Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le grand rush de Noël (1)

12 Janvier 2008, 19:28pm

Publié par Miss pas touche

(Retour en arrière de quelques jours)
Nous sommes le 24 décembre aujourd'hui. Ce soir, dans beaucoup d'habitations, la fête battra son plein, les petits plats seront déposés dans les grands, le salon déjà décoré et au pied du sapin, les paquets multicolores attendront sagement d'être frénétiquement déchirés par leurs heureux destinataires.
Noël est devenu aujourd'hui un moment privilégié où les familles se réunissent pour faire la fête (nous sommes bien loin de la fête religieuse chrétienne, mais là n'est pas l'objet du débat).

Afin de satisfaire au mieux cette clientèle pressée venant acheter les derniers ingrédients indispensables pour mener à bien ce grand marathon du 24 décembre, les grandes surfaces ouvrent leurs portes plus tôt que d'habitude. Il est vrai que la préparation du repas ce jour-là demande généralement plus de temps qu'à l'accoutumée.
Ce matin, la grande surface a donc ouvert ½ heure en avance. A 8h20, les caddies se massent à l'entrée du magasin, attendant avec impatience l'ouverture des grilles d'entrée. Leurs ventres vides n'attendent qu'un signe pour engouffrer goulûment tout un tas de produits.

8h30. Les grilles remontent dans un bruit de métal pour offrir au regard des clients des rayons bien remplis.
Le ballet peut commencer.
Les gens se précipitent à l'intérieur du magasin. Les pas sont pressés, certains marchent, d'autres accélèrent et courent jusqu'au lieu stratégique : la poissonnerie. L'étalage des huitres, des poissons et autres crustacés sont le but ultime pour la plupart des clients ce matin.

Courir dès l'entrée du magasin.
Devancer les autres clients qui s'y précipitent.
Dernier virage.
Passage express au rayon surgelés, fugace sensation de froid.
Rayon poisson enfin (à l'autre bout de l'entrée évidemment!).


Victoire ! Le premier arrivé au rayon peut prendre tranquillement son ticket (le n°1) et se faire servir par les employés. La valse des crevettes et bigornaux est lancée.

A peine ½ heure après l'ouverture, il y a déjà foule dans ce rayon. Ceux du traiteur, du boucher et du pâtissier font également « rayon comble ».
C'est l'effervescence générale et la journée ne fait que commencer.

A 11 heures, l'attente pour se faire servir son plateau de fruits de mer est longue. Il y a près de 100 personnes qui s'arment de patience. Les clients finissent par soupirer et commencent à se presser autour du grand étalage qui sent bon la marée.

BIP
- Au suivant : n°35 s'il vous plaît, lance d'une voix forte la poissonière.

Un client qui venait juste de prendre son ticket n'en revient pas. Alors que des dizaines de personnes sont amassées près des crustacés, c'est le numéro qu'il vient d'avoir qui est appelé.
Ni une, ni deux, sourire aux lèvres, il s'avance vers l'employée.

Coup de théâtre

Un autre client ayant le même numéro vient de lui souffler sa place.
Les sourires disparaissent aussitôt pour laisser place à l'agressivités et au doux noms d'oiseaux.
- Ça fait une heure que j'attends ! Et c'est mon tour, lance l'homme en agitant son ticket.
- Pas du tout, c'est mon numéro que la dame a appelé.
- Non, c'est le mien.

Ils comparent leur ticket et force est de constater que le n° 35 est indiqué sur les deux. Aïe!
Le ton monte, les deux clients s'engueulent carrément, chacun accusant l'autre. Evidemment. Les mains se crispent et forment des poings saillants. La loi du plus fort l'emporterait-elle sur la discussion ?
Avant que tout ne dégénère, l'explication est donnée par l'employée. Plus de 100 clients attendent, les numéros affichés indiquant le client suivant n'a que 2 chiffres. Lorsque la boucle est bouclée, on repart à zéro, c'est la cause de ce malencontreux incident.

Le soufflé retombe.
Certes le client qui venait d'arriver est déçu mais avec une explication claire et sans équivoque, il est plus facile d'admettre ses torts. La bagarre a été évitée de justesse.
La tension reste palpable mais les cris se sont tus. Des caisses, on a pu entendre quelques éclats de voix, puis le brouhaha habituel s'est réinstallé.


Les caisses... Parlons-en justement ! (suite au prochaine article)

----
Si ces derniers jours, je n'ai pas pu poster d'articles, je m'en excuse, mais les médias s'étant pris de passion pour mon blog de caissière, j'ai été sollicitée un peu partout.
Une bonne surprise arrivera très bientôt également ;o)

Commenter cet article

millevoile 30/01/2008 10:06

Bonjour, j'ai fait connaissance de ton blog par le biais d'une amie bloggueuse,Ionard, je trouve, pour le peu que j'ai lu, très interréssant de défendre ainsi l'humanité que trop peu de gens ont encore en eux et ainsi, peut-être se réveillera-t'elle chez d'autres?
J'ai visionné la vidéo et ainsi fait connaissance et te dis bravo et merci pour la caissière que j'ai été quand j'habitais Paris.
Je te fais des bisous et te souhaite une belle journée.
Michelle

Slam 29/01/2008 21:15

J'ai toujours salué les caissières auprès desquelles je réglais mes achats; dorénavant et grace à vous, je saurai me montrer plus prolixe et tenterai de discuter plus avant avec elles, pour peu que les clients suivants n'y voient rien à redire.
Bon courage à toutes; et amitiés sincères

Vanessa 22/01/2008 16:48

Je n'ai pas fait la fermture du 24 dans le supermarché où je travaille mais j'ai fait le 31.
Pareil que pour toi: les gens qui nous demandent si on est ouvert le 25/12 ou le 1er/01. On a fermé 2 heurs plus tôt aussi et apparemment les gens n'avaient pas tilté que çà fermait plus tôt.
Pire, quand on est sorties à 18H, les gens râlaient car l'agent de sécurité refusait les gens. Moi j'ai dit bien fort: " à croire que les gens viennent de découvrir qu'il y avait réveillon ce soir. Et tiens, chéri, on fait quoi ce soir: réveillon? quelle bonne idée!!!"
Ils se foutent de nous parfois.
Par contre, il y a des gentils clients (car on était ouvert les 3 dimanches de décembre) qui m'ont remercié d'avoir acpepté de travailler pour qu'ils puissent faire les courses. Je lui ai, quand même, dit que ce n'était pas du volontariat.

mike 17/01/2008 23:41

Bravo et encore pour ces moments de bonheur quand je lis vos textes ! Un bel hommage aux personnes qui sont en caisse et des réalités sur les coulisses de la distribution et du commerce en général ...
Bonne continuation

Thierry 17/01/2008 22:42

Ha ha ha! Une p'tite surprise. Est-ce un heureux évènement ?
Peut-être une petite crevette ou un gros crabe ! Qui sait ?