visiblement pressé. Il repartait du magasin par la sortie sans achat et les portiques ont sonné lorsqu'il les a traversé. L'agent de sécurité qui était posté à côté (au fameux pointeau) s'avance vers le client. Celui-ci s'excite instantanément en criant au scandale et que bien évidemment il n'avait rien dans ses poches. Au passage, remarquez la manoeuvre pour détourner l'attention.

Avant que le vigile n'ait eu seulement le temps de répondre à cela, le gars prend la poudre d'escampette. Il file à toute allure et traverse la galerie (grande dans cet hyper) au pas de course. L'agent se laisse à peine surprendre et part en courant derrière le client indélicat.
La traque est lancée.
Les caddies sont évités de justesse, les personnes qui se baladent doivent bien se demander ce qui se passe. Pour un peu, on pourrait croire à une course-poursuite comme à la télé.

Seulement voilà, le client prend de la distance et arrive presqu'à la sortie du magasin. S'il parvient à atteindre le parking, cela va compliquer l'affaire et le vigile aura plus de mal à le rattraper. Le jeune homme doit jubiler car quel que soit son larcin, il sait pertinemment que s'il dépasse ces portes vitrées, il est quasiment tiré d'affaire. Le vigile accélère aussi derrière.
Le jeune voleur est prêt des portes automatiques, celles-ci viennent juste de se refermer après avoir laissé passer une personne avec son caddie. Le voleur n'a malheureusement pas le temps de se rendre compte que son pass pour la liberté est clos et que les portes coulissantes n'auront pas le temps de se rouvrir vue sa vitesse d'arrivée.

Dans un élan qu'il n'aurait de toute façon pas pu freiner au dernier moment, le jeune homme arrive à la hauteur des portes et au lieu de les traverser comme tout client, les portes restent closes.
Le voleur s'étale comme une crèpe.
Lamentablement.
Pour un peu, on aurait mis la scène à tourner au ralenti pour percevoir en l'espace d'un instant le changement total dans l'expression du jeune homme qui passe de l'état jubilatoire au désarroi le plus total.
Au lieu d'être un fugitif en puissance, c'est un gars sonné et à terre que le vigile récupère sur le carrelage...

Alors si maintenant même les portes automatiques deviennent intelligentes... :-)


A noter : une page dédiée aux artistes qui parlent du métier de caissière. Rendez-vous ici (le lien est également visible en haut de la colonne de droite)


prochaine anecdote : j'ai "presque" assez de sous

Commenter cet article

Sabrina 15/07/2008 13:50

Bonjour,
Je voulais vous remercier pour votre livre, étant aussi caissière, qui m'a permis de prendre certains clients "difficiles" avec plus de recul, et surtout avec plus d'humour (j'ai ressorti quelques belles phrases...).

Moi même, j'ai plusieurs anecdotes (je pourrais en écrire un roman ... hihihi) mais je ne citerai que l'une qui m'a le plus choquée :
Un client en fauteuil roulant à ma caisse du mal à sortir sa monnaie. Un couple âgé, style snobe, derière, le fixe d'un air "on a pas que ça a faire, qu'il se magne celui-là", puis me regarde en soupirant, du genre, je vais les comprendre... Déjà ça, ça commence à m'énerver! Et soudain, la femme prend le magazine (leur seul achat) et le passe par dessus de la tête du monsieur handicapé et me le tend! J'en crois pas mes yeux! Bien sûr que je ne l'attrape pas son magazine. Je la laisse le prend tendu et m'adresse au monsieur handicapé :
"ça va aller monsieur? Vous avez besoin d'aide?"
Mr bien souriant, qui a repéré le manège de la snob : "Merci, je vais trouver"
Moi: "Prenez tout votre temps"
La dame qui a finalement remis son magazine sur le tapis commence a souffler par les narines (moi intérieurement morte de rire).
Finalement, il trouve son billet, paye et s'en va.
La snob: " Ah bah enfin!"
Je préfère pas répondre, jusqu'au moment où je vois que son cher magazine, est un truc religieux du genre "s'entraider"... je lui dit : "vous êtes sur de ne pas vous être trompée de lecture???"
je l'ai vu viré au rouge de honte car tous les clients derrière avaient repéré son manège et ont ricané. Même son mari,silencieux, ne savait pkus où se mettre.
Elle est repartit, son magazine en main, les yeux baissé!

enfin voilà, ma petite histoire à moi.
Encore merci d'avoir pris la parole au nom de tous et toutes, dans ce boulot, où il vaut mieux avoir les nerfs solides!

Pam 05/06/2008 22:07

Loool j'adore ! (je t'ai mise dans mes favoris, pas pu m'en empêcher! je suis accro ça y est ;) )

nini63170 27/03/2008 18:52

Top cette histoire!!!
Heureusements que les "portes intelligentes" étaient là!!

Dom 04/03/2008 12:11

Je ne sais pas pourquoi ce blog me met mal à l'aise.
L'histoire de course poursuite et de voleur...
Vous savez que la pauvreté existe aussi...un pauvre qui poursuit un autre pauvre...Pas sain tout ça.

Miss pas touche 04/03/2008 13:16

oui la pauvreté existe, je la côtoie tous les jours.et des riches qui poursuivent des pauvres, des pauvres qui poursuivent des riches, des riches qui poursuivent des riches également.on rencontre tous les cas malheureusement.

cecile 03/03/2008 11:35

J'ai decouvert ce site il n'y a pas longtemps, et je suis chatmée.
Je suis moi meme caissiere mais dans un hard discount. Et c'est pas tous les jours facile, car on a une vitesse de passage en caisse super elevé par rapport aux aux hypers classique ou j'ai egalement travaillé et les clients ne comprennent pas forcemment que c'est la politique du hard discount d'etre rapide. J'avoue que c'est pas simple tous les jours on ce fait agresser et insulter de temps en temps.Mais heureusement ils ne sont pas tous comme ca et on a nos petits chouchous et grace a eux on garde le sourire et notre bonne humour .Pour ca je les remercies : "merci pour votre gentillesse et votre reconfort rester les mêmes."